CO2. Fin du thermique en 2035, les annonces de l'Europe

voir les photos
Europe Bruxelles Green Deal
La Commission européenne se met au vert à Bruxelles pour promouvoir son "green deal".

Arrêt du thermique en 2035, fin des hybrides, réseau de bornes de recharge rapide ou encore développement de l'hydrogène, voici ce que vient d'annoncer la Commission européenne dans le cadre de son plan de lutte contre les gaz à effet de serre.

[Mise à jour du 15/07/2021] C’est fait, la Commission européenne a dévoilé les 12 propositions de son « pacte vert ». Le secteur des transports est évidemment concerné ; les rejets de CO2 de l’automobile le sont en premier lieu. Ceux-ci représentent 12 % des émissions de dioxyde de carbone de l’UE, émissions qui comptent elles-même pour environ 10 % des rejets mondiaux de CO2. Le plan européen vise à interdire la vente de véhicules thermiques neufs en 2035.

***

Ce 14 juillet 2021, la Commission européenne a proposé 12 mesures visant à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre de l’Union Européenne. L’objectif est d’atteindre la neutralité CO2 en 2050 après avoir réduit les émissions de 55 % d’ici 2030 par rapport à 1990, un objectif annoncé en novembre 2020 alors que le plan prévoyait jusque-là une réduction de 40 % pour la fin de cette décennie. Entre 1990 et 2020, l'UE a réduit ses émissions de 24 %. Ce nouvel objectif induit donc une franche accélération. Plusieurs propositions concernent les transports et notamment l’automobile. D'après le Parlement européen, le secteur des transports représente autour de 30 % des émissions de CO2 en Europe et cette part augmente ; le transport routier compte pour un peu plus de 70 % de ce secteur et les voitures émettent environ 60 % du CO2 du transport routier. La part de l’automobile dans les émissions de CO2 en Europe est donc relative bien qu’importante ; néanmoins ce mode de déplacement est au cœur de la stratégie de l’Union.

Parlement européen drapeaux

L'Europe annonce des mesures radicales pour réduire les émissions de CO2 de l'automobile.

À LIRE. Les constructeurs qui passent au 100 % électrique d'ici 2030
 

L’arrêt de mort du thermique en 2035

La principale mesure annoncée est l’interdiction de la vente de voitures et véhicules utilitaires légers neufs à moteurs thermiques pour 2035. Les modèles hybrides seront éliminés puisque cette trajectoire passe par un objectif d'émissions de CO2 nulles à cette échéance. Dans le détail, les rejets des voitures devront être réduits de 55 % d’ici 2030 puis 100 % d’ici 2035 ; ceux des utilitaires légers de 50 % d’ici 2030 puis 100 % d’ici 2035. Les petits constructeurs produisant entre 1 000 et 10 000 voitures par an ne bénéficieront plus de leur régime d’exception actuel sur le CO2 et devront respecter les mêmes objectifs. Le délai étant court à l’échelle de l’industrie automobile, le remplacement du thermique par des gammes 100 % électriques apparaît comme la seule voie viable pour les constructeurs, au détriment d’autres pistes alternatives dont l’exploration devra attendre.

Renault 5 électrique prototype
La France met les bouchées doubles sur le tout électrique...
Peugeot 308 SW PHEV
... mais défend également l'hybride rechargeable.

Mais ce projet fait débat parmi les dirigeants européens. La France avait fixé 2040 pour l’interdiction du thermique sur son sol et l’Elysée prône une transition plus longue aidée par le maintien des hybrides rechargeables après 2035. « On n'a pas acté la fin du moteur thermique en 2035, ça fermerait la porte à l'hybride également », dixit la Présidence ce 12 juillet. Mais au sein du Gouvernement, les différents ministères n’auraient pas tous la même position. En Allemagne, c’est Andreas Scheuer, ministre des transports, qui met en garde. « Je pense que tous les constructeurs de voitures et de véhicules utilitaires savent qu’une réglementation plus dure arrive. Mais elle doit être techniquement envisageable », a-t-il déclaré.

Les infrastructures de recharge au cœur des enjeux

Des bornes de recharge rapide pour véhicules électriques seront installées tous les 60 km sur les grands axes routiers du réseau RTE-T d’ici 2025 avec une puissance de 300 kW (puis 600 kW d’ici 2030). Ce réseau ne couvre qu’une faible proportion des routes de l’hexagone, et à l’échelle européenne cela représente 3,5 millions de bornes d'ici 2030 tandis que les calculs de la Commission menaient à préconiser 6 millions selon l'ACEA, association des constructeurs automobiles européens. Des stations à hydrogène, destinées principalement aux poids-lourds et grands utilitaires mais aussi aux voitures à pile à combustible, seront installées tous les 150 km sur ce même réseau. L'ACEA, présidée par le patron de BMW, Oliver Zipse, estime très risqué le bannissement pur et simple des moteurs thermiques à une échéance si rapprochée. Un déploiement bien plus massif d'un réseau de recharge lui semble indispensable au égard aux ambitions de la Commission. "Sans un effort nettement plus important de toutes les parties prenantes, notamment les Etats membres et les industries concernées, l'objectif proposé n'est tout simplement pas viable", a réagi Zipse.

Réseau TRE-T
Le réseau routier européen RTE-T.

A LIRE. Bornes de recharge électrique. Une étude juge la qualité du réseau

Quid du transport aérien et maritime ?

Comme évoqué plus haut, les autres modes de transport seront aussi concernés par ce programme. Les mesures appliquées à l’aviation et au transport maritime seront d’une tout autre nature que pour l'automobile. Avions et bateaux ne seront plus exonérés de "taxe carbone" sur les carburants d’une part, et devront utiliser une proportion croissante de carburants « durables » (biocarburants, hydrogène…) d'autre part. Les objectifs sont étalés sur une chronologie plus longue que pour l’automobile ; à titre d’exemple cette proportion devra être de 2 % en 2025 et 20 % en 2035 pour les avions, avec pour but 63 % en 2050. On note une progressivité similaire côté naval, bien « qu'un navire de croisière utilise à lui seul autant de CO2 par jour que 80 000 voitures » selon Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Avions et navires commerciaux devront tout de même être alimentés en électricité dans leurs ports respectifs, ce qui évitera qu’il soit nécessaire d’en faire tourner les moteurs à l’arrêt. Ces annonces doivent maintenant être débattues par le Parlement européen et les ministres concernés en vue de leur adoption. Elles ne manqueront pas de donner lieu à d’âpres débats, au niveau de l'Union comme à celui des États.

Prise charge électrique
La Commission européenne veut faire en sorte que le tout électrique s'impose rapidement.

 

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (14)
Lepaire

Pendant que le prix des voitures électriques augmente en Europe comme aux Etats-Unis d'Amérique, celui-ci baisse grandement en Chine (article "l'Argus" du 23 août 2021). On booste le nucléaire et on ne voit pas que lex constructeurs chinois vont tuer tous les autres.

Mitch33

Et que vont devenir les voitures passion? Là encore, c'est une privation des libertés. Souvent ces grosses voitures ne font que quelques milliers de kms par an. Que deviennent les voitures de collection dans tout ça? Je sais bien, ce n'est pas la préoccupation de la majorité des automobilistes, que ça ne concerne que les passionnés.

ChristophedeN

@mimichris Vous nous confirmez donc que malgré une installation de 3,1 kWc capable de produire une puissance instantanée de 3,1 kW et 3410 kWh environ par an, du fait de la non présence d'un VE pendant leur production, celui-ci serait chargé par le réseau. Donc une fable, de plus, des lobbyistes de la bagnole électrique qui tombe. "Et comment on roule et avec quoi quand on a pas les moyens de se payer une électrique qui a une certaine autonomie ?", c'est bien pour cela que cette règle est débile établie par des gens dogmatiques qui ne veulent pas reconnaître leurs erreurs d'appréciation.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
387 270 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !