Dossier Qualité / Fiabilité Opel Astra III (2004  -  2010 )

Des progrès, mais peut mieux faire

Elle a réussi, sans mal, à faire oublier son aînée en matière de comportement et de fiabilité, mais sans égaler les ténors de la catégorie. La faute à certaines lacunes dont le confort.

Points forts

  • +Certes, l'Astra n'arrive pas encore à rivaliser avec les meilleures, mais elle leur oppose un rapport prix/équipement très attractif. L'arrivée de la quatrième génération a permis de faire baisser les prix alors que les modèles disponibles en occasion sont très bien équipés.
  • +Au-delà, la ligne dynamique séduit surtout dans la déclinaison GTC alors que le break avec son empattement allongé prévaut pour ses aspects pratiques.
  • +À défaut d'être très communicative, l'Astra bénéficie d'un comportement rassurant et très équilibré.

Points faibles

  • -Si elle se négocie à des tarifs attractifs, l'Astra fait montre de quelques lacunes qui peuvent, mises bout à bout, pousser l'acheteur à passer son chemin. À commencer par une présentation triste et austère qui n'est pas dans la veine du style extérieur et qui ne met pas en valeur les efforts réalisés sur la qualité des matériaux.
  • -Mais le plus rébarbatif demeure le confort ferme des suspensions et des sièges ainsi que l'insonorisation très légère.
  • -De quoi faire passer au second plan le manque de rangements et une ergonomie perfectible.

Témoignage d'internaute - PILLET Didier

+ Ligne-Qualité globale-Tenue de route
- confort sur petites inégalités-insonorisation moteur en accélération mi-charge-Prix des pièces élevé

Tous les témoignages Donnez votre avis

Automne 2003. Opel dévoile sur ses terres la troisième génération de l'Astra dans le cadre du Salon de Francfort. L'enjeu est de taille.

En effet, le modèle qu'elle va remplacer avait plus fait parler de lui pour ses déboires en matière de fiabilité, que pour ses qualités. Tout l'inverse de la premièreversion sortie en 1991 et qui avait rencontré un succès mérité.


Le constructeur avait donc pour mission de développer une voiture capable de rivaliser avec l'ennemie jurée : la Volkswagen Golf. Ingénieurs et designers sont repartis d'une feuille blanche accouchant d'un nouveau style et d'une plate-forme technique inédite.

Mieux, Opel a fait preuve d'audace en commercialisant une version à trois portes, baptisée GTC, résolument sportive.
 

Nouveaux diesels
Outre le 1.7 CDTI, d'origine Isuzu, l'Astra a bénéficié des motorisations du partenaire de l'époque, Fiat. Le 1.3 et surtout le 1.9 CDTI ont relevé le niveau du constructeur allemand, même si ces blocs ne sont pas exempts de critiques.

Toutefois, si les statistiques de ventes ne sont pas mauvaises, l'Astra n'a pas fait le carton escompté par les dirigeants d'Opel. Par conséquent, sept ans après sa sortie, ce modèle se trouve facilement sur le marché de la seconde main et à des tarifs très accessibles.

Fiabilité, beaucoup de rectificatifs
Par rapport à la seconde génération, le bilan est bien meilleur. Ce qui n'empêche pas l'allemande d'avoir rencontré des problèmes durant les premières années de sa commercialisation. Opel y a pallié par des campagnes de rappel, mais surtout par de nombreuses actions de mise à jour lors du passage des véhicules à l'atelier. Par conséquent, un modèle suivi par le réseau est à privilégier.