Vous êtes ici :

DS3 Crossback vs Volkswagen T-Roc : les SUV urbains s'affrontent

DS3 Crossback vs Volkswagen T-Roc
Premier affrontement entre les DS3 Crossback et Volkswagen T-Roc. Deux SUV urbains à la philosophie très différente.

Star du stand DS au Mondial de l'Auto, le DS3 Crossback affronte l'un de ses concurrents, le Volkswagen T-Roc. Technologie, finition, espace à bord, motorisations : lequel de ces deux SUV tire le mieux son épingle du jeu ?

Après le DS7 Crossback, le constructeur français continue son développement en dévoilant un autre SUV, mais plus petit, le DS3 Crossback. D’une longueur de 4,12 m, il est plus compact que son concurrent du jour le Volkswagen T-Roc, qui mesure 4,23 m.

Ce gabarit s’explique par le fait que ce nouveau venu s’intercalera entre la DS3 (3,95 m), qui disparaitra en 2020, et le futur DS4 Crossback, prévu vers 2022. De son côté, le T-Roc devra faire une place à un futur petit frère. Il s’agit du T-Cross (4,11 m), prévu pour le printemps 2019.

À lire. DS3 Crossback vs Audi Q2 : le match des SUV chics en vidéo


Des styles opposés

DS3 Crossback
DS3 Crossback
DS3 Crossback
DS3 Crossback
DS3 Crossback

Pour tenter de s’imposer, le DS3 Crossback mise sur sa gueule originale. Sa forte personnalité s’exprime notamment par sa calandre imposante, DS Wings tridimensionnelle. Les phares du DS3 Crossback arborent des contours complexes et son éclairage diurne à LED balafre les extrémités du bouclier.

DS n’oublie pas le clin d’œil à la DS3 avec l’aileron de requin au niveau du montant B. Autre détail inédit, les lèche-vitre sont rendus invisibles. A l’arrière, il y a une belle mise en scène graphique des échappements tandis que de fausses sorties d’air tranchent les coins du bouclier arrière. Ces gimmicks élargissent visuellement le DS3 Crossback et compensent sa faible surface vitrée.

Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc

Le design du T-Roc est moins torturé, plus subtil, mais aussi nettement plus classique. Cependant, il est plutôt original pour une Volkswagen. A l’avant, on apprécie la signature lumineuse sans agressivité et les optiques intégrées dans la calandre. De profil, les ailes marquées accentuent son look SUV, la partie basse en plastique équilibre l’ensemble et le jonc chromé qui court du montant de parebrise jusqu’au hayon lui apporte un aspect chic.

A l’arrière, c’est classique. Le T-Roc est traité à l’horizontal, à l’inverse du DS. Cela permet d’assoir visuellement l’auto. Enfin, au niveau personnalisation, seul le toit peut se dissocier de la carrosserie, avec une teinte noire.


Originalité ou classicisme ?

DS3 Crossback
DS3 Crossback

L’originalité de la robe du DS3 Crossback trouve écho dans l’habitacle, surtout au niveau de la console centrale. Seize touches sensitives sont intégrées dans des losanges évoquant le logo de la marque. À noter que le bandeau matelassé avec des surpiqûres sur la planche de bord fait d’emblée bonne impression, et plante le décor.

Au niveau ergonomie, certaines commandes réclament un temps d’adaptation à l’image des lève-vitres, situées à côté du levier de vitesses (comme sur les DS5 et DS7 Crossback), des poignées de portes sous les accoudoirs et des commandes de réglages des rétroviseurs, placées dans le coin inférieur gauche de la planche de bord.

Enfin, les aérateurs latéraux, placés sur les contre-portes, sont circulaires avec des contours carrés, ce qui complique le raccord avec la planche de bord.

DS3 Crossback
DS3 Crossback
DS3 Crossback

Au-delà, le volant de petite taille permet une bonne prise en main. L’écran tactile panoramique valorise la planche de bord et son implantation dans le champ de vision n’oblige pas à quitter la route des yeux. En finition haut de gamme, la diagonale est de 10,3 de pouces, une dimension inédite sur le segment. Les niveaux de finitions intermédiaires disposent d’une taille de 7 pouces alors qu’en entrée de gamme, il n’y a pas d’écran du tout. Le compteur numérique de 7 pouces est un peu petit mais il a le mérite d’être de série sur toutes les finitions.

