Attention, circulation parisienne
habillage
banniere_haut

Attention, circulation parisienne

La préfecture de police de Paris, qui couvre la capitale et les trois départements de la petite couronne 92,93 et 94, vient de remettre un rapport sur la sécurité routière en 2009. Les résultats sont mitigés, et les deux-roues demeurent au centre des préoccupations.

Par Arnaud Murati
Publié le Mis à jour le

L'agglomération parisienne, mère de tous les dangers ?  Pas forcément, lorsque l'on  lit les chiffres bruts : l'accidentalité a reculé de 5,7% l'an dernier en Ile-de-France, et la mortalité de 13,4%, soit un chiffre bien plus élevé que la moyenne nationale. D'autant plus que si proportionnellement, "les accidents corporels sont plus nombreux, ils tuent moins qu'en France rurale" de l'aveu de la préfecture.
 

Gare aux scooters


Malgré la tendance à l'amélioration, le rapport pointe les deux principales sources d'insécurité routière : les usagers de deux-roues, et les piétons, qui ont bien du mal à s'avérer disciplinés.
Pour les deux-roues, les chiffres parlent d'eux-mêmes : ils représentent 47% des morts de la route de l'agglomération parisienne (départements 75, 92, 93 et 94), une proportion qui grimpe à 64,3% pour le seul département du Val-de-Marne... sachant que la moyenne nationale est à 28%. Selon l'étude de la préfecture, la vitesse excessive est systématiquement la cause numéro une de l'accident impliquant un deux-roues : 16% des cas recensés, loin devant la mauvaise traversée d'un piéton (8,4% des cas).
 
En ce qui concerne les piétons, d'ailleurs, ils paient un lourd tribut aux errements des usagers d'engins : 16 tués l'an dernier (contre 29 en 2008), une valeur en baisse. Mais... le piéton est fort indiscipliné, et se trouve à l'origine de 53,7% des accidents coroporels de l'agglomération. Le plus souvent en raison de traversées intempestives de la chaussée ! Les services de police ne sont d'ailleurs visiblement pas restés les bras ballants devant l'ampleur du phénomène, puisque les amendes pour traversée en dehors des clous ont explosé l'an dernier : +68,9% et 765 procès dressés.
 

Santé !


Si l'on ne s'intéresse qu'aux personnes responsables d'un accident mortel, sans retenir leur catégorie d'usager, la première cause d'accident en agglomération parisienne est l'alcoolisme ! Pourtant, les procès pour conduite en état d'ivresse ont baissé (-5,5% pour les contraventions et -6,2% pour les délits), et les contrôles aussi. Les policiers ont préféré s'occuper de la conduite sous l'emprise de stupéfiants, qui a fait l'oeuvre de 60,2% de procès en plus l'an dernier. Un effet nouveauté indéniable !
 
Dernier point tout à fait remarquable, les excès de vitesse ont sacrément chuté dans l'agglomération parisienne. Ceci est particulièrement palpable sur le périphérique, puisque les radars fixes et mobiles ont observé une baisse de rendement de leur flash de l'ordre de 29,8%. La conduite sans permis baisse elle aussi de 6%, tandis que les procès pour téléphone au volant restent désespérément stables : -0,9%.
 
Au niveau national, la sécurité routière a enregistré une très légère baisse des tués l'an dernier, avec -0,3%. Cependant, la tendance des cinq premiers mois de cette année est fort encourageante, puisque l'on a enregistré 142 décès de moins que les cinq premiers mois de 2009. 
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours