Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Mercedes-Benz Classe C III (W204) (2007  -  2013 )

De qualité, mais pas parfaite

Après bientôt quatre ans de carrière, la Classe C se trouve massivement en seconde main à des prix moins élitistes. Si la qualité est au rendez-vous, l'allemande n'est pas pour autant sans reproches.

Points forts

  • +L'achat d'une Classe C répond avant tout à l'envie d'afficher son statut. Sur ce point, l'allemande n'en manque pas, surtout que le style de la carrosserie a gagné en caractère, notamment dans la livrée Avantgarde.
  • +La qualité des matériaux et le sérieux de la construction mettent cette berline premium au-dessus du lot.
  • +Par ailleurs, le bilan fiabilité est à mettre à son crédit, tout comme la dotation en équipements de sécurité.
  • +Les habitués apprécieront les évolutions apportées au châssis, qui se traduisent par une conduite plus efficace.

Points faibles

  • -Outre le fait de rouler dans une berline à l'étoile, la Classe C est-elle la meilleure familiale du segment ? Que ce soit au niveau des sensations de conduite, de l'espace dévolu aux passagers à l'arrière ou du confort, les prestations offertes n'ont rien d'exceptionnel.
  • -Même chose au chapitre de l'insonorisation des moteurs quatre cylindres diesels qui ont aussi tendance à vibrer.
  • -En outre, la dotation en équipements n'est pas sans failles et il ne faut pas oublier que le budget d'utilisation d'une Mercedes est à la mesure de son prix, notamment pour l'entretien.

Témoignage d'internaute - Chris

+ Couple, silence, conso raisonnable pour un V6 (entre 6.9 et 8.3 L)-Rayon de braque vraiment impressionnant-4 Matic très rassurant
- Boitier ELV (verrouillage de la colonne et du reste)-Entretien trop vite fait pour le prix et concession pas soigneuse ...-Sur le modèle C320/350 CDI V6 4 Matic et BVA il fait assez chaud dans 'habitable, surtout l'été et pire si la voiture est sombre ...-

Tous les témoignages Donnez votre avis


Au sein de la gamme Mercedes, la Classe C fait figure d'institution. Toutefois, pour renouveler son best-seller, le constructeur a quelque peu changé son fusil d'épaule, taraudé par son rival BMW et sa Série 3. En réaction, la « C » s'est offert une robe plus dynamique marquée par des lignes plus incisives.

Cependant, pour ne pas s'attirer les foudres des inconditionnels, Mercedes n'a pas mis tous ses œufs dans le même panier.

Ainsi, les finitions Classic et Élégance adoptent un design plus consensuel et plus en phase avec l'étoile qui trône au bout du capot.

La livrée Avantgarde, quant à elle, se démarque par son bouclier et sa calandre plus sportive. Histoire de faire mentir le constructeur, les clients ont largement plébiscité cette dernière.
 

Un châssis en progrès

Pour rivaliser avec BMW, Mercedes ne s'est pas simplement contenté de travailler le design. Techniquement, l'idée est basée sur la recherche de sensations et de dynamisme.

Comparativement à l'ancienne génération, les évolutions vont dans le bon sens mais la Classe C ne peut tenir la dragée haute à la Série 3 en matière de plaisir de conduite.

En effet, elle s'apprécie davantage pour sa douceur et sa progressivité que pour son caractère sportif. En revanche, le choix de l'amortissement à deux lois est discutable en termes de confort.
 

Sous le capot, il n'y a pas eu de révolution lors du lancement, puisque les motorisations ne se distinguent que par une poignée de chevaux supplémentaires. Ce n'était que pour mieux apprécier les moteurs de nouvelle génération avec l'arrivée de l'injection directe sur les blocs à essence et celle d'un nouveau diesel OM651, tous équipés d'injecteurs high-tech fournis par Delphi.

Équipement, des mesquineries
Sur ce chapitre, la Classe C souffle le chaud et le froid. En effet, la dotation en équipements de sécurité active et passive est complète mais on ne peut pas en dire autant pour ce qui est du confort.

Ainsi, les finitions les plus huppées n'ont ni GPS, ni sellerie en cuir et surtout pas de banquette fractionnable. Des équipements que des berlines moins prestigieuses embarquent sur certaines de leurs finitions.

Ainsi, les modèles en seconde main sont bardés d'options qui expliquent souvent les écarts de prix.

Fiabilité, très bon bilan
Les déboires rencontrés avec l'ancienne Classe E ont servi de leçon au constructeur de Stuttgart. La Classe C ne présente pas d'avaries graves sauf des ennuis d'injecteurs sur les moteurs OM651. la majorité des notes techniques émises ne concernent que des problèmes mineurs. Le sérieux du service après-vente fait le reste.