Citroën C-Métisse : une berline sportive et hybride

voir les photos
Citroën C-Métisse concept-car vue avant roulante
La Citroën C-Métisse est animée par un moteur V6 HDi associé à un électromoteur.

De l'audace et du rêve, voilà ce que dégage ce concept. En prendre le volant, c'est faire un bond dans le futur... quand les Citroën de série seront hybrides !

Un bolide rouge, sans cheval cabré, mais avec deux chevrons incrustés dans la calandre, scintille au soleil. Il m'attend pour un galop d'essai... Révélé en septembre, lors du Salon de Paris, le concept car C-Métisse en impose. Fidèle aux codes stylistiques de la marque, qu'elle renouvelle avec audace, cette Citroën s'illustre par un long capot, une chute de pavillon dynamique et une lunette arrière concave. De la taille d'une Citroën C5 (4,74 m) la C-Métisse paraît pourtant plus longue : son empattement important (3 m) et sa faible hauteur de pavillon (1,24 m) l'étirent. Une esthétique à couper tant le souffle du passant que le vent avec une efficacité aérodynamique qui se traduit, dixit Citroën, « par un excellent Cx de 0.3 ». Hautes performances et économies d'énergie sont à l'ordre du jour. Mais avant de goûter à la « performance écologique », installons-nous à bord !

 

 

L'entrée des artistes

Citroën C-Métisse concept-car vue portes ouvertes
Portes s'ouvrant en élytre à l'avant et façon papillon antagoniste à l'arrière, le concept-car C-Métisse sait recevoir !

Convié à essayer sur circuit cette berline qui se cache derrière une silhouette de coupé, je ne suis pas au bout de mes surprises. La pureté des lignes ne saurait tolérer la présence de poignée sur les portières : concept car oblige, prendre place à bord de la C-Métisse rompt avec les habitudes. Ainsi, selon que l'on envisage de monter (ou plutôt de descendre) à l'avant ou à l'arrière du coupé quatre-portes, la manière diffère.

Des ailes de mouette, façon Mercedes 300 SL, ouvrent l'accès au poste de pilotage, et un mouvement hélicoïdal anime les portes arrière. Au-delà de l'aspect spectaculaire, le ballet des ouvrants est rendu nécessaire pour garantir un accès aisé. Mordant largement sur le pavillon, les portières évitent de se contorsionner.

 

Cockpit futuriste

Citroën C-Métisse concept-car vue de planche de bord
Console centrale façon "Edouard aux mains d'argent", appuie tête solidaire du pavillon, au volant de la Citroën C-Métisse on perd vite ses repères...

Allongé dans l'habitacle, je perds mes repères. La vision panoramique sur 360° est due aux lignes horizontales entrecoupées de fins montants. Les revêtements minces s'invitent à bord (contre-portes évasées, faible épaisseur des assises et des dossiers) et offrent une très grande sensation d'espace.

Citroën C-Métisse
Citroën C-Métisse
Citroën C-Métisse
Citroën C-Métisse

Réglable uniquement en hauteur, le siège du conducteur n'est pas surmonté d'appuie-tête. Ce dernier est ancré dans le pavillon ! Le volant, dont le moyeu est fixe comme celui des C4, et le pédalier s'adaptent à ma morphologie via des commandes électriques. Ce choix ergonomique n'influe en aucun cas sur l'espace aux jambes du passager arrière. Lové dans un fin fauteuil de cuir blanc, le photographe, assis dans mon dos pour les besoins de la séance, ne pestera pas contre mes longues jambes !

 

Telle une Prius... Quattro

Citroën C-Métisse concept-car vue de profil roulante
Le moteur thermique développe 208 ch et la puissance cumulée atteint 250 ch.

Il est grand temps de démarrer. Placé au plafond, un interrupteur doublé d'un bouton-poussoir remplace la clef de contact. On se croirait aux commandes d'un hélicoptère, paré à décoller. Pourtant, pas un bruit, l'auto glisse en silence tandis que l'affichage se teinte de vert. Une couleur appropriée à ce mode tout électrique.

Implanté dans chaque roue arrière où il fait office de moyeu - une solution pertinente qui permet de chiffrer à 150 kg tout au plus le poids de l'hybridation - un moteur électrique apporte un gain de puissance équivalent à 20 ch. Exempts d'émission polluante, les deux moteurs électriques de la C-Métisse offrent une autonomie d'environ 3 km à 30 km/h. La version de série devrait mieux faire.

Ma pression sur l'accélérateur se fait insistante et instantanément l'affichage vire au rouge, signe de la mise en action du moteur thermique. Il s'agit du V6 HDi de 208 ch, placé sous le long capot avant. Ce bloc qui office déjà sur tout le haut de gamme PSA (Citroën C6 ainsi que les Peugeot 407 et Peugeot 607) prend le relais des deux aides électriques avec vivacité. D'autant que sa respiration est libérée par une admission directe (sans filtre à air) dont le bruit de turbine évoque celui des réacteurs d'avion. La piste est libre... nous avons l'autorisation de décoller !

 

Hybride nouvelle ère

Rompus à l'hybridation diesel, (un choix que le groupe PSA a su imposer pour son rendement énergétique plus avantageux que l'hybride à essence, solution adoptée pour la Toyota Prius), les ingénieurs Citroën prennent un nouveau virage. En effet, les démonstrateurs C4 et 307 CC hybrides HDi ont jusqu'alors couplé le moteur électrique au moteur thermique par la technique de l'alterno-démarreur qui offre un supplément de puissance intéressant mais se limite à la traction avant.
 

La C-Métisse inaugure de fait une transmission intégrale lorsque les deux types de motorisation oeuvrent de concert.

La puissance totale de l'ordre de 250 ch est ainsi mieux répartie et pour la sécurité, en cas d'adhérence précaire (chaussé glissante...), l'on est plus à l'aise. Cette architecture ne se limitera pas à équiper ce concept car puisque de futurs produits du groupe PSA sont actuellement testés avec cette configuration. Notamment la prochaine Peugeot 3008 Hybride 4x4.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Citroën