Compteurs numériques : c'était mieux avant ? | L'Argus Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Compteurs numériques : c'était mieux avant ?

Virtual cockpit, i-Cockpit, active info display... ces termes marketing désignent ces écrans de plus en plus présents dans nos autos. Pourtant ces derniers ne sont pas nouveaux puisqu'ils sont apparus dans les années 80. Petit florilège en images de ces compteurs, au look souvent particulier.

Publié le Mis à jour le
Renault 11 electonique compteurs numériques Voir les photos

Dans les années 80, les compteurs électroniques apportaient une touche « techno » mais le progrès ne s'évaluait pas toujours par la lisibilité des informations...

Diagonale de plus de 10 pouces, affichage en trois dimensions, paramétrage selon ses humeurs : les constructeurs ne lésinent pas sur leurs nouveaux compteurs. Ils sont de plus en plus présents et descendent petit à petit en gamme.

Ils ont l'avantage d'offrir un affichage net et précis et parfois de pouvoir visualiser une cartographie GPS en grand. Un plus pour la sécurité.

Mais la volonté de remplacer les aiguilles classiques par une interface plus technologique ne date pas d'hier. D'abord vues sur plusieurs concept-cars, les applications en série de ces « compteurs du futur » débarquent au début des années 80. Les précurseurs sont essentiellement les marques japonaises comme Toyota. Malheureusement, bon nombre de modèles ne sont pas importés en France. Les marques américaines, notamment Cadillac, étaient également plutôt actives dans ce domaine.
 

Diodes et cristaux liquides

Chevrolet Corvette C4 (1984) dalle numérique
Chevrolet Corvette C4 (1984)
Toyota Soarer (1986) dalle numérique
Toyota Soarer (1986)

En Europe, Renault a lancé la Renault 11 Electronic qui proposait, en plus de son instrumentation, une synthèse vocale et, pour la première fois, le satellite de commande du système audio. Fiat avait aussi sa Tipo à l'affichage « technologique », tout comme Volkswagen sur sa Golf II qui s'appelait Golf Digifiz !

Mais les techniques employées à l'époque étaient loin d'être aussi élaborées que les écrans TFT d'aujourd'hui. Diodes électroluminescentes (LED), cristaux liquides (LCD) et affichages fluorescents (VFD) se révèlaient parfois peu visibles, et leur durée dans le temps approximative.

>>> cliquez pour lancer le diaporama <<<

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
sprinteur Le 06/05/2021 - 17:55
Et le modèle "pèse-personne" de la Citroën GS en 70 ça compte comme numérique ou pas? Il n'y avait plus d'aiguille mais un tambour qui tournait sous une loupe, et le tableau de bord imitait bien les écrans d'aujourd'hui:
P4trick Le 06/05/2021 - 15:27
Le numérique doit être associé à une commande vocale mais à l’extrême condition que celle ci soit performante. Il peut être agaçant de demander « aller au 16 rue de la lune » et que l’on vous réponde aller dans le programme machin, tapez truc, choisissez bidule et validez votre choix »
bruevr Le 06/05/2021 - 14:45
Les compteurs numériques ne me posent pas de problèmes. Par contre les commandes par des menus et sous-menus sont totalement inadaptées à la sécurité. Les réglages courants doivent rester directement accessibles par bouton permanent (Numérique ou non) Pour régler la climatisation, désembuage rapide ou de la lunette arrière, radio, etc... Les boutons doivent perdurer avec un accès direct.
Voir tous les commentaires (9)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...