Les rangements ne sont pas très nombreux, mais ils sont en revanche très pratiques. Les bacs de portes accueillent chacun une grande bouteille. Et la boîte à gants, aussi vaste que profonde, en loge trois !

 

Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc

L’intérieur du T-Roc est à l’inverse du DS3 Crossback. C’est très classique, mais pas triste pour autant puisqu’il est possible d’avoir des placages de la couleur de la carrosserie.

Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc

Au niveau ergonomie, difficile de trouver des défauts. Les rangements sont suffisamment nombreux et de bonne contenance, notamment au pied de la console centrale. Pratique, deux prises USB y ont pris place. L’écran tactile est lui, bien positionné mais il est plus petit (6,5 pouces ou 8 pouces à partir de Lounge), et les commandes de climatisation déportées sont pratiques avec un accès direct. Le conducteur profite d’une dalle numérique nettement plus grande (12,3 pouces) mais de série qu'à partir de la finition Carat.

En parlant de finition. Volkswagen nous avait habitués à mieux. Aucun élément moussé à bord, les plastiques sont tous durs. L’assemblage est sérieux et la qualité générale plutôt d’un bon niveau. Sur ce point, le DS3 Crossback fait plus haut de gamme.

 

Technoparade pour le DS3 Crossback

Pour asseoir son statut premium, le DS3 Crossback déballe une longue liste d’équipements technologiques tels les phares Matrix LED, l’ouverture et le démarrage via un smartphone ou les poignées affleurantes qui s’extraient de la carrosserie lorsqu’on s'approche de l’auto. Citons aussi l’affichage tête haute, la recharge par induction et surtout, la conduite semi autonome de niveau 2.

DS3 Crossback
DS3 Crossback
DS3 Crossback

Cette dernière comprend un régulateur de vitesse actif avec fonction Stop&Go jusqu’à 140 km/h, le freinage automatique d’urgence intégrant la détection des piétons et des cyclistes y compris de nuit, le maintien dans la voie de circulation et l’aide au stationnement automatique Park Pilot. Une dotation inédite sur le segment mais qui impose de monter en gamme et de piocher dans la liste des options.

Le T-Roc ne va pas aussi loin (pas de détection nocturne ni d’éclairage matriciel) mais se défend bien avec le freinage automatique d’urgence avec détection des piétons, l’assistant d’embouteillage (jusqu’à 60 km/h), l’aide au maintien dans la voie avec correction de la direction, la surveillance de l’angle mort, les feux de route automatique… Des équipements de série suivant le niveau de finition choisi.

 

Habitabilité arrière : léger avantage à VW 

Volkswagen T-Roc
DS3 Crossback
Volkswagen T-Roc

Les lignes fuyantes du DS3 Crossback et son gabarit ramassé pouvaient laisser craindre une habitabilité arrière en retrait. Mètre en mains, il n’en est rien. La hauteur sous plafond et l’espace aux jambes sont strictement identiques à ceux du T-Roc. Mais ce dernier est plus généreux en termes de largeur (+ 6 cm aux coudes, + 10 cm aux épaules) et offre une meilleure accessibilité. Dernier point, l’espace sous les sièges, pour y glisser les pieds, est supérieur.

En outre, le DS3 Crossack donne une impression de confinement. En cause un vitrage latéral moins haut et un aileron de requin qui occulte la vue. Cette sensation est moins perceptible dans le Volkswagen.

Au final, deux adultes y seront bien installés et profiteront d’une banquette moelleuse dans le DS3 Crossback. Une qualité que l’on ne peut attribuer au Volkswagen tant sa sellerie est ferme.

 

Moins de coffre pour le DS3 Crossback

DS3 Crossback
DS3 Crossback

Affichant 355 litres, le coffre du DS3 Crossback ne peut qu’abdiquer. Son concurrent du jour affiche 445 litres (355 en transmission 4x4), grâce notamment à sa longueur supérieure. Il est aussi plus pratique avec un seuil de chargement plus bas (- 6 cm) et il dispose d’un double fond, offrant deux avantages.

Primo, le plancher est à la hauteur du seuil (marche de 18 cm dans le DS) et, secundo, la surface de chargement est plane lorsque les dossiers de banquette sont rabattus. De plus, les flancs de son coffre sont moins tarabiscotés, lorsque le DS3 Crossback embarque l’option caisson de basse.

Volkswagen T-Roc
Volkswagen T-Roc

Avantage également au Volkswagen au chapitre de la modularité. Les deux proposent des dossiers rabattables (2/3-1/3) mais l’allemand dispose en plus d’une trappe à skis et d’un dossier de siège passager avant rabattable (à partir de Carat). Enfin, aucun ne s’équipe d’une banquette coulissante comme les Citroën C3 Aircross, Renault Captur et futur Volkswagen T-Cross.

 

Motorisations et transmissions

Le DS3 Crossback propose trois moteurs à essence et deux diesels. Un autre diesel 1.5 BlueHDi de 150 ch est au programme et une version 100 % électrique DS3 Crossback E-Tense de 136 ch est prévue pour l’automne 2019 avec une autonomie de 300 km. Aucune transmission 4x4 n'existe, DS propose un système de motricité renforcée.

Essence Diesel
1.2 PureTech 100 BVM6 1.5 BlueHDi 100 BVM6
1.2 PureTech 130 EAT8 1.5 BlueHDi 130 EAT8
1.2 PureTech 155 EAT8 -

 

Le Volkswagen T-Roc monte plus haut en puissance, propose trois essence et deux diesels.

Essence Diesel
1.0 TSI 115 BVM6 1.6 TDI 115 BVM6
1.5 TSI 150 BVM6/DSG7 2.0 TDI 150 4MOTION DSG7
2.0 TSI 190 4MOTION DSG7 -

 


Le DS3 Crossback est plus cher

Les prix du DS3 Crossback débutent à 23 500 euros et grimpent jusqu’à 40 500 euros. En cœur de gamme, la version PureTech 130 EAT8, en finition So Chic, est facturée 30 100 €. Elle offre la climatisation automatique, un radar de recul et l’écran tactile de 7 pouces. Mais si l’on veut bénéficier des spécificités du DS3 Crossback tels l’éclairage Matrix, les poignées affleurantes, le grand écran tactile et de l’aide au stationnement avant, il faut alors passer au niveau en Performance Line + et débourser la coquette somme de 33 600 euros, voire 35 100 € avec le PureTech de 155 ch.

Volkswagen vend son T-Roc entre 22 340 et 39 200 €. La version comparable est un TSI 150 DSG Carat Exclusive, facturé 34 050 €. La différence de tarif, à l’avantage de l’allemand, s’élève à 1 050 €. Il n’offre pas l’éclairage matricielle ou encore l’ouverture via le smartphone mais il s’équipe en plus de la sellerie cuir, des sièges chauffants, du hayon électrique, du toit ouvrant panoramique. Ce dernier est d’ailleurs indisponible sur le DS3 Crossback.


Bilan DS3 Crossback vs Volkswagen T-Roc

DS3 Crossback vs Volkswagen T-Roc
DS3 Crossback vs Volkswagen T-Roc

Opter pour le DS3 Crossback sera la conséquence d’un coup de cœur, alors que choisir le Volkswagen T-Roc sera davantage basé sur la rationnalité. Ces deux SUV ne séduiront donc pas la même clientèle.

Le premier se veut original, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, soigne sa présentation et propose des équipements technologiques inédits dans la catégorie. Des qualités qui se paient.

À l’inverse, le second ne prétend pas se placer dans la sphère
« premium ». Sa finition est un peu décevante, son style est plus classique, et il ne va pas aussi loin au niveau technologique. Cependant, son rapport prix/équipement est meilleur en haut de gamme, les passagers ont plus d’aisance à l’arrière et son coffre est plus volumique.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la DS DS 3
Recevez par e-mail toutes les infos de la Volkswagen T-Roc