Dossier Qualité / Fiabilité Opel Corsa IV (2006  -  2014 )

Un cran en dessous

Spacieuse, attirante, bien équipée, fiable... cette quatrième génération avance de nombreux atouts. Malheureusement, les prestations routières, le confort et la finition sont en retrait par rapport à la concurrence.

Points forts

  • +Cette quatrième génération a été remise à la page dans la logique de ce qu'offre la concurrence. En matière d'habitabilité, elle fait même mieux avec des places arrière assez généreuses pour deux adultes.
  • +Le volume de coffre n'est pas en reste avec une contenance dans la bonne moyenne.
  • +D'autre part, son style moderne et « branché », surtout en version à trois portes, fait partie de ses atouts tout comme le niveau d'équipements.
  • +La fiabilité de la Corsa est assez bonne et certains problèmes ont été réglés dans le cadre de campagnes de service.

Points faibles

  • -Les motifs d'hésitations sont nombreux car au global, la Corsa est une élève moyenne. Le plaisir de la conduite est limité à cause de motorisations sans saveur ou aux performances trop justes.
  • -Le confort n'atteint pas celui des françaises, que ce soit au niveau des sièges, de la suspension ou de l'insonorisation.
  • -Le ressenti flou de la direction pénalise le dynamisme.
  • -La qualité des matériaux rend la présentation austère et nombre de détails d'ergonomie agacent.
  • -Enfin, au niveau de l'entretien, les pièces ne sont pas données.

Témoignage d'internaute - Penot

+ Voiture agréable à conduire malgré sa puissance de 75 CH car boite courte
- Les pièces trop chère -SAV nul

Tous les témoignages Donnez votre avis


Avec plus de dix millions d'unités produites, la Corsa figure parmi les modèles les plus vendus au monde, le tout sur quatre générations. Si le second opus, commercialisé de 1993 à 2000, a remporté un vif succès (presque 300 000 unités en France), sa remplaçante, vendue de 2000 à 2006, a marqué le pas à trop vouloir rester dans la continuité. Pour la quatrième génération, le constructeur a fait table rase du passé.
 

Lors de sa présentation à Londres à l'été 2006, la nouvelle Corsa a surpris par son style jeune et dynamique alors qu'Opel faisait preuve d'audace avec l'apparition d'un faux coupé à trois portes au design arrière spécifique. Ce parti pris s'est révélé payant puisque cette carrosserie représente près de 50 % des ventes.
 

Du sang italien
Si le constructeur n'hésite pas à mettre en avant la qualité allemande, la réalité est tout autre. En effet, l'ensemble technique (plate-forme, trains roulants...) est repris de sa cousine, la Fiat Grande Punto. Une communauté qui englobe aussi les moteurs 1.3 CDTI.

D'autre part, le caractère européen de la Corsa concerne aussi les usines de fabrication, puisqu'elle est assemblée en Allemagne à Eisenach, mais aussi en Espagne à Saragosse. Ce ne serait qu'une parenthèse si la Corsa affichait une qualité irréprochable. Que ce soit pour le traitement de l'habitacle, l'assemblage du mobilier ou de la carrosserie... l'Opel déçoit.


Il en est de même pour ses prestations au volant, qui ont obligé les ingénieurs allemands à retravailler la partie châssis, preuve que la mise au point avait été bâclée. Avec près de 200 000 exemplaires écoulés, la Corsa est bien présente en occasion mais en grande majorité avec les petites motorisations, celles qui présentent le moins d'agrément.