BYD Tang (2020) : le SUV électrique venu de Chine débarque en Europe
habillage
banniere_haut

BYD Tang (2020) : le SUV électrique venu de Chine débarque en Europe

Après s'être fait connaître des européens par ses copies excentriques, BYD revient sur le devant de la scène avec des ambitions plus sérieuses : conquérir l'Europe avec des modèles 100 % électriques. Première étape : lancer un SUV en Norvège.

Par Florian Chopin
Publié le

Le SUV Tang de BYD est 100 % électrique.

Les constructeurs chinois ont, semble-t-il, décidé d’investir l’Europe ensemble et non plus de façon éparse comme cela fut le cas par le passé. Ainsi, après Aiways, qui s’appuiera sur un mode de distribution non conventionnel, et avant MG, dont l’annonce est prévue pour le 7 mai, c’est BYD qui se lance. Une marque pas tout à fait inconnue des européens : au milieu des années 2000, elle s’est fait un petit nom avec des copies excentriques de nos modèles, dont la S8. Aujourd’hui, la marque revient avec un modèle au style beaucoup plus sage.
 

En Norvège d’abord

Le style de ce SUV est très classique.

Le constructeur chinois commercialisera dans le courant de l’année la BYD EV600, également appelée Tang. Il s’agit de la deuxième génération d’un SUV, jugé compact par le constructeur, mais qui, avec ses 4,87 m de longueur, se classera, sur le Vieux Continent, parmi les modèles imposants (gabarit d’un BMW X5). Si une version hybride rechargeable est également disponible en Chine, c’est cet EV600, 100 % électrique qui débarquera en Europe.

Ce SUV affiche une longueur de 4,87 m, soit l'équivalent d'un BMW X5.

La Norvège sera le premier pays servi : c’est, selon Isbrand Ho, directeur général de BYD Europe, « le marché le plus avancé d’Europe en ce qui concerne l’adoption et l’utilisation généralisée des véhicules électrique, et elle possède également un réseau de recharge complet ». L’objectif est, ensuite, de s’étendre rapidement à l’ensemble du continent.
 

De la puissance et de l’autonomie…

Le Tang dispose d'un ou deux moteurs électriques selon les versions.

Pour la partie mécanique, l’engin est disponible en traction, avec un électromoteur de 180 kW (245 ch), ou en intégrale avec une seconde machine de même puissance sur l’essieu arrière. Le tout alimenté par une batterie d’une capacité de 82,8 kWh pour une autonomie de 500 à 520 km, en mode NEDC. Outre ce SUV, BYD envisage également d’investir les marchés de l’utilitaire avec une fourgon, des camions de 7,5 et 19 tonnes ainsi qu’un tracteur de remorquage.

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours