A l'école latine
habillage
banniere_haut

A l'école latine

alhambra : disponible mi-janvier g Moteur : 130 ch g Prix : 31 300 _ g Ulysse : disponible g moteur : 128 ch g Prix : 31 130 _Espagnol au sang chaud, l'Alhambra gagne en muscles pour contrer les assauts d'un moderne Ulysse. Une odyssée méditerranéenne avec, comme fil d'Ariane, l'économie dans le long voyage.

Par Nicolas Valeano Photos de Christian BedeI
Publié le

Lancé en 1996 et revu il y a deux ans, le Seat Alhambra partage bon nombre d'éléments avec ses cousins Volkswagen Sharan et Ford Galaxy. Avec sa présentation plus dynamique, voire sportive pour respecter l'image Seat, il est le premier à recevoir la motorisation TDI 130 ch. Une greffe qui n'entraîne pas de hausse de prix, ce qui constitue un effort louable. Mais il est vrai que la concurrence s'est depuis renouvelée... Ainsi, une génération sépare l'Alhambra de son rival du jour, le Fiat Ulysse. Présenté au Salon de Genève 2002, ce nouveau cru compose un quatuor avec le Peugeot 807, le Citroën C8 et le Lancia Phedra. Cet Ulysse tranche singulièrement avec la version précédente : fini le style camionnette, place à une ligne enfin flatteuse. Massif, il en impose face au Seat, en dépit d'un gabarit proche.

Mécanique En accueillant le bloc 1.9 TDI de 130 ch, l'Alhambra gagne sur tous les tableaux. Il passe ainsi de 0 à 100 km/h en presque une seconde de moins qu'avec le moteur de 115 ch et il gagne 8 km/h en pointe. La consommation s'améliore également avec un cycle mixte de 6,5 l aux 100 km contre 6,6 l auparavant. Le TDI 115 reste toutefois au catalogue, moyennant une baisse de tarif de 580 €, en finition de base Stella, juste au-dessus du petit TDI 90, et en version boîte Tiptronic. Ici, le bloc TDI 130 fait davantage preuve de vigueur que de douceur. Le pied droit doit se montrer léger pour fluidifier la conduite et contrôler les 310 Nm de couple. En outre, il faut se montrer vigilant pour ne pas retomber trop bas en régime, un passage où le moteur se montre creux. Une fois ce mode d'emploi assimilé, l'Alhambra se prête à une conduite dynamique, rythmée par les montées en régime sonores du TDI.

Avec ces motorisations, deux écoles s'affrontent. Alors que le Seat emploie une technologie à injecteurs pompes, le Fiat joue la carte de la rampe commune. En haut de gamme, l'Ulysse est pourvu du bloc PSA HDi 2.2 de 128 ch avec filtre à particules. Fiat oblige, il adopte le nom de JTD. D'un couple équivalent au TDI, il présente un comportement très différent. Il est vrai que plus de 200 kg séparent ces monospaces. Avec presque 1,8 t sur la balance, le Fiat semble plus mou, moins vif dans les relances, même si ses accélérations sont meilleures sur le papier. Son JTD, très linéaire, apprécie peu le haut de sa plage de régime, et sa cylindrée supérieure ne lui donne pas davantage de coffre. Question consommation, le Fiat paye cher son poids élevé : il réclame presque un litre supplémentaire en cycle mixte. Dans les deux cas, l'agrément moteur ne joue donc pas à plein, mais les prestations offertes atteignent un niveau tout à fait en accord avec les prétentions routières de ces véhicules conçus pour rouler chargés sur de longues distances.

ChAssis Chez Seat, la panoplie d'aides électroniques est de mise : système de contrôle de trajectoire, ABS, amplificateur de freinage, antipatinage et contrôle de freinage en courbe. Du coup, l'espagnol présente un comportement sûr et assez rigoureux, servi par des commandes précises, même si ses suspensions pompent dès que la route devient irrégulière. Résultat, ce mélange entre fermeté germanique et manque de contrôle des mouvements de caisse nuit au confort et à l'efficacité. Cependant, les prestations de confort restent d'un bon niveau et les passagers arrière apprécient la vue dégagée que leur situation légèrement en hauteur leur offre.

Le Fiat bénéficie, lui, d'une version revue et corrigée des trains roulants de la précédente génération, déjà réputée dans ce domaine. Et là, l'Ulysse frise le sans-faute, avec un compromis confort/efficacité redoutable. Sans prise de roulis, il enroule les virages en toute sérénité, tout en gommant littéralement les inégalités de la route. Une véritable réussite qui procure un confort de roulement de haut niveau.

Vie A bord Très automobile dans sa présentation, l'Alhambra a voulu séduire le conducteur que cache le père de famille soucieux de volume et de modularité, tandis que le Fiat a joué l'option inverse. Avec sa planche de bord pleine de rangements et des compteurs ronds et verts directement issus de l'univers du jouet, il comblera les attentes des petits. Un choix malin si l'on considère le rôle des enfants dans l'achat d'un monospace. D'autant que de nombreux détails ont été pensés pour eux : les rangements ne se comptent plus, les places arrière bénéficient de leur propre système de chauffage/climatisation, un astucieux rétroviseur panoramique permet de les surveiller d'un oeil à l'arrière, etc. Très habitable, l'Ulysse propose une vaste modularité servie par d'astucieux rails à verrouillage automatique pour positionner les sièges. Leur manipulation s'avère aisée et tous les sièges arrière sont amovibles. Selon les options, le Seat peut transporter sept personnes et l'Ulysse peut aller jusqu'à huit.

L'Alhambra prend l'avantage aux chapitres de la qualité de présentation et de la finition, là où le Fiat montre ses lacunes avec des plastiques et des assemblages moyens. A bord du Seat, la présentation trahit ses origines germaniques. Le noir est de mise et la qualité perçue excellente. Enfin, les deux coffres offrent des volumes géants en configuration cinq places (autour de 850 l).

budget A prix équivalent, le Fiat permet d'accéder ici au niveau de finition de haut de gamme Emotion, le Seat étant un ton en dessous dans sa version Signo. La différence se fait sur des détails comme la présence en série chez Fiat du lecteur CD ou de la climatisation automatique séparée droite/gauche, quand le Seat se contente de cassettes et d'un seul réglage de température. Plus important, le Fiat offre en série les airbags de tête, un équipement de sécurité qui vient juste de rejoindre la liste des options de l'espagnol. Enfin, l'Ulysse bénéficie du système de communication Connect Nav avec GPS et téléphone intégré. L'Alhambra tente de se rattraper avec ses vitres de custode électriques, son volant gainé de cuir et ses jantes en aluminium de 16 pouces.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours