Vous êtes ici :

Autoroutes : quand le PDG s'insurge

voir les photos
Autoroutes : quand le PDG s'insurge

A l'occasion de la présentation des résultats semestriels du groupe Vinci, son PDG s'est insurgé contre la hausse de la redevance domaniale qui va toucher les sociétés concessionnaires d'autoroutes.

Trois rapports de la Cour des comptes et diverses enquêtes d'opinion auprès des usagers n'auront donc pas suffit : "Nous avons, de façon constante, indiqué à notre autorité concédante que nous considérions que le droit des contrats que nous avons signés les uns et les autres rendait cette augmentation impossible" a fait savoir Xavier Huillard, PDG du groupe Vinci. Celui-ci ne semble en effet pas apprécier le fait que la redevance domaniale (les sociétés d'autoroutes paient un loyer à l'Etat pour exploiter les chaussées) ait été récemment revue à la hausse de 50%.

Et l'intéressé de reprendre : "Nous avons indiqué que dans l'hypothèse où nous ne serions pas compensés, notamment par le biais d'une augmentation des tarifs (je ne vois pas très bien comment on peut faire autrement, dans l'état actuel de ces augmentations de redevance) nous introduirions un recours contre ce décret" a encore considéré le président, "en clair, nous considérons que nous avons le droit pour nous".
Déjà contacté à ce sujet par L'argus, le cabinet du ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier avait fait savoir qu'il était "impossible" que ces hausses rejaillissent sur les prix des péages

Mais ce discours de combattant semble avoir été particulièrement apprécié par le député socialiste Henri Emmanuelli : "Après les déclarations de Monsieur Huillard, PDG de Vinci, ce qui est fort de café, c'est qu'il ose utiliser ce ton après la publication du rapport de la Cour des comptes, qui a scandalisé tous les commissaires aux finances de l'Assemblée nationale" a écrit l'ancien premier secrétaire du PS, "rapport qui ne peut pas et ne doit pas rester sans suite..."
Henri Emmanuelli semble avoir réagi car au sein du département qu'il préside (Les Landes), les tarifs de l'A63 sont si élevés que les camions se reportent massivement sur le réseau secondaire, ce qui entraine pollution et insécurité routière.

Outre l'augmentation de la redevance domaniale, déja actée, les sociétés d'autoroute pourraient voir prochainement la règle de fixation du prix des péages revue et corrigée. La Cour des Comptes a en tout cas exhorté les gouvernants à y procéder rapidement...

Selon les résultats semestriels de Vinci, "les recettes de péage sont en hausse de 2,1% à 2065 millions d'euros" alors que le trafic n'a augmenté que de "0,3%"...
Partager cet article
Mots clés
Commentaires
un pseudo libre

Lui au moins il a compris que l'automobile francaise n'est pas assez taxée. Ca permettra peut-être un jour à la france de dépenser moins que ce qui rentre et de ne plus aller pleunicher dans les milieux financiers ou les opportunistes les assoment à gros coup de taux d'intérêts absurdes... En France vous vivez dans le luxe superficiel de toute facon!!!

un pseudo libre

"Moi je" est en vacances.... en plus l'autoroute il ne la paie pas...donc il s'en fout ! Vivement 2017 !

un pseudo libre

Et alors ? chacun prêche pour sa paroisse Le pdg voit l’intérêt de sa société et de ses actionnaires. Vinci n'est pas philanthrope. Mr Emmanuelli prêche pour son département et son siège de député. L'Etat doit regretter d'avoir privatiser une affaire aussi rentable :-)

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
136 058 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !