Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Peugeot 3008 (2009  -  2016 )

Produit de synthèse

Efficace sur route, bien présenté, pratique et confortable au quotidien : le 3008 représente très bien ce que doit être un véhicule familial polyvalent. Hélas, des erreurs de jeunesse gâchent un peu le tableau.

Points forts

  • +Une fois habitué à son style particulier, le 3008 offre de nombreuses qualités qui finissent par convaincre. Sorte de couteau suisse au sein de la gamme, ce crossover séduit en premier lieu par sa polyvalence.
  • +Son habitacle, très bien présenté, n'est pas le plus généreux de la catégorie mais il convient parfaitement à une famille de quatre personnes.
  • +La remarque vaut aussi pour le volume de chargement.
  • +Le 3008 ajoute de nombreux aspects pratiques, un bon confort de roulage et une insonorisation très travaillée.
  • +Mais c'est principalement sur l'agrément de conduite qu'il étonne.
  • +Par ailleurs, au niveau du budget entretien, il demeure l'un des moins chers de la catégorie des SUV.

Points faibles

  • -Malgré ses qualités, l'esthétique massive du 3008 peut rebuter. Pourtant, son succès démontre le contraire. En revanche, l'originale mais imposante console centrale laisse un sentiment mitigé (et surtout confiné) au passager avant.
  • -On peut aussi lui reprocher une insuffisance au niveau des rangements, la boîte à gants étant minuscule.
  • -Si le confort général est d'un très bon niveau, c'est moins le cas à basse vitesse où les suspensions filtrent sèchement les aspérités de la chaussée, notamment en ville. Les jantes de 17 pouces n'y sont pas étrangères. Et c'est encore pire avec celles de 18 pouces qui équipent la finition Féline.
  • -Enfin, les bruits de mobilier sont trop présents.

Témoignage d'internaute - Barnypok

+ vbwpYY http://www.LnAJ7K8QSpkiStk3sLL0hQP6MO2wQ8gO.com
- vbwpYY http://www.LnAJ7K8QSpkiStk3sLL0hQP6MO2wQ8gO.com

Tous les témoignages Donnez votre avis

Après une incursion sur le marché des SUV avec le 4007, Peugeot s'est lancé dans le grand bain avec le 3008.

Si le premier n'est qu'un Mitsubishi Outlander à la sauce montbéliardaise, le 3008 est un produit 100 % maison. Mais au lieu de créer un SUV classique à la manière du Toyota RAV4 et du Volkswagen Tiguan, le constructeur a choisi le mélange des genres pour répondre aux attentes du moment.
 

Il devait aussi combler le vide laissé dans la gamme sur le marché des monospaces compacts sans, toutefois, faire de l'ombre à Citroën et son C4 Picasso. Par conséquent, le 3008 se revendique de la famille des crossovers, véhicules rassemblant les qualités de plusieurs.

Un peu de SUV par le style, une touche de berline au niveau du comportement et des gènes de monospaces pour les aspects pratiques et l'architecture.


Un marché bien fourni
Si son physique, signé Gérard Welter, ne peut pas plaire à tout le monde, le 3008 ne mérite que des louanges pour le reste. Un coup de maître qui a été couronné d'un beau succès commercial.

En moins de trois ans, Peugeot a écoulé quelque 130 000 exemplaires en France. Un volume suffisant pour alimenter le marché de l'occasion.

Sauf que ce dernier est hétéroclite, puisque parmi les nombreuses motorisations de la gamme, l'offre se concentre sur le 1.6 HDi 110. Les motorisations à essence sont quasi absentes, ce qui n'est pas un mal car les deux blocs ont connu de gros ennuis de fiabilité.

Que du plaisir !
L'agrément est le gros point fort du 3008, et il est le meilleur de la catégorie. En partant de l'excellent châssis de la 308, les ingénieurs ont réussi à garder le même niveau d'efficacité malgré le poids et la hauteur du véhicule, tout en préservant le confort. Les versions THP et HDi 150 disposent même d'un contrôle actif de roulis à partir de la finition Premium Pack.
 
Fiabilité, quelques plâtres
Développé sur la base de la 308, le 3008 aurait dû proposer un bilan sans reproches. Malheureusement, les premiers clients ont eu à faire face à des problèmes divers liés à des approximations dans la mise au point. L'analyse des notes techniques internes révèle que suite aux avaries rencontrées en 2009, les ingénieurs ont corrigé le tir en 2010. Depuis, le taux d'incidents a sérieusement chuté.