Apprendre à conduire sur une voiture électrique
habillage
banniere_haut

Apprendre à conduire sur une voiture électrique

Par Stéphanie Marécaux
Publié le Mis à jour le

Mathieu Martineau, lycéen de 18 ans, a obtenu le premier permis de conduire passé sur une voiture électrique, une Peugeot 206. Il a suivi, à La Rochelle (Charente-Maritime), une formation de vingt heures sur voiture électrique, pour un coût égal à celui d'un apprentissage classique. Grâce aux six heures de conduite supplémentaires sur voiture à combustion, le jeune conducteur s'est en même temps familiarisé avec la boîte de vitesses et l'embrayage des voitures à moteur thermiques, absents sur les véhicules électriques.

Selon Mathieu, l'expérience est convaincante : "La voiture électrique, moins nerveuse, plus silencieuse et plus simple à conduire, permet d'être plus réceptif à l'environnement et plus calme au volant", assure-t-il.
Satisfait du résultat, il se dit prêt à louer, parfois, une voiture électrique pour des déplacements en ville. A condition que les bornes de recharge fleurissent un peu plus dans les villes...

Devant la progression du nombre de jeunes conducteurs tués sur les routes, le Groupement des entreprises mutuelles d'assurances (GEMA), la Direction de la Sécurité Routière et le groupe interministériel Véhicules Electriques ont lancé, le 7 mai dernier, l'initiative d'une formation de conduite sur véhicule électrique.
Cinq villes sont concernées par ce nouvel apprentissage : Bordeaux, La Rochelle, Niort, Poitiers et Angoulême. Le prêt de trente voitures électriques et le financement de six heures sur véhicule à combustion sont assurés par le GEMA pour un investissement total de cinq millions de francs. Le Groupement espère ainsi améliorer la conduite des jeunes au volant.

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours