Vous êtes ici :

Contrôle technique. Quels risques pour les diesels au 1er janvier 2019

contrôle technique 2019 diesel fumée
A compter du 1er janvier 2019, le contrôle technique va devenir moins laxiste sur l'analyse des gaz d'échappement des diesels.

Après l'entrée en vigueur du nouvel examen le 20 mai dernier, le contrôle technique fait à nouveau les gros titres en raison du durcissement du contrôle antipollution à partir du 1er janvier 2019. Les vieux diesels seront dans le collimateur.

Diesel et contrôle technique sont les sujets à la mode ces derniers temps. Le dernier buzz en date concerne le durcissement des critères d'opacité des fumées pour les diesels à compter du 1er janvier 2019. Si la presse généraliste en fait ses choux gras, cette information ne date pas d’hier puisque nous évoquions déjà le sujet en janvier 2018.

A lire. Nouveau contrôle technique, comment éviter l'immobilisation


De quoi s’agit-il ?

Début 2019, le contrôle de l’opacité des fumées des véhicules diesels conformément à la norme NF R10-025 : 2016, sera renforcé pour une meilleure détection des surémissions de particules, comme celles causées par l’encrassement des filtres à particules. Cette modification fait suite à une expérimentation menée du 1er septembre 2016 au 30 avril 2017 dans 17 centres de contrôle technique.

 

Appareil de mesure des gaz
Appareil de mesure des gaz

Ce contrôle n’est pas nouveau, mais les seuils vont être abaissés au niveau des valeurs d’homologation qui sont plus basses que celles réglementaires. Et c’est là que le bât blesse car aujourd’hui, les seuils (basés sur une moyenne) sont très indulgents. Si les appareils des contrôleurs techniques resteront identiques, la méthode de mesure va changer. Il s’agira pour le contrôleur de réaliser une accélération franche. Si pour diverses raisons la mesure est "instable", cela donnera lieu à un défaut non sujet à contre-visite.


Quels risques ?

Sonde de mesure des gaz
Sonde de mesure des gaz

Ce tour de vis risque d'avoir de sacrées conséquences. Aujourd’hui, l’opacité excessive des fumées représente moins de 1 % des contre-visites. Avec la nouvelle norme, l’OTC estime que ce chiffre pourrait grimper de 10 à 15 % selon les résultats de l’expérimentation. Bien faire chauffer son diesel avant l’examen du contrôle technique ne suffira plus. Parmi les futures victimes, non seulement les vieux diesels mais aussi les modèles plus récents qui ne font que des petits parcours. En cause,  l’encrassement de leurs systèmes de dépollution (vanne EGR, FAP…). Plus globalement, c’est la bonne santé de votre moteur diesel qui permettra, ou pas, d’éviter que votre véhicule se fasse recaler.


Les déficiences de l’entretien

Toutefois, un entretien suivi dans le réseau du constructeur, n’est pas une assurance tous risques. Les révisions actuelles (remplacement de l’huile, filtre à huile, liquide de frein…) ne permettent pas de détecter préventivement la défaillance d’un injecteur, d’un turbo… ou l’encrassement d’une vanne EGR, et plus globalement de connaître l’état de santé du moteur.

D’une part, parce que l’outil de diagnostic constructeur ne détecte pas obligatoirement un début d’encrassement. D’autre part, les ateliers ne disposent pas des outils adéquats. Pis encore, aucun contrôle d’opacité n’est réalisé. Et pour cause, la vente de pièces est plus lucrative qu'une intervention préventive. Bref, le pré-contrôle technique ne sera pas synonyme d’un succès assuré. Pour cela, adressez-vous un diéséliste ou à un contrôleur technique.


Mieux vaut prévenir que guérir

Bilan d'un éco-entretien
Bilan d'un éco-entretien

Connaître l’état interne du moteur est pourtant possible. Le fabricant français Spheretech avec Bosch et AVL ont développé un outil de diagnostic cinq gaz qui détecte les défaillances potentielles dues à l’encrassement. Cette analyse comprend :

 

  • Contrôle de pollution de votre moteur sur cinq gaz (CO, CO2, NOx, HC, O2).
  • Contrôle du système de dépollution (vanne EGR).
  • Contrôle de l'état et du bon fonctionnement du turbocompresseur.
  • Contrôle du système d’injection (pompe haute pression, électrovannes, rail, injecteurs).
  • Contrôle du circuit d’admission d’air.
  • Contrôle de la ligne d’échappement.


En fonction du diagnostic, les professionnels proposent un traitement curatif moins onéreux que le remplacement de la pièce. Plusieurs enseignes proposent ce type de prestation (à partir de 29 € environ) : Bosch car service, Diésélistes de France, Midas, Norauto, Speedy…


Quelles solutions ?

Traitement contre l'encrassement moteur
Traitement contre l'encrassement moteur

Comment éviter que votre diesel soit recalé à partir du 1er janvier 2019. Outre l’éco-entretien, d’autres solutions existent. On citera les additifs à verser dans les réservoirs dont l’efficacité varie en fonction des produits. Sachez que de plus en plus de concessionnaires en proposent à leur catalogue.

La deuxième consiste à décalaminer le moteur, une prestation que l’on voit fleurir chez les garagistes. Deux méthodes sont disponibles. Le décalaminage par injection d’un produit chimique (exemple Bardahl, Métal 5…) qui nettoie les systèmes d’injection et d’admission ainsi que le FAP. L’autre injecte de l’hydrogène (FlexFuel…) dans le circuit d’admission qui permet de nettoyer la vanne EGR, le turbo ou le FAP mais pas le système d’injection.


Embouteillage fin 2018

Après le pic de fréquentation rencontré aux mois d’avril et mai 2018, les centres de contrôle technique risquent d’être pris d’assaut en fin d’année. Les propriétaires d’un ancien véhicule diesel vont anticiper l’examen pour éviter les mauvaises surprises et s’offrir deux ans de tranquillité. Sachant que ce renforcement de la mesure des polluants n’est que la première étape. A l’horizon 2022 sera déployée l’analyse cinq gaz et notamment celle des NOx ! 

 

Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (13)
Bruno du 13

"on ne parle pas de l'inversion actuelle du taux de pollution du à la chasse au diesel et l'augmentation du parc essence" Sauf que c'était un "fake"...et du reste il s'agissait de CO2, qui n'est pas un polluant mais un gaz à effet de serre. Au fait, savez-vous que vous rejetez, comme tout être humain, du CO2 et aussi du méthane?

RUN97417

Si le diesel est polluant , on ne parle pas de l'inversion actuelle du taux de pollution du à la chasse au diesel et l'augmentation du parc essence . Et quid du recyclage des batteries usagées des voitures électriques et des pays qui sont détruits par la pollution du Lithium . L histoire du diesel se réécrit à nouveau sous un autre format; .. Merci les Lobbys

mrkfobassou976

Le diesel pour les petits parcours quotidiens a toujours été une hérésie, une erreur totale ! Les scientifiques sérieux (dont je pense faire partie) savaient dès les années 80 que le diesel émettait des oxydes d'azote toxiques et des particules non éliminables et toxiques voire cancérigènes. L'Etat dans les années 60 pour faire plaisir aux transporteurs et aux taxis a favorisé le gas- oil, c'était déjà scandaleux, ça l'est toujours ! Enfin on réalise et on prend des mesures. Ces mesures, même impopulaires, sont pour le bien de nos poumons, ceux de nos enfants et petits enfants, en particulier en ville. Je milite depuis 15 ou 20 ans ans pour que gas-oil et essence soient aux mêmes taxes à la pompe (sauf tracteurs agricoles) Enfin on va y arriver.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
134 411 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !