Vous êtes ici :

DS3 Crossback/Peugeot 208 (2019). La nouvelle plateforme CMP dévoilée

groupe PSa plateforme CMP
Siglée Peugeot à de nombreux endroits, la nouvelle plateforme CMP du groupe PSA a été dévoilée par Opel.

Respectivement dévoilés au Mondial de Paris 2018 puis au salon de Genève 2019, le DS3 Crossback et la nouvelle Peugeot 208 bénéficieront d'une plateforme inédite, baptisée CMP (Common Modular Platform), qu'Opel a récemment présentée.

Après avoir remplacé l’ancienne base PF2 par l’EMP2 en 2013 (sur le Citroën C4 Picasso II), le groupe PSA s’attaquera en 2019 à celui de la PF1 dédiée aux petits véhicules (Citroën C3, Opel Crossland X, Peugeot 208…). Ironie de l’histoire, la base CMP était initialement un co-développement entre PSA et General Motors. Mais les désaccords techniques avec les Américains ont eu raison de cette alliance. Le bec dans l’eau, le constructeur français s’est alors tourné vers son actionnaire chinois DongFeng qui a co-financé l’étude.

Plateforme CMP groupe psa
Plateforme CMP

La boucle est finalement bouclée puisqu’en 2019, Opel (propriété du groupe PSA depuis 2017) commercialisera la nouvelle Corsa sur cette plateforme puis le Mokka X en 2020. C’est d’ailleurs chez Opel que nous avons pu la découvrir pour la première fois. Pour l’anecdote, la Corsa bénéficiera de la CMP ainsi que de la structure complète de la future Peugeot 208 en raison des délais très courts de développement.

A lire. Le calendrier secret de toutes les Peugeot jusqu'en 2024


Pour les véhicules urbains et compacts

Modulaire, cette plateforme le sera avec deux largeurs de voies, trois empattements et trois modules arrière. Elle est dédiée aux modèles du segment B (citadines et SUV urbains) ainsi qu’à ceux du segment C, notamment chez Citroën. En effet, la future Citroën C4 III qui sera fabriquée dans l’usine de Madrid utilisera cette base technique et non celle de la Peugeot 308.  Par ailleurs, elle va permettre l’intégration des dernières aides à la conduite connues sur les véhicules des segments supérieurs.

DS3 Crossback (printemps 2019)
Peugeot 208 II (2019)
DS3 Crossback (printemps 2019)


Multi-énergies

Outre l’amélioration des prestations dynamiques et du confort, la CMP peut recevoir aussi bien des blocs thermiques qu’un moteur électrique de 115 ch et sa batterie de 50 kWh (qui devrait être chinoise).

En plus des moteurs à essence 1.2 PureTech de 68, 82, 100, 110 et
130 ch, elle inaugurera une déclinaison 1.2 PureTech de 155 ch en 2019. En diesel, le 1.5 BlueHDi officiera avec trois puissances : 75, 100 et
130 ch selon les modèles. Ces motorisations seront associées aux boîtes manuelles (5 et 6 rapports) et à la transmission automatique EAT6 fabriquée sous licence Aisin par PSA. A partir de 2022, la CMP se déclinera dans une version Mild hybrid 48V (hybridation légère) en essence qui se distinguera par une boîte à double embrayage e-DCT étudiée par Punch Powertrain.

A lire. Groupe PSA : Opel annonce son avenir technique


Tergiversations sur la version sportive

Inscrite dès le lancement du programme CMP, la déclinaison sportive a connu un retournement de situation. Initialement, cette base technique ne devait recevoir en essence que des blocs à trois-cylindres, un moteur de 200 ch a été étudié à cet usage. En cours de route, le groupe PSA a décidé d’abandonner ce projet remettant par conséquent dans la course le 1.6 PureTech, largement rentabilisé. Seul hic, la CMP n’a pas été prévue pour accueillir ce moteur. La charge est revenue à Peugeot Sport de modifier le train avant pour implanter le 1.6 de 230 ch qui animera le DS3 Crossback Performance ou la nouvelle Peugeot 208 GTi, probablement en 2020.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Citroën
Recevez par e-mail toutes les infos de la DS DS 3
Recevez par e-mail toutes les infos de Peugeot