DS9 (2021). Elle défie la Mercedes Classe E, la routière de référence
habillage
banniere_haut

DS9 (2021). Elle défie la Mercedes Classe E, la routière de référence

Enfin ! La DS9 arrive pour titiller les routières allemandes. Quels sont les atouts et les faiblesses de la française ? Peut-elle rivaliser avec la Mercedes Classe E, la référence en la matière ? C'est ce que nous allons voir au cours de ce match statique France-Allemagne des berlines premium !

Publié le Mis à jour le

La DS9 va venir jouer les trublions sur le segment des routières, outrageusement dominé par les modèles allemands et notamment la Mercedes Classe E.

Laurent Lacoste, LAURENT LACOSTE..

[Mis à jour le 26/04/2021] Sur le segment des routières, la Mercedes Classe E fait référence. La berline allemande est la plus vendue du marché, et ne se laisse pas impressionner même par ses plus proches concurrentes : la BMW Série 5, restylée en juin, et l'Audi A6, sortie en 2018. Alors peut-elle craindre de voir rouler sur ses plates-bandes une petite française : la DS9 ? C’est ce que nous allons voir. On siffle le coup d'envoi ! 

 

Le match du style

La DS9 apparait plus large que la Mercedes Classe E. C'est un pur effet d'optique car les deux modèles ont la même dimension : 1,85 m (hors rétroviseurs).
Spécificité de cette finition AMG Line, la grille de calandre est diamantée. Les boucliers ont un design plus affirmé que sur la chic finition Avantgarde Line.

Deux philosophies s’opposent. D’un côté, la rigueur allemande avec les lignes plutôt statutaires et classiques de la Mercedes Classe E. La berline allemande fraichement restylée, reçoit une nouvelle calandre en trapèze (il était inversé sur la génération passée), des optiques redessinées, de nouveaux boucliers et un capot avec un double bossage. 

La DS9 a aussi droit à un capot marqué, c'est plus léger. La berline tricolore va plus loin et ajoute un sabre chromé. Les éléments brillants, DS en raffole, puisque l’on en trouve également sous les optiques à LED matriciels. Remarquez la forme des diodes, on croirait  des diamants. Fidèle à son ADN, DS joue davantage sur les formes géométriques et mise sur des poignées de portes affleurantes. C’est plus extravagant et innovant.

Les sabres sous les feux arrière sont un détail de style repris à la DS. Le traitement des optiques en écaille est pour le moins original.
A l’arrière, la DS9 fait référence à son illustre ainée la DS en lui repiquant les éclairages placés aux coins supérieurs de la lunette arrière. On n’y trouve plus les clignotants, mais les feux de position. Sous les feux, qui héritent d’un traitement façon écaille, on retrouve des sabres latéraux. Là encore, c'est une référence au passé. Si DS évoque les berlines des années 30, la Citroën DS arbore également cette spécificité.

La Classe E, elle, ne reprend rien à personne ! La nouveauté à l’arrière c’est l’arrivée de feux horizontaux qui allègent le dessin global. Contrairement à la française, l’allemande joue moins la carte du coupé à 4 portes avec une ligne de pavillon moins fuyante. Ce qui, au final, est peut-être moins glamour, mais facilite l’accès à bord…

A LIRE. Essai DS 9 : notre avis sur la berline haut de gamme française
 

Bilan au terme des premières minutes du match : 0-0

La Citroën DS a été une source d'inspiration pour les équipes de design DS. La DS9 regorge de clins d'œil à l'égard de son ainée.
A l'arrière, gros changement pour cette Classe E. Les feux ne sont plus verticaux, mais horizontaux. Le dessin de la poupe apparait allégé.


Le match de l’intérieur

Le traitement intérieur de la DS9 est soigné et les matériaux de qualité (cuir, Alcantara) sur les versions les plus huppées comme notre version Grand Chic. L'univers est peut-être plus "bling-bling", mais moins austère.

A l’intérieur, la DS9 rompt le classicisme avec ces formes géométriques. Pour rivaliser avec les standards allemands, le constructeur a opté pour des matériaux nobles, de l’Alcantara et du cuir. La finition est flatteuse et fait la part belle à des détails propres à la marque comme le guillochage « clou de Paris » sur la console, la montre BRM au sommet du tableau de bord ou l’exclusive sellerie bracelet de montre. L’ambiance est baroque voire clinquante. Contrairement aux modèles chinois qui peuvent avoir des compteurs à aiguilles sur les finitions de base, en Europe, toutes les DS9 seront pourvues d'une instrumentation numérique.

A LIRE. DS9 (2020) : à bord de la grande berline DS
 

La Mercedes Classe E jouit d'une finition soignée et d'un équipement high-tech. De série, la berline profite de compteurs numériques. Le système multimédia MBUX permet de commander sa voiture à la voix.

