Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Opel Insignia (2008  -  ... )

Sous le bon signe

Entièrement inédite, l'Insignia se révèle bien plus inspirée que la Vectra. Très bien équipée et séduisante, elle présente quelques lacunes, notamment en ce qui concerne l'agrément des moteurs diesels.



Points forts

  • +Sur le segment des familiales, l'Insignia se distingue par son style dynamique et plein de personnalité.
  • +Toutefois, ce n'est pas son seul attrait puisqu'elle avance un comportement rigoureux et une présentation soignée.
  • +Reste l'essentiel : sa vocation familiale. Sur ce point, elle propose l'un des meilleurs volumes de chargement du plateau et l'habitacle se révèle spacieux.
  • +Les progrès concernent également le confort général et la fiabilité.
  • +Toutefois, l'attrait de l'allemande demeure son rapport prix/équipement.

Points faibles

  • -L'Insignia attire l'œil mais le plumage est-il à la hauteur du ramage ?
  • -La réponse tient du subjectif, mais tous les propriétaires s'accordent sur un point : le manque d'agrément et la sonorité des moteurs diesels.
  • -Ce qui est regrettable car la quasi-totalité des Insignia en France carburent au gazole. On pointera aussi du doigt le ressenti de la direction, le mobilier intérieur qui craque ou l'ergonomie.
  • -De plus, les familles regretteront l'inconfort généré par les jantes de 18 pouces (de série dès le niveau Cosmo).
  • -Et encore plus lorsqu'il faudra payer la facture pour les changer.

Témoignage d'internaute - kaufmann

+ confortable sur la route coffre super auto
- les durite turbo .. turite dicrection . turite refroitisemant

Tous les témoignages Donnez votre avis


A l'inverse de Renault qui continue d'appeler sa berline familiale Laguna, Opel a tiré les enseignements de l'échec de la Vectra pour repartir d'une feuille blanche. Loin d'être une mauvaise voiture, ce modèle n'avait ni grosses qualités ni gros défauts ; mais son style taillé à la serpe n'a pas convaincu.
 

Avec sa remplaçante, le constructeur n'y est pas allé par quatre chemins et a changé son fusil d'épaule. Sous son patronyme, plus moderne, se cache une base technique nouvelle, ainsi que d'inédits blocs diesels 2.0 fruits de la collaboration avec le groupe Fiat. On retient surtout qu'elle inaugure la nouvelle griffe d'Opel fait de lignes sculptées et fluides.
 

Efforts notoires

Ce changement de personnalité lui a d'ailleurs valu le titre tant convoité de « voiture de l'année 2009 ». Mais pour regagner le terrain perdu par la Vectra, le style ne fait pas tout. Les progrès portent aussi sur le comportement routier ainsi que sur la présentation intérieure. D'ailleurs, l'Insignia a aussi reçu pour mission d'occuper le terrain des berlines premium, ce qui explique la large palette de motorisations et la présence d'une transmission intégrale.

Dommage que certaines lacunes restent d'actualité comme l'agrément et l'insonorisation des diesels ou le confort. Au niveau de la fiabilité, les premiers clients ont essuyé les plâtres, rectifiés dans le cadre de la garantie ou par le biais d'actions de service.

Néanmoins, face à ses concurrentes, l'Insignia n'a pas à rougir dans ce domaine. Écoulée à environ 25 000 exemplaires en France, un chiffre honorable sur ce marché difficile, l'allemande propose un rapport prix/équipements avantageux après trois ans de carrière.