Alpine relancé grâce à Caterham Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Alpine relancé grâce à Caterham

Le petit constructeur Caterham va entrer dans le capital d'Alpine pour créer une entreprise commune, Alpine Caterham. Le but est de relancer la production de véhicules sportifs d'ici quatre ans environ.

Par Arnaud Murati
Publié le Mis à jour le
Les fanatiques d'Alpine respirent enfin ! Les PD-G du groupe Renault et du groupe Caterham ont tenu conférence commune pour annoncer leur ambition : relancer la marque Alpine, et disposer d'un modèle badgé à la fois à l'effigie d'une marque et de l'autre d'ici quatre ans : "Le département ingénierie sera commun" a aussi précisé Carlos Ghosn, l'incontournable patron de Renault.
Caterham va donc entrer à hauteur de 50% dans le capital de la société des automobiles Alpine Renault, qui deviendra de fait en janvier prochain la "société des automobiles Alpine Caterham". Aucun montant de transaction n'a été dévoilé par les deux marques.

Voulu par le directeur général Carlos Tavares, annoncé par Carlos Ghosn, le retour d'Alpine (dont la dernière voiture siglée comme telle est sortie en 1995) est avant tout le fruit d'une logique économique, selon le PDG de Renault : "Le marché mondial du véhicule de sport, c'est 600 000 véhicules vendus en 2011, et un potentiel de croissance de 15% d'ici à 2015 sur le continent européen" a t-il expliqué.

Mais si le profit est une source de motivation non négligable, Renault a avant tout souhaité mettre l'accent sur le retour de la passion pour le produit automobile... et sur l'opportunité de donner un avenir aux 300 salariés d'Alpine à Dieppe (76) : "On ne vous laissera pas tomber, nous créerons des emplois" a promis Tan Sri Tony Fernandes, PD-G de Caterham, au ministre du redressement productif Arnaud Montebourg présent dans la salle. Ce dernier n'a d'ailleurs pas manqué l'occasion de distiller un commentaire aigre-doux à l'intention du patron de Renault, en espérant que la signature de l'accord Caterham / Renault "est le premier acte de ceux qui amèneront Renault à investir en France".
L'ambiance à Dieppe n'est plus au beau fixe depuis un certain temps, car l'usine Alpine se trouve au chômage technique partiel depuis l'arrêt de production de la Clio III RS.  L'activité devrait reprendre avec la Clio IV RS, mais en attendant, l'annonce a été bien accueillie de tous, selon la CGT.

Les représentants légaux des deux marques n'ont en revanche pas livré la moindre donnée inhérente au produit qui va être crée : "Ce sera une Alpine moderne, mais en lien avec son histoire" a lâché Carlos Ghosn, qui ne veut surtout pas "enfermer les ingénieurs dans quelque chose qui aurait été défini en conférence de presse". Point de prix, de segment visé ou encore d'objectifs de production à ce stade du projet donc. Carlos Ghosn a simplement consenti du bout des lèvres que l'engin serait "quelque chose de plus abordable qu'une Ferrari ou une Mc Laren". Une Alpine en somme...
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
un pseudo libre Le 08/11/2012 - 19:36
J'ai été l'heureux propriétaire d'une berlinette V85 A110 de 1978 à 1980. L’intérêt de cette auto était en plus de toutes ses qualités mécaniques et sportives d'être issue directement de pièces d'automobiles grand public - ce qui permettait d'entretenir voire réparer son auto à moindre frais et permettait donc à des jeunes gens pas fortunés mais passionnés (j'en étais) de rouler dans ce genre de petite merveille. Dès A310, cela est devenu beaucoup plus compliqué et l' A610 a fermé le bal !! Qu'en sera-t'il de ce que je vois en photo ! ? Pour ma part, après une trentaine d'autos de toutes sortes, je viens de trouver un petit compromis - pas trop cher d'occasion et entretien facile - : je viens de m'offrir une coupé Roadster Smart. Je retrouve les sensations de mon A110 !
un pseudo libre Le 08/11/2012 - 17:40
J'ai été l'heureux propriétaire d'une berlinette V85 A110 de 1978 à 1980. L’intérêt de cette auto était en plus de toutes ses qualités mécaniques et sportives d'être issue directement de pièces d'automobiles grand public - ce qui permettait d'entretenir voire réparer son auto à moindre frais et permettait donc à des jeunes gens pas fortunés mais passionnés (j'en étais) de rouler dans ce genre de petite merveille. Dès A310, cela est devenu beaucoup plus compliqué et l' A610 a fermé le bal !! Qu'en sera-t'il de ce que je vois en photo ! ? Pour ma part, après une trentaine d'autos de toutes sortes, je viens de trouver un petit compromis - pas trop cher d'occasion et entretien facile - : je viens de m'offrir une coupé Roadster Smart. Je retrouve les sensations de mon A110 !
Voir tous les commentaires (3)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...