Des prix à la pompe qui ne "plaisantent" pas... Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Des prix à la pompe qui ne "plaisantent" pas...

Le président candidat Nicolas Sarkozy rejette la proposition du PS de bloquer les prix à la pompe. Explications.

Par Arnaud Murati
Publié le Mis à jour le

Cédric Lecocq


En période de campagne électorale, il s'agit de manier l'humour avec parcimonie : "C'est se moquer des Français de dire qu'on va bloquer les prix. Bloquer les prix de quoi ? (...) C'est une plaisanterie, si l'on veut être aimable" a lancé Nicolas Sarkozy au micro de RTL ce matin.
Le président de la République réagissait à l'une des propositions du candidat du PS François Hollande, à savoir bloquer les prix de l'essence.

Une proposition qui ne recueille pas beaucoup de suffrages au sein de l'Ufip, l'Union française des industries pétrolières :  "Soit on baisse les taxes, mais le président a dit que l'on n'avait pas d'argent pour le faire. Soit on laisse les taxes mais le prix baisse... ce qui signifie que l'on parvient à acheter le brut moins cher.

Le prix est le même pour tout le monde, et je ne vois pas par quel miracle on parviendrait à acheter notre brut moins cher
souligne Jean-Louis Schilansky, président de l'Ufip.

Inégaux


La situation est pourtant critique. A La Réunion, les émeutes (nocturnes) sont loin d'être terminées, et ont pour origine le désoeuvrement d'une population qui ne peut plus suivre les hausses régulières des prix à la pompe.

En Ile-de-France, certaines stations distribuent le litre de sans plomb à 2,02 € (Paris intra-muros), quand une grande partie le vend plutôt à 1,72 €. Les tarifs pratiqués dans la capitale sont donc bien loin des 1,58 € le litre de SP 95 et 1,42 € le litre de gazole observés en moyenne nationale !

Solutions ?


Or, pour calmer la vindicte réunionnaise, une solution a été trouvée : une baisse de 8 centimes d'euros par litre, applicable dès le 1er mars. Comment l'Etat s'y est-il pris ? Tout simplement en baissant les taxes, sachant que le président de la République refuse publiquement cette solution... "C'est un tout petit marché que la Réunion" rappelle toutefois Jean-Louis Schilansky, voulant signifier par là que l'Etat ne se mettra pas en péril en renonçant à la part infime de taxes perçues grâce aux carburants réunionnais.

La seule solution viable pour Nicolas Sarkozy est donc "d'encourager, soutenir et développer les voitures qui consomment moins de carburant". Sur ce point, le gouvernement a d'ailleurs joué le jeu, puisque malgré les difficultés budgétaires du moment, les bonus de 5000 € à l'achat d'une voiture électrique et 2000 € pour une hybride ont été maintenus.

Sans grande efficacité jusque là, du moins pour l'électrique, dont les ventes demeurent, pour l'instant, anecdotiques.
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
un pseudo libre Le 03/03/2012 - 10:48
ok le brut était 160 dollars en euros sa fait du 160 divisé part 1.6 euros = 100 euros en 2008 et 2012 115 dollars divisé part 1.3 sa fait 88,46 euros va cherché l'erreur et je vous dit pas le prix si le brut revenai a passé a 160 dollars.
un pseudo libre Le 02/03/2012 - 15:23
je ne vais pas vous cacher, je suis agent de l'administration centrale au ministère de l'intérieur. et je peux me permettre de vous dire que je vois des trucs ce faire qui pour moi sont inégale par rapport au peuple français. J'ai vu des appartements qui on été rénové et meublé par l'état pour des conseillers ou des préfets voir sous-préfets enfin bref, nous si on veut pouvoir faire ce genre de chose, c'est de NOTRE POCHE et c'est pareil pour les réparations de la vie courante (plomberie, électricité...) pour le carburant c'est pareil. Donc je peux vous dire que pour moi l'argent du pays n'est pas très bien investit et que si tout le monde payait ce qu'ils avaient à payer on serais certainement moins dans cette crise. Si encore ils avaient ces avantages en ayant un salaire raisonnable (pour moi c'est tout au plus 2000€ en disant raisonnable) mais non c'est genre 4500 minimum qui ne seront mème pas dépenser comme tout bon citoyens français (loyer, facture, à mon avis certains impots, carburant ) et encore je ne parle pas des dépense dans les ministères ou autres comme les réceptions avec des buffets à je ne sais combien de milliers d'euro.
un pseudo libre Le 02/03/2012 - 09:49
Encore une foi, rouler au gaz: moins de pollution, moins d'entretien, moins de vibration, pas de vignettes, pas de particules. Dernier prix payé à Dijon en grande surface 0,74 € le litre
Voir tous les commentaires (11)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...