Vous êtes ici :

Citroën, DS, Peugeot, Renault : les moteurs essence sont-ils fiables ?

voir les photos
fiabilité moteurs à essence citroën DS Peugeot renault

Agrément, performances, consommation, la dernière génération de moteurs made in France, lancée depuis 2012, atteste de progrès techniques considérables. Mais ces petits bijoux tiennent-ils la distance ? Nos experts ont inspectés à la loupe les moteurs Citroën, Dacia, DS, Peugeot et Renault.

Page 1Citroën, DS, Peugeot, Renault : les moteurs essence sont-ils fiables ? 

[Mise à jour le 12/11/18] Longtemps boudées, les voitures à essence sont à nouveau en odeur de sainteté auprès des automobilistes français. Un phénomène lié au scandale du diesel, mais aussi à sa future interdiction dans les villes européennes (dont Paris en 2024). La réduction de l’écart de prix, depuis le 1er janvier 2018, entre le sans-plomb 95 et le gazole, ou l’annonce des constructeurs d’arrêter à court et moyen termes le diesel (Nissan, Toyota, Fiat…) incitent les acheteurs à changer leur fusil d’épaule. Mais au-delà des circonstances, force est de constater, que les motorisations à essence ont enregistré de spectaculaires progrès techniques. Est ainsi apparue une nouvelle génération de trois-cylindres turbo de faible cylindrée qui a le mérite d'être moins gourmande en carburant, d’offrir des prestations de premier plan et un couple à bas régime digne d’un diesel.

 

Trophée ne vaut pas garantie

Tel est le cas du 1.2 PureTech turbo du groupe PSA, élu pour la quatrième fois (depuis 2015) moteur de l’année dans sa catégorie. Pour autant, ces récompenses ne garantissent pas aux automobilistes une robustesse à toute épreuve. à l'image des anciens blocs 1.4 et 1.6 VTi (lire notre enquête), la famille des 1.0/1.2 de PSA a révélé, outre les problèmes inhérents aux débuts de la commercialisation, des faiblesses majeures au fil du temps : destruction de la courroie de distribution, usure du vilebrequin, surconsommation d’huile ou encrassement de la culasse.

La gourmandise en huile (lire la liste des moteurs à risque) constitue aussi leur principale tare, avec le manque d’étanchéité de l’échangeur eau-huile, du moteur 1.2 TCe de Renault. Plus simples techniquement, mais moins performants, les moteurs frappés du losange présentent un meilleur bilan global. Mais, que les constructeurs français se consolent, leurs homologues allemands (BMW, Mini, Volkswagen…) ne sont pas davantage épargnés avec leurs « petits » moteurs sans-plomb.

A lire. Fiabilité Volkswagen. Tous les problèmes des moteurs à essence TSI

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (8)
MASSÉ GÉRARD

Gégé 34 Bonjour à tous Mon premier Captur 2013 120 tce boîte auto, n'a pas eu de soucis sur de conso d'huile. Mais 2 rappels: dureté arrivé d'essence ,et rappel pour flexible de frein avant. Mais la désagréable différence de conso d'essence entre l'indicaction de l'ordinateur Et le plein réel MOYENNE SOUS-ESTIMÉ DE O,6 le au 100 kms. En plus quelquefois + 0,4 ou quelquefois + 0,8 le. Nouveau et même Captur en Août 2017,AUCUN SOUCIS de conso d'huile. Par contre MÊME problème avec la conso très énervant quelquefois bien mais en Moyenne de moins 0,1 le à plus 0,8 litre au centre. PAS NORMAL mais pas d'explication. Sinon FORMIDABLE SUV.

paulo47000

Encore une fois les voitures françaises en retard, regarder les moteurs Hyundai à l'image des allemands il n'y a plus de courroie de distribution mais une chaine.

Brivibas

J'ai fait 30 000 km en puretech essence 130 (308). C'était un pur bonheur

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Citroën
Recevez par e-mail toutes les infos de Dacia
Recevez par e-mail toutes les infos de DS
Recevez par e-mail toutes les infos de Peugeot
Recevez par e-mail toutes les infos de Renault