Vous êtes ici :

La Ferrari 512 TR de Johnny Hallyday en vente

ferrari 512 TR johnny
Johnny aimait les voitures rapides. Et notamment les Ferrari...

Lors de sa prochaine vente dédiée aux voitures de collection, Osenat proposera aux enchères la Ferrari 512 TR ayant appartenu à Johnny Hallyday dans les années 90. Elle sera exposée à Rétromobile, du 7 au 11 février 2018.

Grand amateur de belles mécaniques, Johnny Hallyday en a possédé un grand nombre, que ce soit des autos ou des motos. Après l’Iso Grifo A3/C, qui sera vendue par RM Sotheby’s durant le salon Rétromobile, nous apprenons que la Ferrari 512 TR ayant appartenu au chanteur sera proposée par Osenat, lors d’une vente ayant lieu le 24 mars prochain.

ferrari 512 TR
La 512 TR était une évolution de la mythique Testarossa.

Osenat ne donne pas d’estimation de prix pour l’instant, mais la moyenne pour un tel modèle se situe actuellement autour de 150 000 €. Et nul doute que le prestige de son ancien propriétaire devrait aider à faire grimper les enchères. En attendant le 24 mars, cette auto sera exposée à Rétromobile sur le stand d’Osenat, durant toute la durée du salon.

Ayant possédé plusieurs Ferrari, Johnny fit l’acquisition de sa 512 TR en 1994 et parcourut près de 25 000 km à son volant, notamment pour des aller-retours à Saint-Tropez. En 1997, il la céda à l’un de ses amis, ténor du barreau parisien, ce dernier la mettant aujourd’hui en vente chez Osenat.

Affichant seulement 95 000 km au compteur, cette diva du cheval cabré aurait pourtant de nombreuses griffures dans son habitacle, mais Osenat explique que celles-ci sont dues « au frottement de ses bagues sur le revêtement noir du tableau de bord ».

ferrari 512 TR
C'est sans doute vue de l'arrière que la 512 TR est la plus impressionnante.

 

Née de la Testarossa

La 512 TR est apparue en 1992 et représentait une profonde évolution de la mythique Testarossa de 1984. Son 12 cylindres à plat 4.9 en position centrale bénéficiait d’une hausse de puissance, qui lui permettait de développer 428 ch (390 sur la Testarossa).

La silhouette demeurait en revanche quasiment inchangée par rapport à celle de sa devancière, avec seulement quelques arrêtes arrondies, notamment sur les boucliers avant et arrière.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Ferrari