Conduite automatisée. Les allemandes dominent les tests Euro NCAP.
habillage
banniere_haut

Conduite automatisée. Les allemandes dominent les tests Euro NCAP.

Pour la deuxième fois de son histoire, Euro NCAP a testé et comparé les systèmes de conduite semi-autonome proposés sur le marché. Si l'organisme souligne des progrès, la vigilance du conducteur reste encore indispensable et tous les modèles sont loin de se valoir.

Par Johann Leblanc
Publié le

S'il se révèle très abouti techniquement, le système Autopilot de Tesla est aussi celui qui tend le plus à déresponsabiliser le conducteur.

Après avoir explosé il y a quelques années, l'engouement pour la conduite autonome semble aujourd'hui bien retombé. Les constructeurs communiquent beaucoup plus rarement sur le sujet, et ne se hasardent plus vraiment à donner des calendriers. Mais les systèmes de conduite "semi-autonome" sur voie rapide, qui associent régulateur de vitesse actif et maintien dans la file, ont quant à eux le vent en poupe, et commencent à devenir disponibles même sur des citadines. Euro NCAP, qui accorde de plus en plus d'importance aux diverses assistances, a donc organisé une nouvelle campagne de tests pour vérifier si ces innovations tiennent leurs promesses. Avec des résultats très contrastés puisque les notes attribuées vont de 1 sur 4, pour les Peugeot 2008 et Renault Clio 5, à 4 sur 4 pour les Mercedes GLE, BMW Série 3 et Audi Q8.

 

Une Tesla qui en fait trop 

Tesla Model 3 Performance Nurburgring
Lors de son essai de la Tesla Model 3 au Nürburgring, notre journaliste Mathieu Sentis n'avait évidemment pas activé l'Autopilot... bien que celui-ci montre un certain talent à négocier des courbes.


La piètre prestation de la Tesla Model 3, qui se contente de 2/4 pour son Autopilot, pourra également surprendre, d'autant que la berline américaine excelle dans sa capacité à négocier des courbes, à éviter une collision ou à maintenir les bonnes distances de sécurité. Mais le protocole d'essais d'Euro NCAP accorde une importance tout aussi grande à l'implication du conducteur : la voiture doit à tout prix éviter qu'il relâche sa vigilance, et c'est précisément cela qui coûte de précieux points à la Tesla. "Avec elle c'est ou avec conducteur, ou sans conducteur", déplore Pierre Castaing, le président d'Euro NCAP. "S'il y le conducteur, il y a pas l'automatisation, et vice-versa". Le choix de l'appellation Autopilot est aussi vivement critiqué, et a d'ailleurs été jugé trompeur récemment par un tribunal allemand.

 

Limites vite atteintes sur les 2008 et Clio


Sur les deux lanternes rouge françaises, en revanche, c'est bien la technique qui fait défaut, notamment pour des questions de budget. Les Clio 5 et 2008 se sont avérées incapables d'éviter des véhicules arrêtés sur la voie, et elles se retrouvent hors de contrôle si le conducteur ne réagit pas après avoir été averti que c'était à lui de reprendre totalement le volant. La petite Renault a également du mal à tenir sa voie dans une courbe en S après 100 km/h. Des écueils que les trois allemandes au sommet du classement, autrement plus chères, parviennent à esquiver, tout en évitant de trop déresponsabiliser leurs utilisateurs. Euro NCAP note ainsi des progrès conséquents par rapport à sa première campagne de tests de ce type de système, en 2018, notamment chez BMW.

 

La conduite autonome encore loin

conduite autonome convoi volvo
En 2012, Volvo nous avait déjà invité à découvrir un convoi automatisé. Mais aujourd'hui, la vraie conduite autonome est encore loin.


Mais l'organisme rappelle aussi que ces assistances ne peuvent pas encore réellement être fiables à 100 %, d'autant que les essais ont eu lieu dans des conditions optimales au sein du TEQMO, le nouveau centre de l'UTAC dédié à la conduite autonome. Une météo pluvieuse, de la neige, du brouillard, une zone de travaux ou des marquages au sol effacées pourraient donc donner des résultats beaucoup moins flatteurs : pouvoir piquer un petit somme sans s'arrêter sur un long trajet, ce n'est pas encore pour demain. A ce titre, l'une des principales améliorations réclamées par Euro NCAP serait d'ailleurs un meilleure contrôle de la vigilance du conducteur, qui est seulement vérifiée au moyen d'impulsions sur le volant aujourd'hui.

A LIRE. Pourquoi la voiture autonome n'est pas pour demain

 

Le classement des tests Euro NCAP

Modèle Note
Audi Q8 4/4
BMW Série 3 4/4
Ford Kuga 3/4
Mercedes GLE 4/4
Nissan Juke 2/4
Peugeot 2008 1/4
Renault Clio 1/4
Tesla Model 3 2/4
Volkswagen Passat 2/4
Volvo V60 2/4

 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
bruevr Le 05/10/2020 - 14:55
En aucun cas l'électronique aussi sophistiquée soit-elle ne peut à l'heure actuelle remplacer totalement le conducteur.
DrJpb62 Le 05/10/2020 - 11:19
Bla, bla, bla!.. l’auto pilote de laTesla est une merveille dont la limite est le traçage des routes et autoroutes. Le côté déplaisant est l’obligation de donner une impulsion au volant toutes les 15 ou 20 secondes mais il y a des parades (chut). Le danger vient essentiellement des routiers qui s’endorment et viennent sur votre voie, ce qui fait réagir l’auto pilote, « à bon escient ». L’auto pilote doit être rendu obligatoire pour les convois de camions sur routes et autoroutes. La signalisation sur les voies doit être entretenue et les sociétés d’autoroutes comme la sécurité routière tenus pour responsables des accidents survenus par leur négligence.
Voir tous les commentaires (3)