Alpine A110 hybride : 600 ch et 4 roues motrices grâce à Technomap !

voir les photos
Alpine A110 hybride
Une Alpine A110 ? Oui à l'extérieur, non sur la fiche technique, puisque ce prototype cumule deux moteurs et 600 ch !

Basé à Dieppe, à deux pas des lignes d'assemblage Alpine, l'ancien préparateur moteur Technomap cherche à faire connaître ses nouvelles compétences. À sa façon : voici l'A110 HE2HP, une hybride rechargeable de 600 ch et quatre roues motrices que nous avons approchée durant son développement.

Pour toute une génération de rallymen, Technomap résonne comme le préparateur iconique des Renault Sport. Depuis 1994, ses sorciers passionnés ont propulsé les Clio Williams et leurs descendantes à leur plus haut niveau de performances moteur, avant de progressivement bifurquer vers d’autres activités. La société maîtrise aujourd’hui la conception et le développement d’architectures électriques, avant leur intégration dans des automobiles, mais aussi des bateaux et des avions.

Alpine technomap
Nous avons découvert ce prototype à Dieppe, dans les ateliers de Technomap.

« Nous œuvrons depuis des années dans l’ombre pour le compte de constructeurs » explique Christophe Vergneault, le dirigeant de Technomap. Qui ajoute : « Nous souhaitions montrer l’étendue de nos compétences de la meilleure des manières. Le démonstrateur est sous nos yeux ! » Extérieurement, le projet HE2HP (pour Hybride Électrique Éthanol Hautes Performances) n’est ni plus ni moins qu’une Alpine A110 classique dont le covering spécifique n’accompagne aucun changement de roues, de freins ou d'appendices aérodynamiques. La première différence naît en s’approchant de la partie arrière, dont le moteur apparaît à nu sous la vitre (l’A110 originale le camoufle sous une épaisse garniture). David Helluin, chef de projet chez Technomap, s’empresse de nous le détailler.


Moteur thermique : déjà 400 ch !

« Nous sommes partis du moteur originel, le 1.8 TCe qui équipe aussi la Mégane 4 RS. Fort de notre expérience sur cette dernière, nous avons revu le turbo, l’échangeur, le circuit d'admission (qui passe désormais par le coffre arrière) et le calculateur électronique pour atteindre 400 ch », explique-t-il. La prochaine évolution pourra même tutoyer les 450 ch avec des pièces forgées et une cartographie moteur adaptée à un usage au superéthanol.

Volant Alpine Cup
Megane RS Stage 3

La transmission EDC à sept rapports d’origine Getrag est ici remplacée par une vraie boîte séquentielle de compétition (fournie par 3MO), à la fois plus rapide et capable d’encaisser davantage de couple. Elle a tout de même nécessité la pose d’une pédale d’embrayage, indispensable au décollage. « Adapter un embrayage sur une voiture qui n’en dispose pas fut un petit casse-tête… » confie David, qui ne compte plus les heures passées sur ce projet forcément motivant. Mais là ne fut pas le défi le plus ardu.


Moteur électrique : 200 ch de plus…

Notre tour du propriétaire se poursuit vers l’avant, où les modifications précitées pourraient passer pour de la rigolade. L’implantation du moteur électrique de 160 kW a ainsi nécessité un travail titanesque. Outre la suppression du coffre à bagages et du servofrein d’origine (le freinage n’est donc plus assisté), il a fallu raboter les longerons pour le passage des cardans, avancer au maximum le système de refroidissement et surtout repenser totalement l’architecture du train avant, désormais doté de combinés ressort-amortisseur disposés à l’horizontale ! N’oublions pas le déplacement du réservoir de carburant d’origine, rejeté entre le moteur thermique et les passagers en lieu et place du caisson de basses optionnel.

A110 electrique
Interieur Alpine A110 hybride

Et la batterie dans tout ça ? Fixée là où il restait de la place, c’est-à-dire entre les deux passagers. Le pack rechargeable de 21 kWh et 800 V court ainsi du tablier avant au tablier arrière sans chambouler l’implantation des sièges Recaro d’origine ni décupler le poids de l’ensemble grâce à une masse contenue à 99 kg. D’après David, « la batterie pèserait plutôt 140 kg si l’auto devait être homologuée ». L’état de démonstrateur permet en effet certaines latitudes, notamment en matière de résistance aux chocs : pas de protection renforcée du pack batteries, plus de zone de déformation derrière le bouclier avant. Cette Alpine A110 n’a pourtant rien d’un proto de Salon puisqu’elle roule bel et bien, comme nous l’a prouvé un bref tour en passager autour des ateliers Technomap.


En passager de l’A110 HE2HP

Le départ en mode électrique (donc en traction !) n’a rien d’une parenthèse monacale. Le réducteur, fixé comme le reste sans le moindre silent bloc, envahit le petit habitacle d’un perçant bruit de sirène à l'accélération. Le mode 100 % thermique est paradoxalement plus calme. Il s’enclenche d’une pression sur le bouton central, repensé au même titre que les affichages des compteurs et de l’écran tactile (une autre compétence de Technomap). Malgré les accélérations brèves de David, dont les milliers d’heures passées à concevoir ce proto tempèrent logiquement les envies de partir dans le décor, les sensations demeurent : poussée vigoureuse du TCe préparé, sifflement de la soupape de décharge du turbo et instantanéité des passages de rapport annoncent déjà le méchant caractère d’une A110 non encore basculée en mode full power.

Alpine A110 electrique
hybride

Le fameux bruit de sirène revient à l’enclenchement de cette ultime configuration, l’hybride, qui cumule théoriquement 600 ch… et constitue le prochain gros défi du projet HE2HP d’après David. « Les deux moteurs tournent correctement de manière indépendante, dit-il. Nous devons maintenant travailler sur leur fonctionnement simultané et définir différentes lois d’hybridation en privilégiant, par exemple, le couple de l’électrique en sortie de virage puis l’allonge du thermique dans les longues lignes droites. »

Il sera sans doute difficile de contenir les ardeurs de cette catapulte. Les joyeux lurons de Technomap visent pourtant un rapport poids/puissance de 2 kg par cheval qui propulserait notre Alpine nationale au niveau d’une Ferrari SF90 de 1 000 ch ! À 1 263 kg sur la bascule (soit 40 kg en dessous de l’objectif initial), l’A110 HE2HP n’aura pas de mal à égaler le ratio de la supercar italienne. Les premiers tests sur piste fermée serviront aussi à définir les optimisations nécessaires de pneumatiques et de freinage, avant un roulage plus officiel sur le circuit Bugatti du Mans, où cette bête curieuse devrait enfin dévoiler son véritable potentiel. Nous brûlons déjà d’en témoigner…

À LIRE. Essai Alpine Ravage : on a conduit l'A110 la plus folle !

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (6)
micsub

Super, me tarde de voir les essais et la mesure des perfs

PARISH71

J'adore les commentaires précédents, toujours rabat-joie, 225 kw de batterie, ben vas-y mon gars, tu fais quoi derrière ton écran ? vas l'installer cette batterie ! Moi je dis, super boulot, de vrais passionnés, et une super maitrise technique, effectivement arriver à tout caser dans une A110 ça n'a pas du être facile! perso je me serais arrêté au 400ch du thermique, mais pour la beauté du geste, ils sont allés beaucoup plus loin, chapeaux messieurs !

Francois1

Cette voiture est trop petite pour permettre les performances annoncées (manque de place pour y placer une batterie.qui devrait être de 225 kW et pas une rikiki ridicule batterie de 21 kW). Comment voulez-vous également les exploiter avec les pneus de dimension originale, des freins de série, etc.... Du bleuf publicitaire simplement.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Alpine A110