Vous êtes ici :

David Chatenet PDG d'Automobiles Chatenet, constructeur de voitures sans permis

David Chatenet PDG d'Automobiles Chatenet, constructeur de voitures sans permis

A l’heure de la répression routière accrue, de l’engouement pour la petite voiture, la citadine, la voiture sans permis joue sa chance. Elle la joue même crânement quand les modèles viennent tutoyer les voitures conventionnelles. C’est ce que fait le constructeur Chatenet en arguant que sa toute nouvelle CH26 n’a pas grand-chose à envier aux “grandes”. Explication.

 

"Tant que la technologie de l’électrique n’a pas trouvé de solution fiable, la voiture sans permis n’a pas plus d’avenir dans ce secteur que les voitures conventionnelles"

.                                                                                                       

Vos commerciaux, peut-être vous-même, disent au regard de votre nouvelle CH26, que les voitures sans permis, à ce niveau, n’ont plus grand-chose à envier à leurs homologues conventionnelles. En quoi ?
Nous le disons volontiers parce que ce sont nos clients qui nous le disent. Depuis la sortie de la CH26, fréquemment, lors des présentations, des acquéreurs potentiels se disent déçus… qu’elle n’existe pas avec permis car ils l’acquerraient alors volontiers ! Cela dit, s’ils tiennent ce langage, c’est parce que la CH26 possède des atouts qui la rapprochent en effet des “grandes”. D’abord, c’est le premier produit que nous avons conçu en la pensant d’emblée “automobile” et non voiture sans permis. Pour la première fois également, nous l’avons projetée en 3D et son design est signé Christian Polo, styliste connu pour avoir travaillé avec un transformateur de BMW. Résultat, son “look” extérieur mais aussi intérieur donne le sentiment d’être en présence d’une voiture classique. Plusieurs équipements accentuent ce rapprochement ou cette assimilation. Nous la livrons en série avec le lève-vitres électrique, le double essuie-glace avant alors que les voitures sans permis avaient, jusqu’ici, le sempiternel monobras, l’essuie-glace arrière, les jantes alu 14 pouces, le radar de recul, l’autoradio MP3. La proximité avec les voitures ordinaires existe aussi au niveau du châssis. Jusqu’ici, nos voitures sans permis étaient dotées d’un châssis en acier et non “cage”. La CH26 est bâtie sur un châssis “cage” en aluminium qui améliore singulièrement le confort et le comportement routier en absorbant les vibrations.

 

Où en est le marché de la voiture sans permis ? Qui, aujourd'hui, est acheteur de ces véhicules ? Est-ce un marché qui progresse ?
Il faut distinguer le marché français du marché européen. Le marché français reste stable aux alentours de 13 000 immatriculations annuelles. En revanche, la clientèle évolue. La voiture sans permis n’est plus le véhicule du “paria” qui n’a pas réussi à passer son permis. Elle fait l’objet d’un véritable choix et sa grande nouveauté est d’intéresser de plus en plus de jeunes. Beaucoup d’étudiants l’acquièrent pour aller à l’Université ou l’école. Autre nouveauté, des loueurs proposent désormais la voiture sans permis dans leur offre ; c’est donc un marché émergent qui va croître. En revanche, nos principaux marchés étrangers pâtissent de la crise. Il s’est rétréci de 70 % en Espagne, de 15 % à 20 % en Italie. Nos ventes dans ces deux pays étaient de l’ordre de 70 à 80 voitures par mois. Nous sommes le 4e constructeur de voitures sans permis français mais nous positionnons différemment de la plupart de nos concurrents en nous focalisant sur le segment haut de gamme. La CH26 est commercialisée au prix de base 13 600 € quand les autres constructeurs proposent des voitures de moyenne et basse gamme aux alentours de 10 000 €.

 

Si les VSP se rapprochent des voitures conventionnelles, quelles évolutions peut-on encore attendre de ces véhicules ? A l'heure de l'électrique, ils se prêtent idéalement à cette énergie. Où en êtes-vous ?
Nous nous sommes très sérieusement investis dans des projets de voiture électrique, il y a quelques années. C’est vrai, sa légèreté, ses deux places la rendent idéale pour ce type de motorisation et il est certain que nous pourrions en retirer de précieuses parts de marché. Mais le problème de l’énergie, de l’autonomie demeure. Les technologies ont beau progresser, évoluer, on ne dépasse toujours pas, ou guère, l’autonomie de 100 km à 90 km/h. On remarquera d’ailleurs que tous les constructeurs conventionnels affichent une voiture électrique mais toutes en sont au stade du prototype. Donc, pour l’instant, aucune solution fiable ne nous pousse à nous engager de façon résolue dans cette voie. En outre, je ne suis même pas convaincu qu’il y ait vraiment un client pour la voiture électrique, avec ou sans permis. En effet, je situe plus ces véhicules comme une troisième voiture, et 10 000 euros ou plus représentent un budget conséquent pour une troisième voiture.
www.automobiles-chatenet.com

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (5)
MA h4Di567

J'ai eu une Châtelet CH26 neuve (achetée quand-même près de 16000€ avec les options) ...que j'ai revendue à 5000km car trop de problèmes (phares qui prennent l'eau, condensation, infiltration d'eau dans l'habitacle, auto radio de piètre qualité (ne capte pas à la campagne), perte de puissance, vibrations à froid, "coup de chaud" en ville et dans les embouteillages... Etc. Et surtout impossible à débrider pour les moteurs lombardini dci !!!). Revendue à un particulier pour 12000€ et j'ai acheté une AIXAM Coupé Premium neuve à 15000€ (qui a maintenant 38000km) pas de problème (à part un rappel électrique sous garantie sans aucun frais avec véhicule de prêt)... Et débridée (variateur + vis de bridage enlevée) monté facile à 90km/h sur le plat bien lancée, 70 km/h en montée (vitesse GPS) un minimum de 50 km/h dans les pentes à +15% en montagne). Plus jamais de Châtenet ni de moteur Lombardini DCI mais un bon "vieux" moteur Kubota (homologué quand-même Euro 4 avec vignette CritAir 1 s'il vous plaît !!!).

tiny206806

Modèle CH26 acheté fin 2012 ... Les vibrations du moteur ont eu pour conséquences de désosser la voiture. Aileron du coffre, protection plastique des roues, pot d'échappement, entrées d'eau ... Une catastrophe cette marque ! Service commercial zéro et le pompon, la boîte de vitesse qui lâche juste après la fin de la garantie. Surtout n'achetez pas de la Chatenet !!!

un pseudo libre

iun conseil si vous souhaitez acheter une voiture sans permis surtout pas cette marque vous allez vous faire avoir c est une voiture en carton tout se déglingue au fur et a mesure du temps et ça va très vite ma voiture a a peine un an et je vous explique par 2 fois la vitre arrière du coffre a voler en éclat on vous fait croire que c est de votre faute vous etes trop brusque du pipo j'ai une voiture d occas qui date de1997 et c est du costaud ensuite la batterie morte au bout de6 mois ma portière qui ne ferme plus et le comble la boite de vitesse qui est défectueuse a cela on vous prend pour des idiots quand on appelle chatenet qui vous fait croire que vous etes un cas a part bien sur cela ne leur est jamais arrive je pense saisir 60 millions de consommateurs alors les belles photos sur leur site merci le design sympa mais dans le ventre bonjour les degats on vous parle de fiabilite que du pipo je l ai quand meme payer 14 milles euros alors un conseil allez voir ailleurs les beaux sourires des vendeurs et le design du véhicule est trompeur merci mr chatenet

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
144 363 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !