« Alpine aura une seule chance »
habillage
banniere_haut

« Alpine aura une seule chance »

A l'occasion de la révélation du concept Alpine Celebration aux 24h du Mans, nous avons rencontré Bernard Ollivier, le patron d'Alpine. Entretien.

Publié le Mis à jour le

Bernard Ollivier, PD-G de la société des Automobiles Alpine devant le concept Alpine Celebration.

Bernard Asset

L’argus : Pourquoi présenter  l’Alpine Celebration à une course d’endurance, alors que la Berlinette était la reine des rallyes ?
Bernard Ollivier, PD-G de la société des Automobiles Alpine. « C’est très simple. Beaucoup de gens associent Alpine au rallye, mais Alpine est chez elle au Mans. 57 voitures usines ont pris le départ en 17 participations. Et les valeurs de l’endurance vont bien à Alpine : simplicité, stratégie, et efficience ».


L’argus : Faut-il voir dans le concept Alpine Celebration le design de la future Alpine de série ?

B.O. « Ce concept est un test grandeur nature sur le style de la voiture. Nous allons être très attentifs aux réactions du public, de la presse, des spécialistes. C’est l’objectif de l’Alpine Celebration de tester son attractivité".


L’argus : Si le concept ne plaît pas ?
B.O. « Nous retournerons sur la planche à dessin ! »

L’argus : Vous avez donc fait le choix du rétro-design pour le style de l’Alpine Celebration ?
B.O : "Pas du tout ! Ce n’est pas du tout l’idée. Il y a des clins d’œil à la Berlinette mais cela s’arrête là. Nous voulons faire une voiture moderne, bien dans époque avec un style simple, évident où rien ne sera gratuit. Chaque courbe ou élément aura une fonction aérodynamique ou mécanique".



Alpine concept
Bernard Ollivier défend le concept d'un design moderne pour la future Alpine de série.

L’argus : A propos de mécanique, l’Alpine Celebration utilise quel moteur et quelle boîte ? Ce sont des éléments du futur modèle de série ?
B.O. "Je ne dirai rien là-dessus. Encore une fois l’objectif d’Alpine Celebration est de tester les réactions. La vedette, c’est le design de la carrosserie, pas autre chose".

L’argus : Les proportions semblent indiquer une Alpine autour de 4 mètres. C’est bien ça ?
B.O : "Vous n’êtes pas loin mais je ne dirai rien. Vous savez, nous construisons l’Alpine du XXIème siècle. Les clients n’accepteraient pas de se contorsionner pour s’installer à bord comme autrefois. Il faut du confort, de la qualité et une voiture utilisable au quotidien qui revendique sa sportivité, mais pas du luxe. Alpine, ce n’est pas le luxe".

L'Alpine du XXIème siècle doit être utilisable au quotidien et revendiquer sa sportivité
L’argus. La prochaine étape est la présentation du modèle de série de l’Alpine au Mondial de Paris en octobre 2016 ?
B.O. "Nous voulons prendre notre temps. La nouvelle Alpine, c’est un dossier passionnant mais compliqué. Ce n’est pas comme le renouvellement d’un modèle qui existe avec des paramètres connus. Nous sommes repartis de zéro pour notre projet avec un objectif de rentabilité évidemment".

L’argus. Quelle est la concurrente la plus proche de l’Alpine de série ?
B.O."Ce n’est pas notre raisonnement. Nous voulons apporter de l’air frais, quelque chose de différent. Car autour d’Alpine il y a de la passion, de l’exigence et énormément d’attente.


Alpine concept

Donc nous allons innover et nous prendrons le temps pour le calendrier car nous avons une seule certitude  : Alpine aura droit à une seule chance pour sa renaissance. Donc le premier tir doit être le bon".



L’argus. Pour finir, la future Alpine en trois mots ?
B.O.Simplicité, légèreté, agilité.
 

Alpine concept vue arrière
L'Alpine de série devra apporter de l'air frais, quelque chose de nouveau, selon Bernard Ollivier, qui ne dévoile rien de la technique de la future Alpine.


 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
jeanmarc.devienne183 Le 28/07/2015 - 11:37
Elle est trés bien cette voiture, pour moi elle a les gènes de la berlinette, un point à améliorer toutefois, ce sont les jantes, elles font "burago".
toudurnlk394 Le 03/07/2015 - 12:16
Vous évoquez des voitures très lourdes et - à part la gtr - parfaitement dénuées de toute qualité sportive. Concernant la GTR, celle-ci est enthousiasmante mais d'un autre temps : celui du gaspillage. Sur Circuit une GTR consomme 60 litres au 100 km ! Sa maintenance est d'une immense complexité. elle s'adresse à des gens qui ont beaucoup de moyens. Sur route elle consomme entre 14 et 21 litres à vitesse autorisée, ce qui représente des valeurs dignes d'une auto des années 60 ... Faire revivre Alpine, c'est faire revivre ses valeurs, et non tenter d'imiter Mustang ou Nissan pour plaire à un marché par exemple américain, qui a tout ce qui lui faut sur place en matière de muscle-cars.
toudurnlk394 Le 03/07/2015 - 12:02
Parfaitement d'accord avec vos commentaires surtout concernant la largeur plus importante à l'arrière. Il y a aussi un élément fondamental c'est le poids. Que ce soit en terme d'agilité ou de consommation, une sportive moderne ne peut plus dépasser un maximum de 1200 kg. Au delà on est dans la frime et le statutaire, ce qui n'a jamais été dans l'ADN Alpine. En fait l'Alpine doit être une Elise Lotus Française avec 4 éléments essentiels qui manquent à la petite anglaise : . Confort (accessibilité) . Fiabilité . Coffre . Boite séquentielle Enfin, pour rebondir sur des commentaires lus plus haut , que les designer Renault fassent enfin preuve de bon gout en matière de coloris et d'intérieur.
Voir tous les commentaires (17)
Essais
Guides d’achat