Vous êtes ici :

DS7 Crossback : la nouvelle voiture présidentielle en détails

ds 7 crossback présidentiel champs elysées investiture président macron
Après la DS5 de François Hollande, DS continue de motoriser la présidence de la République avec le DS7 Crossback. Si ce modèle a servi de véhicule d'apparat pour l'investiture d'Emmanuel Macron, il n'est pas encore pour autant la voiture "officielle" du nouveau président.

C'est une première, le nouveau président de la République a utilisé un SUV comme voiture d'apparat. Comme son prédécesseur, François Hollande, Emmanuel Macron a choisi le constructeur français DS, et plus particulièrement son nouveau DS7 Crossback qui sera commercialisé en janvier 2018.

On le savait, Emmanuel Macron ne sera pas un président comme les autres. Dès lors, on pouvait s'attendre à ce qu'il défile sur les Champs-Elysées avec un véhicule encore plus "spécial" que ses prédécesseurs (lire toutes les voitures des présidents français). Dès vendredi, L'argus.fr avait parié qu'il choisirait un SUV ,et plus particulièrement, le nouveau DS7 Crossback. Autant dire que nous avons eu le nez creux.

A lire. Petits secrets et photos inédites du DS7 Crossback Présidentiel

Mais le président a réservé une petite surprise puisqu'en tant que chef des armées, il a remonté les Champs-Elysées à l'arrière d'un Command Car. Il a pris ensuite le DS7 Crossback présidentiel qui l'attendait à l'Arc de Triomphe pour rentrer au palais de l'Elysée.

descente chanps-elysées ds 7 crossback président emmanuel macron

 

 

DS qui rit, Renault qui pleure

Un choix judicieux puisque ce véhicule incarne la modernité, le savoir-faire à la française, l'audace et la technologie. Avec le DS7 Crossback, le nouveau président fait un clin d'œil au Général de Gaulle qui roulait dans une Citroën DS ainsi qu'à François Hollande qui a défilé en 2012 à bord d'une DS5 HYbrid 4. Bien que ce dernier ait troqué sa DS5 pour un Renault Espace, il vient de quitter le palais de l'Elysée sur la banquette arrière... de son ancienne DS5 restylée !

Si le monospace français sera sous le feu des projecteurs la semaine prochaine au festival de Cannes, il a raté le rendez-vous présidentiel alors qu'il était le véhicule officiel du ministre puis du candidat Macron. 

 

 

 

DS7 Crossback modifié et autonome

En choisissant un SUV (tant décrié par les écologistes), le huitième président de la République marque déjà les esprits. C'est aussi le premier à circuler à bord d'une voiture autonome puisque le DS7 Crossback Présidentiel (couleur Bleu Encre) est équipé du DS Connected Pilot. Le président a aussi le privilège de tester la nouvelle suspension Active Scan Suspension qui adapte l'amortissement au profil de la route (lire Les 7 technologies du DS 7 Crossback) . Pratique sur les pavés des Champs-Elysée !

Ce modèle unique accueille quelques aménagements : porte-drapeau, signatures de la République Française (sur la console centrale et les logos apposés sur la carrosserie) et... un toit découvrable (en lieu et place du toit en verre panoramique). Ce dernier équipement ne rappelle pas que de bons souvenirs à François Hollande. L'habitacle est habillé d'une sellerie en cuir noir Art Leather et se distingue surtout par une Toile de Laque conçue par l'Atelier Maury.

 

Visible dès mardi au DS World

Emmanuel Macron n'aura guère le temps de profiter des nouvelles technologies de son nouveau carrosse. Le DS7 Crossback Présidentiel sera rendu au constructeur dimanche soir pour être exposé dès mardi matin au DS World à Paris (33 rue François 1er dans le 8e arrondissement). S'il restera à la disposition du président, rien ne dit qu'il sera investi comme voiture officielle du président Macron. Pour les Français qui aimeraient, eux aussi, s'offrir le SUV présidentiel, rappelons qu'il sera commercialisé au mois de janvier 2018. Une série limitée "La Première" est disponible à la commande jusqu'à fin décembre.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
beniot9888

Belle publicité gratuite ! Vue par toutes les télés du monde.

UlysseFouc

Monsieur le président devrait peut-être commencer à s'intéresser aux conditions de nombreux travailleurs de notre belle industrie de PSA Peugeot-Citroën. En effet, nombreux sont ceux, qu'ils soient en France, en Espagne, en Italie et autres pays, à être employés par des cabinets de consultants et non directement PSA, bien qu'ils réalisent le même travail et dans les mêmes conditions et ce depuis de nombreuses années. Pourquoi cette différence me demanderez-vous, tous simplement pour faire des économies notamment à l'heure des partager les avantages coûteux et lors des procédures de licenciement.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la DS DS 7