Carburants. Prix record pour le gazole, le Gouvernement réagit
habillage
banniere_haut

Carburants. Prix record pour le gazole, le Gouvernement réagit

Le litre de gazole atteint un prix record à presque 1,54 €. Face à la hausse du coût des carburants, l'État appelle les distributeurs à réduire leurs marges mais reste réservé sur une baisse des taxes, qui représentent pourtant 60 % du prix, sans toutefois l'exclure totalement.

Par MaxK
Publié le Mis à jour le

Les carburants atteignent des prix records en France.

Gouvernement

Après avoir retrouvé leur niveau d’avant la crise sanitaire, les prix des carburants continuent leur envolée en France. Le gazole, qui reste le plus utilisé dans l’Hexagone, a ainsi dépassé son pic de 2018, une année dont la fin fut marquée par le mouvement des Gilets jaunes.

station service
Dans certaines stations, l'essence atteint 2 €/l.

Il a atteint en ce début octobre un prix moyen record de près de 1,54 €/l selon le suivi officiel du Gouvernement. Mais d'après le comparateur de prix à la pompe carbu.com, son tarif moyen actuel s’élève presque à 1,57 €/l. Juste sous son record historique, le SP95-E10 s’affiche en moyenne à 1,61 €/l suivant la première source et à 1,64 €/l selon la seconde. Quant au sans-plomb 98, il demande 1,69 €/l d'après le Gouvernement et 1,73 €/l selon carbu.com. Dans certaines stations, le litre d’essence atteint parfois les 2 €.
 

Plusieurs facteurs de hausse combinés

L'envolée des prix des carburants est principalement causée par la reprise de l’économie et par la hausse de la demande mondiale après des mois de limitations dues à la pandémie (y compris sur la production). Une augmentation qui vient se combiner à celle du prix du pétrole brut. Le baril de Brent utilisé comme référence, qui coûtait moins de 55 $ en janvier dernier, demande aujourd’hui 85 $ environ après avoir augmenté de 10 $ en un mois seulement. À cela s’ajoute un surplus de demande dans certains pays qui utilisent le pétrole comme source d’énergie alternative au niveau industriel afin de compenser la tension dont le gaz fait l’objet. Pour les automobilistes français, le prix d’un plein a augmenté de 10 à 15 € en un an.

pompe gazole
Le gazole reste le carburant le plus demandé en France.


L’État en appelle aux distributeurs

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, s’est exprimée au sujet des prix des carburants devant les députés.

« Nous allons d’abord nous assurer que les distributeurs jouent le jeu et qu’aucun d’entre eux ne profite de la situation pour accroître les prix à la pompe de manière excessive au détriment des Français les plus modestes. (…) Je demande également aux distributeurs de faire  un geste en cette période difficile en réduisant leurs marges. Je me réserve bien sûr la possibilité de les réunir en cas de besoin. » 

Le toujours prolixe Michel-Édouard Leclerc, président du comité stratégique d’E.Leclerc, lui a indirectement rétorqué au micro de BFMTV que la marge engrangée par ses stations-service n’était que d'un à deux centimes d'euro par litre. Les distributeurs ont interdiction de vendre à perte et, selon l’UFIP (Union française des industries pétrolières), un automobiliste qui paie son carburant à prix coûtant n’économise pas plus de 5 centimes par litre.

 

Quid d’une baisse des taxes ?

Les taxes représentent environ 60 % du prix des carburants en France et pourraient donc constituer un levier d’abaissement des tarifs. La maire de Paris, Anne Hidalgo, en campagne pour l’élection présidentielle de 2022, l’a récemment rappelé en se disant favorable à une diminution temporaire de la TVA sur l’essence.

Barbara Pompili
La ministre Barbara Pompili demande un geste aux distributeurs...
Michel-Edouard Leclerc
... mais le patron d'E.Leclerc lui renvoie la balle.

Le Gouvernement n’exclut pas de recourir à ce type de mesure mais reste très prudent sur la question. « Nous ne laisserons pas nos citoyens sans solution face à cette hausse du prix des carburants, en particulier les nombreux Françaises et Français qui ont besoin de leur voiture pour aller travailler tous les jours », a déclaré Barbara Pompili. Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, a quant à lui indiqué sur BFMTV : « Dès lors que ces hausses se poursuivraient, (…) nous considérerions des mesures de protection. (…) S’agira-t-il de baisses de taxes ou d’aides ? La décision n’est pas prise. »

pompe sans-plomb
L'essence sans plomb demeure le carburant le plus cher.

Mais la baisse des prix pourrait aussi venir des producteurs. L’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) souhaiterait en effet stabiliser le prix du baril de pétrole brut entre 65 $ et 75 $, soit la fourchette dans laquelle il se situait avant sa flambée automnale. Le portefeuille des automobilistes pourrait donc bientôt connaître un répit, mais rien de concret n’a encore été annoncé.

Sources : Gouvernement, BFMTV, Les Échos, carbu.com, UFIP

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
LASUIPPE Le 14/10/2021 - 10:18
En 2012-2014 le baril était à 115 €, le gazole à 1.4 € et le SP 95 à 1.55 € pourquoi un baril à 85 € entraîne un gazole à 1.5 € et le SP 95 à plus de 1.64 €, quelqu'un aurait une explication cohérente, en suivant cette progression si la baril arrive à 115 € le gazole sera à 2.03 € et le SP 95 à 2.22 €, ou est l'arnaque ?
employeedf Le 14/10/2021 - 10:16
C'est les services de POMPE ILI qui vous a envoyé le texte ???
pemmore Le 14/10/2021 - 09:48
Avec la fragilité des derniers diésels, je plains les propriétaires de ces voitures avec même pas de solutions de dépannage comme d'autres combustibles en mélange, Nous il nous reste le E85 et le gpl . N'essayez pas l'huile de frites usagée et filtre ça c'était avant.
Voir tous les commentaires (3)