Bonus écologique. Le barème 2021 prolongé jusqu'au 30 juin 2022
habillage
banniere_haut

Bonus écologique. Le barème 2021 prolongé jusqu'au 30 juin 2022

Décidé de longue date, le durcissement du bonus écologique en 2022 va être décalé de six mois. Les aides pour l'achat de voitures électriques et hybrides rechargeables attendront ainsi le 1er juillet pour baisser de 1 000 €.

Par Johann Leblanc
Publié le Mis à jour le

La barème du bonus écologique pourrait être prolongé de six mois. Au premier semestre 2022, son montant s'élèverait ainsi toujours à 6 000 € pour les voitures électriques de moins de 45 000 € et à 2 000 € pour celles dont le prix est compris entre 45 000 et 60 000 €.

[Mise à jour le 30/12/2021] Le changement du barème du bonus écologique a été repoussé de six mois. Le montant maximal pour les voitures électriques restera donc de 6 000 € jusqu'au 30 juin 2022, et les hybrides rechargeables conserveront encore leur aide de 1 000 € quelques temps. A noter que le véhicule commandé doit être facturé au plus tard le 30 septembre pour bénéficier du bonus maximal. Retrouvez tous les bonus par type de véhicule dans notre tableau en bas de cet article.

***

Les années se suivent et se ressemblent pour le bonus écologique. Fin 2021, face à la crise engendrée par le coronavirus, le barème alors en vigueur avait été prolongé de six mois. La baisse des aides initialement prévue pour janvier n’avait ainsi eu lieu qu’en juillet dernier (lire plus bas). Aujourd’hui, pour des raisons légèrement différentes, le Gouvernement s’apprêterait à refaire la même annonce. La nouvelle réduction de 1 000 € qui était programmée pour le 1er janvier 2022 serait décalée au 1er juillet 2022. C’est en tout cas ce qu’affirment nos confrères des Échos, qui évoquent une « source proche du dossier ». Mais celle-ci prend toutefois encore quelques pincettes, affirmant que « c’est l’orientation actuelle, même si la question n’est pas totalement arbitrée ».

À LIRE. Bonus et prime à la conversion. Le barème 2020 prolongé à la mi-2021
 

Une annonce possible le 26 octobre

Même si elles n'ont pas été fermées aussi longtemps qu'en 2020, les concessions sont encore loin de faire le plein.

La confirmation pourrait avoir lieu le 26 octobre prochain, lors de #JournéeDeLaFilièreAuto organisée par la Plateforme automobile (PFA). L’un des buts de ce nouveau calendrier serait de soutenir une filière toujours en difficulté, sous l’effet cette fois de la pénurie de semi-conducteurs. Les ventes de voitures neuves sont restées extrêmement basses ces derniers mois, et la situation ne semble pas près de s'améliorer rapidement. La baisse prévue serait aussi tombée bien mal alors que le prix du carburant toujours plus haut pourrait pousser certains automobilistes récalcitrants à se tourner vers la voiture électrique ou hybride rechargeable. « Il s’agit de ne pas avoir de coups de rabot tous les six mois », indique une autre source citée par Les Échos.
 

Un sursis pour les hybrides rechargeables

Si cette information se vérifie, les hybrides rechargeables vont garder leur bonus de 1 000 € pendant six mois de plus.
Depuis l'été 2021, les camionnettes électriques bénéficient de l'aide à l'achat la plus généreuse : son montant peut atteindre 7 000 €.

Si l’information se vérifie, le bonus écologique resterait à 6 000 € jusqu’au 30 juin 2022 pour les voitures électriques de moins de 45 000 € et à 2 000 € pour celles dont le prix se situe entre 45 000 et 60 000 €. La nouvelle serait même encore meilleure pour les hybrides rechargeables dont le tarif est inférieur à 50 000 €, puisqu'ils devaient initialement passer de 1 000 € d’aide à rien du tout.

Quant aux camionnettes électriques, elles peuvent carrément profiter de 7 000 € d’incitation fiscale depuis cet été. En revanche, l’évolution de la prime à la conversion demeure très incertaine. Celle-ci doit normalement aussi faire l’objet d’un tour de vis le 1er janvier, avec un nouvel abaissement de 5 g/km du seuil d’émissions de CO2. Les véhicules thermiques neufs qui rejettent plus de 127 g/km sur le cycle WLTP seraient ainsi exclus du dispositif.
 

Véhicules concernés Jusqu'au
30 juin 2022
Au 1er juillet 2022
Voiture électrique
< à 45 000 €
6 000 €/27 % du prix d'acquisition 5 000 €/27 % du prix d'acquisition
Voiture électrique
< à 45 000 € (pers. morale)
4 000 € 3 000 €
Voiture électrique entre
45 000 et 60 000 €
2 000 € 1 000 €
Véhicule utilitaire léger électrique*
ou à hydrogène
7 000 €  6 000 €
Véhicule utilitaire léger électrique*
ou à hydrogène
(pers. morale)
5 000 € 4 000 €
Voiture particulière à hydrogène > 60 000 € 2 000 € 2 000 €
Voiture hybride rechargeable**
< à 50 000 €
1 000 € -
Voiture électrique d'occasion
de plus de 2 ans
1 000 € 1 000 €

 

* dans la limite de 40 % du prix d'acquisition  

** avec au moins 50 km d'autonomie électrique en ville

Source : Les Échos et BFM

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Pat90107 Le 13/01/2022 - 19:35
On nous oblige de plus en plus: Les boîtes automatiques qui consomme plus, Les hybrides avec un minimum de 350 kg de bagage en permanence pour 50km, De vitesse de plus en plus basse, Tout cela au titre de l’écologie alors que tout cela augmente le CO2 émis par les véhicules sans parler des diesels que émette moins de CO2 à puissance égale et dont les NOX ne sont pas plus que les essences depuis les moteurs à injection comprimé et qui pour beaucoup n’ont pas de filtre à particules voir les études de l’ademe. Une hérésie.
sprinteur Le 20/10/2021 - 16:18
La prime à la conversion devrait être réservée aux VE, donner une prime à l'achat d'un véhicule thermique même consommant moins que le précédent n'a aucun sens quand on interdit l'installation de chaudières au gaz en construction neuve. Une remise à plat des conditions d'homologation des consommations normalisées serait aussi nécessaire: prétendre qu'un hybride rechargeable consomme 2 litres aux 100 quand il fait 6 sur route et 8 sur autoroute c'est de la publicité mensongère sponsorisée la gouvernement et les organismes d'homologation.
pemmore Le 20/10/2021 - 11:05
Globalement la VE reste encore très chère malgré les aides et la plupart du temps ne remplace que la voiture bis (ça nous fera de très belles occasions). Il faut reconnaitre qu'on attend d'autres propositions plus accessibles, ou techniquement plus évoluées, fibre de carbone, super magnésium etc pour un poids bien mesuré. Une citadine avec le poids de mon 4x4 c'est pas logique, difficile de croire que l'architecture rejoindra sans travaux importants 300000 km étant donné l'état de nos routes. (ou sont les nationales d'antan?) vous n'avez pas connu ces routes croisées avec des billards des années 60! dommage c'est comme le vin sans sulfites.
Voir tous les commentaires (4)