BMW M5 : ange et démon
habillage
banniere_haut

BMW M5 : ange et démon

Voilà vingt-sept ans que BMW persiste et signe avec sa berline ultrasportive. Si cette cinquième génération adopte un V8 bi-turbo, elle reste fidèle au standing et aux performances de haut niveau de ses aînées.

Publié le Mis à jour le

Essence,560 ch
lancement  en décembre
117 000 €

Sous sa robe bleue, la nouvelle M5 joue les discrètes. Toutefois, à l'image des quatre sorties d'échappement, des ouïes latérales implantées sur les ailes, des boucliers ajourés et des jantes de 19 pouces, certains détails trahissent son caractère sportif.



L'habitacle, quant à lui, est en adéquation avec la sobriété extérieure. Difficile dans ces conditions de s'imaginer que l'on va prendre le volant d'une des berlines les plus puissantes du marché. Certes la mise en route du moteur se fait remarquer. Mais dès que la voiture démarre, la discrétion devient de mise.

Les suspensions absorbent bien les irrégularités de la route, la transmission est douce et le bon niveau de confort intérieur permet d'avaler les kilomètres sans fatigue.


 
En troquant le V10 atmosphérique contre un V8 bi-turbo, la M5 fera crier au scandale certains passionnés de la marque. Mais BMW ne fait que suivre la tendance de la chasse aux émissions polluantes en dotant sa Série M d'un système Stop&Start. Ce qui lui permet d'annoncer des consommations en baisse de 30 %.

Toutefois, comme en atteste la fiche technique, les autres valeurs sont en hausse par rapport à l'ancien V10. De 507 ch, le nouveau V8 passe à 560 ch et le couple bondit de 520 à 680 Nm constant de 1 500 à 5 750 tr/min. Les accélérations sont très proches de celles proposées par la dernière Porsche 911 Carrera S et meilleures que celles de la Mercedes E 63 AMG.
 

 

Double facette


Trois modes de conduite sont disponibles : Confort, Sport et Sport+. Ils varient indépendamment des paramètres de la cartographie moteur, de la boîte de vitesses, des suspensions et de la direction.

Quelles que soient les conditions, la poussée est toujours forte du bas du compte-tours jusqu'à 7 250 tr/min. Impressionnant ! Et c'est à partir de 5 000 tr/min que la mécanique commence à exprimer son potentiel.

En mode Sport, le moteur devient plus sonore et laisse échapper un grondement grisant lorsqu'on lève le pied. Même si les turbos n'étouffent pas trop le bruit du moteur, un V8 AMG est plus démonstratif.


 
Pourtant on ne se lasse pas de ses accélérations, d'autant que la nouvelle boîte de vitesses à sept rapports et à double embrayage, ainsi que le différentiel actif, digère sans broncher l'énorme couple.

C'est un peu moins le cas des pneumatiques. Heureusement, l'antipatinage et l'ESP veillent. Il est possible d'en relever le seuil de tolérance grâce au mode MDM. Et l'on se prend vite au jeu des dérobades « sous contrôle ».

Saine et équilibrée, la M5 se place avec précision en entrée de virage et en ressort à l'accélérateur, un vrai régal. Le dynamisme pourrait presque faire oublier son poids. Il faut toutefois se méfier des vives allures atteintes avec une rapidité et une efficacité déconcertantes.

Mais attention au freinage : manquant de mordant et de constance, la course de la pédale est exagérément longue... ce qui est peu rassurant. Un système carbone/céramique n'est pas prévu, mais BMW assure que des plaquettes plus performantes seront disponibles? en option.
 










 
Bilan
La M5 est une véritable GT. Elle est capable d'atteindre 305 km/h (avec le Pack M) en un éclair, tout en garantissant un haut niveau de confort. Il reste un petit détail : comme pour toute voiture d'exception, il faudra signer un gros chèque de 117 000 €.

On aime
Le compromis confort/sportivité
L'efficacité de la boîte M DKG
La disponibilité du V8

On regrette
Le poids
Le freinage manquant de mordant
La sonorité du V8 par rapport au V10



 
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
un pseudo libre Le 27/02/2012 - 11:59
Vraiment loupée la dernière série 5. Un design fade et mou; on ne la remarque même pas dans la rue. Désolant pour une BM. Pour le prix je prends la 911S sans hésiter...
olovergne104 Le 24/10/2011 - 17:38
Cette voiture a sa clientéle à travers le monde, c'est aussi une démonstration de savoir faire qui impacte l'ensemble de la gamme , qui peut lutter contre les constructeurs allemands à ce niveau là ?
clo.perrin847 Le 22/10/2011 - 07:25
680 Nm c'est effectivement énorme, comme le prix d'ailleurs,il est difficile de se rendre compte dans la circulation actuelle comment le quidam va se débrouiller au volant ?
Voir tous les commentaires (6)