Au volant Seat Leon II (2005  -  2012 )

Sensations à la clé

28 juin 2012

La Leon est une auto cohérente. La ligne aux allures de coupé suggère la sportivité. L'habitacle, quoique austère, arbore également un look sportif rehaussé par un compte-tours central... à la façon de la Porsche 911 !

Après avoir trouvé une bonne position de conduite grâce aux nombreux réglages, le conducteur fait face à un poste rationnel. La patte germanique est ici bien présente mais profite à l'ergonomie. Ainsi, les différentes commandes sont bien placées et l'on trouve rapidement ses repères.

Evoluer en ville n'est pas toujours agréable au volant de la Leon. La ceinture de caisse est haute et les montants avant plongeants sont gênants. C'est surtout lors des intersections que cela se fait ressentir.

Les manoeuvres aussi sont délicates la visibilité vers l'arrière étant limitée. Enfin, aucune protection de carrosserie n'existe.


Précise et agile
Cousine technique de la Volkswagen Golf V, la León est autrement plus plaisante à conduire.

La marque a privilégié le dynamisme au confort, et cela se ressent. Direction précise, train avant directeur, agilité dans les changements d'appuis, les petites routes de campagnes sont un plaisir. De plus, le train arrière peut être mobile à la demande et le freinage est efficace et endurant.


En version sportive Cupra et Cupra R, la berline reçoit le moteur de la Golf GTi ou de l'Audi RS3. Les quatre roues motrices en moins sont compensées par des tarifs plus avantageux. Les amateurs de sensations ne seront pas déçus, mais il est déjà possible de se faire plaisir avec des motorisations plus modestes.

Qualité & fiabilité

Reproches limités
Les défauts se font rares.

Un mauvais réglage des trains roulants peut provoquer une usure irrégulière par facette des pneumatiques.

Une possible anomalie des phares au xénon a nécessité une modification des paramètres en mars 2008.

Les feux de route peuvent s'éteindre tous seuls sur les chassis n°P7R000001 à P8R999999.

L'on constate un risque d'allumage des témoins d'ABS, de direction assistée et de pression des pneus sur les modèles de novembre 2009 à septembre 2010.

Le témoin d'airbag peut s'allumer pour un défaut de l'accélération transversal (remplacement), ou un faux-contacts de connecteur sous les sièges (suppression depuis août 2007).

Des craquements de suspensions au braquage peuvent survenir, solution apportée en novembre 2007.

Des jeux internes peuvent être constatés dans le boîtier de direction (améliorations à partir de février 2007).

Les roulements peuvent émettrent des bruits métalliques, améliorations à partir du n°1PBR033578.