Bugatti W16 Mistral (2022). Le roadster d’adieu au moteur W16
habillage
banniere_haut

Bugatti W16 Mistral (2022). Le roadster d’adieu au moteur W16

Bugatti souhaite bon vent à son W16, introduit en 2005 dans la Veyron et unique moteur de la marque depuis. Mais avant de lui dire adieu, le constructeur français en fait le cœur d’un roadster de 1 600 ch nommé W16 Mistral et limité à 99 exemplaires, avec lequel il vise un nouveau record de vitesse.

Par MaxK
Publié le Mis à jour le

Le moteur W16 de Bugatti fera ses adieux avec la W16 Mistral.

Bugatti

L’évolution de la réglementation impose aux constructeurs d’électrifier leurs véhicules, et Bugatti est récemment passé sous le contrôle (partagé avec Porsche) du constructeur et équipementier croate Rimac, dont c’est la spécialité. En outre, la Chiron lancée en 2016, qui sert de base technique à tous les modèles de la marque depuis, arrive en fin de carrière. Un page s’apprête donc à être tournée : celle du spectaculaire moteur W16 8.0 quadriturbo de Bugatti, dont la Veyron de 1 001 ch écrivit les premières lignes en 2005. Évidemment, c’est avec un dernier coup d’éclat que ce seize-cylindres tire sa révérence. Bugatti dévoile la W16 Mistral, son ultime véhicule de route animé par cette motorisation.

Media Image
Image

Le roadster offre 1 600 ch.

Bugatti

Le design Bugatti évolue en s’inspirant du passé

La W16 Mistral est l’unique roadster conçu à partir de la Chiron. Le « V » prononcé de son capot avant et la disposition verticale de ses projecteurs l’inscrivent dans la lignée de la Divo et de La Voiture Noire sur le plan du style. La calandre en fer à cheval, plus large et plus profonde que sur les autres modèles Bugatti, alimente à elle seule le radiateur qui se trouve derrière. Les deux autres prises d’air installées sur le bouclier avant sont dédiées au refroidissement. Les quatre lamelles de LED qui composent les feux avant font référence aux quatre turbocompresseurs et aux quatre roues motrices du véhicule, tout en laissant passer entre elles un air qui ressort derrière les roues avant pour réduire la traînée aérodynamique.

Media Image
Image

Le langage esthétique de Bugatti évolue avec la W16 Mistral.

Bugatti

Media Image
Image

Les feux arrière reprennent le motif en « X » de la Bugatti Bolide.

Bugatti

Le pare-brise courbé, prolongé par les vitres latérales, s’inspire de l’unique Bugatti Type 57 Roadster Grand Raid de 1934 selon le constructeur. Il en va de même pour le carénage qui prolonge les appuie-tête façon speedster. Celui-ci abrite les prises d’air dédiées à l’admission du moteur. Les aérations présentes sur les flancs s’en trouvent plus petites car elles n’alimentent que le radiateur d’huile et forment le motif en « C » cher à Bugatti avec plus de discrétion que sur une Chiron. La poupe, très ajourée à des fins de refroidissement, arbore des feux en « X » rappelant ceux de la Bugatti Bolide au-dessus d’une large sortie d’échappement hexagonale insérée au centre du diffuseur.

Media Image
Image

Les vitres latérales prolongent le pare-brise courbé.

Bugatti

Bugatti W16 Mistral, déjà une pièce d’histoire

L’habitacle de la W16 Mistral reste quasi identique à celui de la Chiron. Il reçoit néanmoins une sellerie dont le cuir est tissé selon un motif exclusif et, surtout, un levier de vitesses particulièrement travaillé. Toujours fait d’aluminium massif, il se pare d’un insert de bois et intègre en son centre un bloc d’ambre dans lequel est exposée la célèbre statuette d’éléphant de Rembrandt Bugatti.

Le roadster est présenté en noir avec des touches de jaune, une combinaison de couleurs utilisée à de multiples reprises dans l’histoire du constructeur car elle figurait parmi les favorites de son fondateur, Ettore Bugatti. « Nous savons que la W16 Mistral aura toujours une place importante dans l’histoire de Bugatti. (…) En tant que designers, nous avions une pression très forte : il fallait proposer un style qui traduise instantanément ce caractère historique tout en nous inspirant de certains des plus beaux roadsters de la marque » raconte Achim Anscheidt, directeur du design.

Media Image
Image

Noir et jaune, une combinaison de couleurs historique chez Bugatti.

Bugatti

Media Image
Image

Le cuir est tressé selon un motif exclusif à la W16 Mistral.

Bugatti

Le futur roadster le plus rapide du monde ?

Le moteur de la W16 Mistral développe 1 600 ch, comme à bord des Chiron Super Sport et Centodieci, soit la puissance maximale qu’il puisse délivrer à ce jour dans une Bugatti de route. En quatorze ans d’évolution, cela représente une augmentation de 60 % par rapport à la Veyron standard. En 2013, cette dernière fut déclinée en un roadster de 1 200 ch baptisé Grand Sport Vitesse, qui entra dans le Guinness Book comme le roadster le plus rapide du monde en atteignant 408,84 km/h. Bugatti ne révèle pas encore la fiche technique détaillée de la W16 Mistral mais promet : « Il ne peut y avoir qu’un seul objectif en tête : devenir une fois de plus le roadster le plus rapide au monde. » Une nouvelle tentative de record est donc à attendre, alors que Koenigsegg et Hennessey affichent la même ambition pour leurs Jesko Absolut et Venom F5 Roadster respectives. La W16 Mistral filera donc comme le vent dont elle tire son nom. Un patronyme également attribué à la plus longue ligne droite du circuit Paul-Ricard comme au train rapide et luxueux que la SNCF utilisa durant trois décennies.

Media Image
Image

Le moteur W16 de Bugatti sera resté en production durant deux décennies.

Bugatti

La Bugatti W16 Mistral doit être produite à 99 exemplaires, affichés au prix unitaire de 5 millions d’euros hors taxes et options, et tous déjà réservés. Les premières livraisons sont programmées pour 2024. En parallèle de cet ultime modèle routier, le moteur W16 aura droit à un baroud d’honneur sur circuit sous le capot de la Bugatti Bolide, dont 40 unités seront assemblées.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours