Diesel en ville : à qui la faute ?
habillage
banniere_haut

Dossier spécial : baisse historique du marché du diesel en France

Par Xavier Chimits
Publié le

Diesel : à qui profite la tempête ?

Car entretemps, Dominique Voynet, ministre de l’Environnement, avait instauré en 1998 la « pastille verte » pour les voitures autorisées à rouler les jours de pic de pollution urbaine. Munis d’un pot catalytique, tous les modèles diesels diffusés après 1996 reçurent ce sauf-conduit: bienvenue en ville !

Un encouragement renforcé en 2008 par un bonus écologique basé sur les émissions de CO2 à l’exclusion de tout autre critère. Autrement dit, sur la consommation. Deuxième aubaine pour le diesel.

Quelle fut, des années durant, le lauréat du classement des véhicules thermiques propres établi par l’ADEME, agence placée sous la tutelle du ministère de l’Ecologie ? La Smart diesel… Bravo.


Erreurs multiples autour du Diesel

Comment mieux dire la cécité des autorités françaises ? Après avoir incité les automobilistes à se tourner vers le diesel, elles sont malvenues aujourd’hui de leur reprocher !

Ces erreurs, la France en paie le prix. Dans nul autre grand marché au monde, la part du diesel n’est si forte : 67% en 2013, contre 54% en Italie, 50% en Angleterre, 49% en Allemagne.

A mener auprès des autorités un lobbying efficace en faveur du diesel, domaine où ils ont longtemps possédé un temps d’avance sur leurs rivaux, les constructeurs français ont sauvegardé leur suprématie sur leur sol, mais mené un combat d’arrière-garde.

A l’heure de la mondialisation, mieux valait investir sur les moteurs essence puisque Asie et Amérique du nord ne veulent pas du diesel sur une voiture. Et l’Organisation Mondiale de la Santé a reclassé en 2012 comme « cancérogènes » les particules fines émises par les moteurs diesel.
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
jrgcolin931 Le 17/02/2015 - 14:22
La presse spécialisée a beau jeu de critiquer le tout diesel. Ces dernières années, il était quasiment impossible de voir publié un article d'essais d'un modèle autre que diesel. Et c'est encore assez largement le cas. On test, on compare des modèles diesels sous toutes leurs coutures, et on mentionne négligemment l'existence de versions essences. L'apologie du diesel est aussi de votre fait.
Voir tous les commentaires (0)