Accès pro Mon Argus®
Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Volkswagen Golf V (2003  -  2008 )

L’icône absolue

Elle occupe une place très en vue sur le marché de l’occasion. Ses tarifs de vedette se justifient par de réelles qualités.

Points forts

  • +Au-delà de son image valorisante, elle met en avant une qualité de finition plus qu’honorable, et une homogénéité qui rend sa fréquentation plutôt agréable.
  • +Ses moteurs TDI sont toniques et sobres, jamais à cours de ressources pour relancer la voiture.
  • +Le séjour à bord est agréable, avec l’atout d’un habitacle vaste et bien éclairé.
  • +L’étendue de la gamme ouvre un vaste choix. La boîte DSG est un vrai plus.
  • +L’équipement est moderne et assez fourni.

Points faibles

  • -Ses cours en occasion, même s’ils ont baissé, restent élevés, et il faut négocier davantage que pour un modèle à l’image moins forte.
  • -La suspension s’est adoucie au fil des générations, mais la Golf 5 n’est pas un modèle de douceur.
  • -Les moteurs TDI sont assez brutaux et, en 2.0, leur fougue malmène le train avant pour passer la puissance au sol. Ils se montrent grondants, surtout à l’accélération.
  • -Les diesels avec filtre à particules sont rarissimes.

Témoignage d'internaute - messi

+ Tenue de route.-Bonne fiabilité.-Habilité.-
- Léger bruit des diesels.-

Tous les témoignages Donnez votre avis


La Golf, c’est une institution à elle toute seule. Depuis 1974, elle promène son patronyme dans nos esprits, agrémenté d’une image de sérieux et de qualité qui lui octroie une place à part sur le marché de plus en plus concurrentiel de l’occasion. Une Golf, c’est quelque chose !

Pour autant, ses lauriers se sont légèrement fanés ces dernières années. D’une part,parce que cette cinquième génération n’a pas rencontré l’adhésion inconditionnelle qu’avaient suscitée ses aînées – sa carrière a d’ailleurs été la plus courte de toute la dynastie Golf.

D’autre part, parce que sa suprématie réelle ou supposée (qualité de finition, fiabilité mécanique, atouts des moteurs Diesel) s’est trouvée rudement contestée par des rivales toujours plus affûtées. De fait, une Mégane II de Renault, une 308 chez Peugeot ou une C4 chez Citroën constituent de sérieuses répliques, désirables et crédibles à plus d’un titre.

Cote moins élevée
Résultat : si, globalement, la cotation d’une Golf reste élevée, les vendeurs s’aperçoivent qu’il leur faut aujourd’hui céder leur voiture à des conditions nettement moins avantageuses – pour eux ! – que ce qu’ils connaissaient il y a quelques années.

C’est évidemment le cas pour les versions à essence. Mais, là, le phénomène est général, et même des versions TDI ne se revendent plus à des tarifs superlatifs. Pour l’acheteur d’occasion, c’est donc la nouvelle possibilité de faire, avec une Golf, un achat qui ne soit pas déraisonnable financièrement.

Moteurs essence, des versions intéressantes
Moins cotées que les TDI, les versions à essence sont intéressantes côté financier. Elles réservent un confort acoustique nettement supérieur. Les petites cylindrées offrent un tempérament placide. Sauf les plus récentes 1.4 avec turbo, bien placées en performances. L’injection directe équipant la majorité des versions a été d’emblée fiable.

Moteurs diesel, des TDI fougueux
Avec leurs injecteurs pompes, les Diesel font preuve d’une énergie qui est à la limite du brutal, tant l’arrivée de puissance est massive et soudaine. L’effet ressenti est fort, mais un caractère un peu plus progressif serait davantage dans l’air du temps. La technique des injecteurs pompes est fiable ; et les consommations, très basses.

De bonnes aptitudes
Les qualités routières de cette génération sont louables : bon équilibre général et freinage performant. La direction à assistance électrique exempte le conducteur de tout effort inutile et ne gomme pas trop le ressenti de la route. La motricité est mise à mal sur les 2.0 TDI qui doivent faire passer un couple élevé dans le train avant.

Votre message a bien été envoyé