Dacia : une success story "normale" Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Dacia : une success story "normale"

Alors que le succès de Dacia ne sautait pas aux yeux à ses débuts, les faits sont désormais là : Logan, Sandero, Duster se sont installés de manière durable dans le paysage automobile français, et la marque a pris sa part de marché.

Par Didier Laurent
Publié le Mis à jour le

Auparavant connue en Roumanie pour ses répliques de R12, Dacia, qui est devenue propriété de Renault en 1999, aura rencontré en un temps record un succès incroyable.
 
La Logan, premier modèle né des échanges entre Boulogne-Billancourt et Pitesti (à une centaine de kilomètres de Bucarest), là où elle est fabriquée, était normalement destinée aux marchés émergents - tout du moins c'est ce que disaient les dirigeants de Renault.
 
Finalement lancée en France en 2005, cette berline aux lignes carrées et à coffre est presque devenue un objet culte, que l'on observe et dont on compare les différentes versions dans les pique-niques organisés par Dacia, et qui rassemble de nombreux propriétaires de Logan ou autre modèle.
 
Car au fil du développement de la gamme, les succès se sont suivis : la citadine polyvalente Sandero, le SUV Duster, et plus récemment le monospace Lodgy ont trouvé leur clientèle.
 
Et aujourd'hui, c'est une nouvelle page de l'histoire de la marque qui se tourne avec l'arrivée de la seconde génération de Sandero et de Logan.
 
Plus moderne, séduisante, la Logan II arbore d'autres atouts. Connaîtra-t-elle le même engouement ? Réponse dans quelques mois.
 
Mais alors que le succès de Dacia ne sautait pas aux yeux de certains observateurs du monde automobile, les faits sont là : la marque s'est installée semble-t-il de manière durable, et a pris sa part de marché.

Et en lançant la seconde génération de ses modèles phares, vient de passer du statut d'ovni sur la planète auto à celui de constructeur « normal ». Un terme très à la mode ces temps-ci…
 

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
un pseudo libre Le 18/11/2012 - 10:03
Dacia n'est pas un réel succès. En Europe, sur les 10 premiers mois de l'année, ils n'ont même pas atteint les 200 000 voitures, c'est moins que Seat et à peine plus que Volvo par exemple. Les gens comprennent enfin que les Dacia n'ont pas grand chose à faire valoir, particulièrement dans le domaine de la sécurité : je rappelle que Dacia est quand même la plus mauvaise marque vendue chez nous d'après EuroNCAP, puisqu'aucun modèle Dacia ne dépasse les 3 étoiles aux CrashTest, une valeur extrêmement mauvaise.
Voir tous les commentaires (1)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...

Guides d’achat