Autoroutes : moins de trafic, plus de profits Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Autoroutes : moins de trafic, plus de profits

La fréquentation des autoroutes françaises est en baisse au premier semestre. Heureusement pour les sociétés concessionnaires, les recettes suivent la logique inverse.

Par Arnaud Murati
Publié le Mis à jour le

Cédric Lecocq

Tant que les marges sont préservées, tout va bien ! La fréquentation des autoroutes françaises est en berne au premier semestre 2012. Quasiment toutes les sociétés concessionnaires ont dévoilé des chiffres négatifs :
Autoroutes Paris Rhin Rhône (APRR) tout d'abord, qui revendique -1,6% de trafic sur ses chaussées, avec une activité véhicules légers en retrait de 1,1%, et une fréquentation des poids lourds qui chute de 3,8%.

APRR explique ce phénomène par «des conditions météorologiques défavorables» pour les voitures, et par un «ralentissement de l’activité économique» pour les camions.

-3.6%


Idem sur le réseau Sanef / SAPN, propriété du groupe espagnol Abertis : le trafic a reculé de 3,6% au premier semestre.
Enfin, les autoroutes Vinci, représentées par les sociétés ASF, Escota et Cofiroute : la densité de circulation baisse de 1,9% au premier semestre ; surtout, le trafic poids lourds se contracte de 4,7% sur le deuxième trimestre !

Les professionnels commenceraient-ils à être effrayés par les prix des péages ? «Ce n’est pas notre sentiment» réplique Xavier Huilard, PD-G de Vinci, «la baisse est plutôt corrélée à l’activité économique en général, et aux paramètres macro-économiques espagnols, puisque notre réseau dessert l’Espagne».

Voici trois mois pourtant, le Comité National Routier avait  publié une étude sur le transport de longue distance affirmant l’inverse : «La part des entreprises privilégiant systématiquement l’autoroute reste très minoritaire avec 13% des répondants depuis 2009, contre 33% en 2007 (...) Les entreprises restent confrontées depuis 2007 à une inflation marquée du coût d’usage de l’autoroute, sous les effets conjugués de l’inflation régulière des péages...»

CA préservé


Malgré cela, le chiffre d’affaires «péages» d’APRR est en hausse de 0,5%, quand les «recettes» issues des péages Vinci croissent aussi de 0,5%.
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
xenex63124 Le 12/07/2014 - 14:02
Il y a des cas ou le gain de temps est indéniable et où la dépense supplémentaire est compensée par ce gain de temps. Toutefois, avec une consommation de carburant augmentée de 30% par la vitesse et surtout, par le nombre de kilomètre ajouté, si c'est pour mettre 4h50 au lieu de 5h10, je ne vois pas bien l'intérêt. D'autant que tous les sites qui permettent de calculer les itinéraires calculent en prenant 130 comme vitesse moyenne, sans même tenir compte des portions à 110 , sans tenir compte des travaux, sans tenir compte des centaines de camions, alors que ces même sites calculent nettement trop large pour les routes secondaires. (Je met toujours 15 à 20 minutes de plus que ce qui est prévu sur un trajet entièrement autoroute de 300 km, et pratiquement 30 minutes de moins sur la même distance sur des routes du massif central) Et je parles même d'autoroutes gratuites qui ne valent le coup que si on ne fait pas 30% de kilomètres en plus. De plus, sur route, on peut toujours trouver un autre itinéraire en cas de bouchon.
un pseudo libre Le 05/09/2012 - 11:15
Je suis impressionné par le fait que personne, vraiment personne n'a mentionné les avantages de prendre l'autoroute. Un gain en sécurité indéniable bien sûr, mais aussi et surtout un gain de temps ! Alors qu'un vacancier ou un retraité me dise que faire un trajet de 9 heures par nationale plutôt que 6 heures par autoroute ne le gêne pas je veux bien. Mais qu'un professionnel explique qu'il fait Paris - Annecy par la nationale plutôt que par l'autoroute, là je n'y crois pas ... ou alors il est à côté de la plaque. Sur ce trajet c'est 6 heures d'autoroute ou 9 heures par la nationale. En prenant en compte le salaire du professionnel, les 3 heures gagnées représentent beaucoup plus que le surcoût de l'autoroute ! Donc oui les autoroutes sont chères, voire très chères, tout le monde est d'accord là-dessus mais on paie pour un service, après libre à chacun de faire son choix mais il est bien que l'alternative existe !
un pseudo libre Le 22/08/2012 - 10:52
C'est fini depuis plus de 5 ans: je ne prends plus les autoroutes à péage en France (Il existe de vraies autoroutes à 130 km/h gratuites et plusieurs centaines de 4 voies à 110 km/h en Bretagne où je demeure). Pour me rendre à Paris, je prends la N 12: 1/2 heure de plus, 6 litres de GO en moins et presque 30 euros de péages qui restent dans ma poche X 2 pour cause d'aller et retour et voila 80 euros d'économiser; je peux dire aussi qu'une heure gagnée avec l'autoroute me revient à 80 euros.Si on regarde les pays voisins: Belgique, Allemagne, Hollande = gratuité. Suisse, Autriche, Hongrie, Slovénie = vignette dont le coût hebdomadaire (de 9 à 15€) est très largement inférieur au coût d'un péage entre Paris et Lille par exemple. L'Italie nous dépasse avec des péages parfois plus chers qu'en France; L'autoroute n'est plus un luxe, il est grand temps de les démocratiser et de réduire très fortement les péages, sinon de les supprimer pour les VP, car cela devient un non sens économique. Les stés d'autoroute se sont constitué des rentes sur le dos des contribuables et des automobilistes et l'état a bradé le patrimoine de la nation. Enfin, quelle escroquerie de la part de ces mêmes Stés d'autoroute qui vous perçoivent chaque année 20€ pour vous permettre d'avoir un badge LiberT, alors que dans le même temps elles réalisent d'importantes économies en personnel au prix d'un investissement minime: le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière...
Voir tous les commentaires (22)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...