CO2 : les constructeurs échapperont-ils aux amendes en 2021 ?

voir les photos
rejets co2 amende
S'ils ne respectent pas une certaine moyenne de rejets de CO2, les constructeurs risquent de très lourdes amendes.

Dès janvier 2021, les constructeurs devront respecter une moyenne de rejet de CO2 au risque de devoir payer de lourdes amendes. Leur arme : inonder le marché de modèles électrifiés. Si certains remplissent déjà les objectifs, d'autres sont encore loin d'être en conformité à l'image de Mercedes.

Dans moins de six mois, le couperet tombera : soit les constructeurs respecteront les quotas de rejets de CO2, soit ils s’exposeront à des amendes. La limite moyenne de ces quotas à ne pas dépasser a été fixée à 95 g/km (moyenne de l'ensemble des constructeurs), un résultat obtenu en prenant 95 % des véhicules les moins polluants commercialisés par les constructeurs en 2020. Cette moyenne diffère toutefois selon les constructeurs en raison des gammes proposées par chacun : certains proposent en majorité des citadines quand d’autres se concentrent sur des modèles plus imposants, donc plus lourds. Ainsi les objectifs de chaque groupe ont été pondérés (Groupe PSA : 91 g, Groupe VW : 96 g, BMW et Daimler : 102 g…). Certains groupes se sont par ailleurs associés en pulling (FCA et Tesla, Toyota et Mazda) afin de réduire leur empreinte carbone et ainsi abaissé l’éventuelle amende.

A LIRE. Emissions de CO2 : où en sont les principales marques en France ?
 

Daimler est dans la panade

 

etude icct rejets co2 moyenne 2020
D'après l'ICCT (le conseil international sur les transports propres), certaines groupes automobiles pourraient ne pas avoir à payer d'amendes. En revanche pour Daimler, ça s'annonce compliqué.

Si au début de l’année, des études affichaient un certain pessimisme quant aux capacités des groupes automobiles à atteindre leurs objectifs respectifs, la crise liée au Covid-19 a, selon l’ICCT (le conseil international sur le transport propre), changé quelque peu la donne. Ainsi, alors que les ventes de véhicules se sont écroulées en mars et avril dernier, la part de marché des véhicules électrifiés sur les quatre premiers mois de l’année s’établit à 8 %, soit le double de ce qu’elle était en 2019 à la même période. Si la tendance se maintenait, les groupes PSA, Renault, Nissan, BMW, FCA et Volvo n’auraient pas à payer d’amendes. En revanche, Kia, Hyundai, Ford et le groupe Volkswagen sont au-dessus de leur moyenne (entre 3 et 8 %), mais grâce à des nouveautés hybrides, hybrides rechargeables et purs électriques à venir, ces entités devraient pouvoir basculer du bon côté. Pour le groupe Daimler (Mercedes, Smart...), dont l’écart avec son objectif est de 18 g, l’affaire semble bien plus compliquée.

Avec la reprise de l’activité automobile partout en Europe et les multiples aides à l’achat d’une voiture, pas forcément électrifiée, il faudra voir comment va évoluer cette situation dans les six prochains mois. Sachant par ailleurs que l’Union européenne n’a pas répondu à la demande de la part des constructeurs d’un moratoire sur ce projet. Les constructeurs français, bien placés, ont refusé de demander un report de l'entrée en vigueur du CAFE.

Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (6)
peyronnet

L'union européenne est responsable de la déforestation en Bolivie et responsable de l'exploitation des enfants en Afrique pour la construction de toutes ces batteries, une honte cette Europe!

chuchede986

Il est quand même intéressant de noter que deux groupes de constructeurs arrivent à atteindre leur objectif sans recourir au maxi. autorisé de Super-Crédits (véhicule à moins de 50 g/km (échappement seul) compté deux fois - réduction limitée à 7,5 g / km) tout en ayant un objectif parmi les plus faibles du fait d'une masse moyenne parmi les plus faibles. Sachant pourtant que véhicule à moins de 50 g/km veut dire hybride rechargeable ou électrique donc véhicule plus lourd. La masse est pourtant le facteur le plus important pour définir à la fois la pollution d'un véhicule et ses émissions de GES. C'est quand même à signaler parce que cela participe à la réduction de la pollution et des émissions de GES et ce malgré une règle CAFE qui oriente de facto vers l'électrification et vers l’alourdissement des voitures.

nico31

Ces taux de CO2 avec les différentes normes qui se succèdent est une véritable usine à gaz , c'est le cas de le dire! Ce qu'il va se passer? les constructeurs vont encore bidouiller des systèmes pour que les véhicules passent les normes au détriment de la fiabilité et c'est l'acheteur qui sera le pigeon...

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
412 349 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !