Vous êtes ici :

Diesel propre. Nous avons essayé le nouveau système de Bosch

voir les photos
Cette Volkswagen Golf TDI est équipée du système de dépollution de Bosh. Il est invisible. L'équipement installé à l'arrière est un mini-laboratoire qui analyse les gaz d'échappement.
Cette Volkswagen Golf TDI est équipée du système de dépollution de Bosh. Il est invisible. L'équipement installé à l'arrière est un mini-laboratoire qui analyse les gaz d'échappement.

Bosch croit encore au diesel. Pour lui offrir une nouvelle virginité, l'équipementier allemand a mis au point un système beaucoup plus efficace de réduction des NOx. Solution miracle ou nouvel écran de fumée ? Pour vous répondre, L'argus a pris le volant d'un des prototypes ainsi équipés.

Page 1Diesel propre. Nous avons essayé le nouveau système de Bosch 

Le diesel n’est pas mort. C’est du moins ce que pense Bosch qui croit même en son potentiel de développement et estime encore pouvoir baisser ses émissions de CO2 (et donc sa consommation) de 10 %.

Sa sobriété supérieure à celle des moteurs à essence a d’ailleurs été, jusque-là, son principal argument, au point de faire basculer le marché français en sa faveur pendant presque deux décennies. Mais toute médaille a son revers. Ce fut tout d’abord les particules, jugées cancérogènes par l’OMS. Un sujet en partie réglé par l’adoption du filtre à particules.

Puis le dieselgate a mis en lumière les graves dérives des diesels en matière d’émissions de NOx, hors des cycles d’homologation sur banc à rouleaux. Ce fait n’est sans doute pas étranger au désamour du diesel qu’on enregistre aujourd’hui puisque, même sans être un spécialiste, on comprend bien qu’un véhicule qui émet 800 mg/km de NOx (moyenne relevée par les tests indépendants européens effectués sur route) au lieu des 80 mg/km autorisés par la réglementation n’a rien « d’écologique » comme on avait tenté de nous le faire croire. C’est ce problème précis que Bosch prétend avoir résolu, non pas avec une technologie nouvelle mais en optimisant celles déjà existantes.

 

Des dispositifs antipollution plus actifs 

Par rapport à un moteur à essence, la dépollution d’un diesel, en particulier celles des NOx, fait appel à des dispositifs actifs. Ils peuvent donc être neutralisés à la demande, ce qui est à l’origine des tricheries des constructeurs.

 

Le premier système est la vanne EGR. Elle injecte des gaz d’échappement à l’admission, ce qui contribue à diminuer la concentration en oxygène du mélange et réduit la formation des NOx. Bosch a fait le choix d’une EGR double, haute et basse pression. L’EGR haute pression est surtout efficace à froid car elle récupère les gaz directement dans le collecteur d’échappement.

L’EGR basse pression prélève les gaz d’échappement à la sortie du filtre à particules. Ils sont donc débarrassés des suies. Ils sont ensuite refroidis dans un échangeur puis réinjectés en amont du turbo en les mélangeant à de l'air frais. Combinée à un turbo au temps de réaction court (twin-scroll par exemple), cette EGR double est efficace dans une plus large plage de fonctionnement.

Bosch y adjoint un système de réduction catalytique sélective SCR. Le principe de la réduction catalytique sélective consiste à ajouter un agent réducteur des NOx dans les gaz d'échappement. Il s'agit d'ammoniac (NH3) qui, en présence d'oxygène (O2) transforme les NOx en azote (N2) et en eau (H2O). Le problème c’est que la SCR n’est efficace que lorsque la température est supérieure à 200°C. En ville ou à petite vitesse, les gaz d’échappement n’atteignent pas ce seuil. Bosch a donc adopté un dispositif de réchauffage (sans doute électrique) pour maintenir une température suffisante à la conversion de l’AdBlue et au fonctionnement du catalyseur.

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (14)
Lum Yere

Des mensonges bien entretenus sur la prétendue nocivité des oxydes d'azote permettent d'engranger de substantielles taxes par les états.... Et surtout la France ! En fait le monoxyde d'azote est parfaitement inoffensif et le dioxyde d'azote, aux limites habituelles de soi-disant seuil de pollution seraient plutôt bénéfiques et sans doute même bien au delà de ces seuils (très variables selon les pays ... tiens donc!). C'est ce que montrent plusieurs études. https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/developpement-durable-pollution-atmospherique-40/page/6/ Mais bien sûr les politiques qui le savent évitent d'en parler et les autres, ignares et plus soucieux de leur rétribution usent et abusent de leur verbiage pour conserver leurs privilèges et continuer à vivre aux dépends du contribuable.

Rovan

« L’Argus a essayé » Mais où donc se trouve les résultats de votre essai ? Pour ce qui est de toutes ces campagnes contre les énergies fossiles, c’est surtout des revendications de citadins... alors eux préfèrent délocaliser la pollution en milieu rural... véhicules hybrides, électriques , il faut bien des centrales nucléaires, thermiques , l’éole ne peut ou pourra qu’assurer une faible part...et si tout le monde se met à l’électrique , il faudra doubler le parc de centrales nucléaires et thermiques... N’oublions pas que la TIPP est devenue TICPE, de taxe intérieure sur les produits pétroliers à taxe intérieure de consommation des produits énergétiques... donc quoique qu’il arrive, la volonté de la part de l’état sera de taxer toujours plus fort toutes alternatives énergétiques...

shooby136

Le substrat, c'est la molécule dont on se sert pour faire fonctionner les PAC. Selon la molécule, le bilan écologique n'est pas le même, quand bien même tous produisent de l'eau

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
137 900 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !