Vous êtes ici :

Citroën tire un trait sur la suspension hydraulique

Citroen DS
La suspension hydraulique ou hydropneumatique de Citroën a été popularisée avec la DS.

Un peu plus de 60 ans après son apparition, la suspension hydraulique est rejetée par Citroën qui va désormais généraliser les systèmes électroniques et à clapets pour assurer le confort de ses modèles. De la DS à la C5, un pan de l'histoire de la marque aux chevrons se tourne.

A peine les célébrations du soixantième anniversaire de la DS passées que Citroën renvoie son porte-drapeau des années 50 et 60 un peu plus loin dans l’histoire. Le constructeur français va en effet abandonner la suspension hydraulique, qui avait tant contribué au succès et à l’établissement de la légende de la DS.

Née avec la traction avant et encore en fonction sur certaines versions haut de gamme de la C5, la suspension hydraulique ou hydropneumatique de Citroën aura traversé les décennies de modèle en modèle (DS, ID, GS, SM, CX, BX, XM, Xantia, C5, C6) en changeant de nom jusqu’à devenir Hydractive III+, mais sans jamais abandonner le charme du fameux « lever de coffre » caractéristique de cette technologie.


L’apogée avec la Xantia Activa

Avec une suspension hydraulique, c’est le confort à l’arrière qui était privilégié même si d’autres avantages comme celui de changer une roue sans cric, de rouler avec un pneu à plat ou simplement sur trois roues apparurent très vite.

Citroen Xantia Activa
La technologie évolua rapidement avec l’adoption d’un liquide vert puis ensuite du liquide hydraulique minéral en remplacement du trop corrosif liquide rouge des débuts. La suspension hydraulique de Citroën devint Hydractive avec la XM et trouva son apogée avec la Xantia Activa, où elle était couplée à une suspension à contrôle actif du roulis qui permettait de virer à plat.

Les derniers modèles à en être équipés furent les C5 et C6. Seule la première est encore commercialisée, avec l’année dernière 57% des versions vendues en Europe qui en profitaient. Les modèles de la gamme DS n’en ont jamais disposé.


Un système lourd et coûteux

C’est essentiellement pour des raisons de coût que Citroën abandonne aujourd’hui sa suspension hydraulique. La marque aux chevrons continuera à proposer des suspensions adoucies mais par la magie de l’électronique ou bien encore par l’intermédiaire de clapets d'amortisseurs PLV (Preloaded Linear Valve) empruntés à l’allemand Sachs.

Citroen C5
La Citroën C5 est le dernier modèle de la gamme du constructeur français à bénéficier d'une suspension hydraulique.

Il ne reste aujourd’hui plus guère de modèles à suspension hydraulique ou hydropneumatique, si ce n’est chez Mercedes ou chez Rolls-Royce. Des marques qui ont moins de scrupules à installer un système complexe et coûteux, qui prend de la place et pèse un certain poids à l’heure de la chasse au moindre gramme de CO2 rejeté.

Reste que c’est bel et bien la fin d’une ère qui vient de sonner du côté de Citroën, ce qui ne manquera pas de choquer les amoureux de la marque aux chevrons et de son histoire.
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (52)
mutoneyo

C'est sans intérêt de critiquer sans donner d'arguments, d'autant plus que ces affirmations sont complétement fausses.

clauseamg

RE. aucun intérêt, tout est dit, j'ai eu une cx puis une bx et on ne m'y reprendra plus.

mutoneyo

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Citroën