Vous êtes ici :

Toyota Prius vs Hyundai Ioniq : le match des hybrides rechargeables

Toyota Prius Rechargeable vs Hyundai Ioniq Mondial de l'automobile 2016
La Hyundai Ioniq Plug-In sera commercialisée en janvier 2017. La Toyota Prius Plug-In Hybrid, elle, attendra le printemps

De sa nouvelle Ioniq, Hyundai ne propose pas une mais trois versions différentes : 100 % électrique, hybride classique, et hybride-rechargeable. Lancée début 2017, cette dernière affrontera la nouvelle Prius Plug-in Hybrid prévue au printemps. Premier comparatif depuis le Mondial de l'automobile.

En 2017, la Toyota Prius fêtera ses 20 ans. Deux décennies de quasi-monopole… qui ne l’a jamais conduit à se laisser aller. La preuve ? Lancée mi-2016, la 4e génération de Prius prévoit déjà une nouvelle version hybride-rechargeable qui améliore encore ses capacités : plus de 50 km d’autonomie annoncée en 100% électrique, et une consommation d'un litre aux 100 km en cycle mixte (lire notre article détaillé sur la Prius rechargeable).

Toyota Prius Plug in hybride rechargeable 2017 bleu vue avant droite
Hyundai Ioniq Plug in hybride rechargeable 2017 blanche vue avant gauche

Reste à savoir si elle saura contenir la nouvelle et ambitieuse Hyundai Ioniq : déjà déclinée en versions hybride « classique » et 100% électrique, la Ioniq accueillera elle aussi une version hybride-rechargeable en 2017. Entre la Prius Plug-in Hybrid et la Ioniq Plug-in, le match s’annonce… électrique.

 

Technique : avantage Ioniq

Techniquement, nos deux compactes « écolos » affichent moult ressemblances : moteur à essence atmosphérique assisté d’un bloc électrique, grosse batterie lithium-ion logée sous le plancher arrière. Mais si cette dernière affiche une capacité énergétique proche sur les deux modèles (8,8 kWh pour la Prius, 8,9 kWh pour la Ioniq), la Hyundai prend légèrement les devants sur d’autres points.

Toyota Prius Plug in hybride rechargeable 2017 planche de bord
Hyundai Ioniq Plug in hybride rechargeable 2017 planche de bord

D’abord, sa puissance cumulée apparaît supérieure malgré un moteur thermique de plus faible cylindrée (1.6 l et 141 ch au total, contre 1.8 l et 122 ch pour la Prius). Ensuite, sa transmission est confiée à une boîte robotisée à double embrayage, plus agréable sur route que la boîte à variation continue de la Prius (lire notre essai Ioniq hybride). Une supériorité qui a son revers : la Ioniq est annoncée plus gourmande que la Prius…

 

Consommation/autonomie : avantage Prius

Au salon de New-York où elle a été présentée pour la première fois, la Toyota Prius rechargeable avait annoncé ces chiffres : 32 g de CO2/km, et 1,4 l/100 km de consommation mixte. Soit exactement les émissions avouées par la Ioniq Plug-In au salon de Genève… avant que la Prius ne se ravise, au Mondial de Paris : pour Toyota, ce sera finalement 22 g de CO2/km, et une consommation d’un petit litre de sans-plomb tous les 100 km !

Toyota Prius Plug in hybride rechargeable 2017 bleu vue arrière gauche
Autonomie en électrique ? "Plus de 50 km" pour la Prius et...
Hyundai Ioniq Plug in hybride rechargeable 2017 blanche vue arrière gauche
..."environ 50 km" pour la Ioniq Plug-in. Vague.

D’après Toyota, de récents tests d’endurance ont montré que la Prius pouvait décharger davantage sa batterie sans altérer sa longévité (l’ancienne Prius rechargeable ne perdait jamais moins de 50 % de sa charge). Ce qui améliore mécaniquement son autonomie, et donc sa consommation mixte en cycle NEDC, mesurée sur les 2/3 du parcours en 100% électrique et le reste en hybride. Reste à vérifier ses valeurs lors des essais de la Prius Plug-in Hybrid programmés en février 2017…

 

Vie à bord : avantage Ioniq

Par rapport aux hybrides classiques, ces versions rechargeables doivent loger des batteries bien plus volumineuses. Dans cet exercice, la Ioniq s’en sort un peu mieux que la Prius. Sans encore annoncer de volume de coffre, la Hyundai voit son plancher de malle arrière se rehausser légèrement.

Toyota Prius Plug in hybride rechargeable 2017 bleu coffre
Hyundai Ioniq Plug in hybride rechargeable 2017 coffre

La Prius, elle, souffre d’un plancher très remonté (le volume de coffre passe de 505 à 360 l), mais doit aussi condamner sa place arrière centrale, et réduire sensiblement la taille de son rangement sous accoudoir avant. Pour limiter ses inconvénients, la Prius avait pourtant pris la peine de s’allonger de 9 cm par rapport au modèle classique : 4,65 m de long désormais, quand la Ioniq, certes un peu moins spacieuse aux places arrière, se limite à 4,47 m.

Hyundai Ioniq Plug in hybride rechargeable 2017 places arrière
A gauche, la Prius rechargeable doit condamner sa place centrale...

 

Bilan : avantage Ioniq Plug-In, en attendant les prix

Meilleur rapport habitabilité/encombrement, meilleures dispositions routières sur le papier (puissance cumulée supérieure, boîte à double embrayage) et meilleure qualité perçue favorisent la Ioniq à l’addition des victoires dans chaque chapitre de ce premier comparatif. Reste à savoir si la coréenne confirmera cette hiérarchie lors des essais dynamiques et des comparaisons de prix… A suivre !

Toyota Prius Plug in hybride rechargeable 2017 bleu gros plan sur le phare
Hyundai Ioniq Plug in hybride rechargeable 2017 blanche feu arrière

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Hyundai Ioniq
Recevez par e-mail toutes les infos de la Toyota Prius