Dans la Mercedes, on est hypnotisé par le double écran de 10 à 12’’ selon les versions qui regroupe les compteur numérique et l’écran multimédia. Ici, on échange avec sa voiture à la voix grâce au nouveau système d’exploitation MBUX qui propose également un GPS en réalité augmenté. L’ambiance est futuriste et high-tech. La finition est soignée, les matériaux raffinés et les options de personnalisation multiples, à condition de mettre la main au porte-monnaie. Les deux modèles offrent quelques rangements et proposent un chargeur à induction dans le logement au début de la console centrale.

A LIRE. Mercedes Classe E restylée (2020) : une dose d'AMG en plus
 

Dans les deux cas, les berlines reçoivent tout un attirail d’aides à la conduite et proposent chacune une fonction de conduite autonome de niveau 2. Elles proposent également, en option, des suspensions adaptatives ou encore un dispositif de vision nocturne.
 

1-0 pour la DS9 qui se distingue avec des graphismes originaux

Hommage à la Citroën DS avec ces cornets postés de part et d'autre de la lunette arrière. Pour des questions règlementaires, il ne s'agit pas de clignotants mais de feux de position.
Les feux de jour sont intégrés dans le bouclier, à la verticale. La berline reçoit le système d'éclairage DS LED Vision. Au démarrage, ces phares matriciels pivotent à 180 degrés.


Le match de l’habitabilité

A l’arrière de la DS9, on ne manque pas de place. Rappelons que la berline partage sa plateforme avec la Peugeot 508 chinoise, et elle est 18 cm plus longue que notre 508 européenne. Son empattement de 2,90 m est le plus grand jamais proposé par une berline du groupe PSA. Si l’aisance aux jambes est royale, la garde au toit est juste correcte pour un gabarit de plus de 1m80. La ligne de toit plongeante, pour offrir un côté coupé à 4 portes, contraint de devoir baisser davantage la tête lorsque l'on monte ou descend du véhicule.
 

La DS9 offre un bel espace aux genoux et des assises plus longues que dans la Mercedes. En revanche, la garde au toit est plus basse et l'accessibilité moins aisée en raison de la ligne de pavillon fuyante.
Aux places arrière, l'habitabilité est très correcte. L'habitacle de la berline allemande est plus lumineux avec cette seconde ouverture, dans le prolongement du toit ouvrant (option).

Dans la Classe E dont l’empattement culmine 2,94m, c’est Byzance : aux coudes, aux genoux ou à la tête ! On regrette la présence de cet imposant tunnel de servitude qui condamne un peu la place centrale. Les passagers profitent d’une belle luminosité grâce au pavillon ajouré, un prolongement du toit ouvrant panoramique… La DS9 n’offre pas tant d’égard à ses passagers. Quoi que, l’accoudoir central accueille des supports pour smartphone. Quant aux sièges arrière, ils peuvent être chauffants, massants et ventilés sur le modèle français en piochant dans le catalogue des options. Un équipement qui peut avoir un inconvénient : la banquette arrière devient alors fixe. 

Pas de possibilité d'abaisser les banquettes sur les DS9 pourvues de sièges massants. En revanche, cette opportunité est proposée sur les autres modèles de la gamme. Le volume de coffre est de 510 l pour toutes les versions, même hybrides.

Et côté coffre ? Dans les versions ici présentées, AMG Line et DS Performance Line (ambiance "Opéra), les malles sont à ouverture et fermeture automatiques. La DS9 propose une ouverture mains libres avec mouvement de pied sous le pare-chocs, ce que Mercedes réserve uniquement à la Classe E Break. La DS9 affiche un volume de 510 l aussi bien en version hybride que thermique. Le seuil de chargement est un peu haut que sur la Classe E, mais l'ouverture est plus spacieuse. L'allemande propose un volume de chargement plus conséquent : 540 l. Revers de la médaille, elle perd 170 l dès lors qu’on opte pour une motorisation hybride rechargeable.
 

A la mi-temps, 1-1 entre les deux berlines premium

Nos mesures d'habitabilité DS9 vs Mercedes Clase E 

Habitabilité  DS9 E-Tense Classe E 220d
Places avant / arrière
Garde au toit AV/AR (cm) 96 / 90 93 / 92
Largeur aux épaules AV/AR (cm) 143 / 138 147 / 144
Largeur aux coudes AV/AR (cm) 147 / 144 150 / 149
Espace aux jambes AR (cm) 39 30
Longueur assises AR (cm) 52 48
Coffre
Volume en 5 places / 2 places (l) 510 / - 540 / 1 820
Hauteur du seuil (cm) 77 66
Ouverture : largeur x hauteur (cm) 106 x 44 69/106 x 50
Hauteur sous tablette (cm) 44 46
Largeur maximale (cm) 124 124
Largeur aux passages de roues (cm) 108 98
Profondeur en 5 places / 2 places (cm) 112 / 203 115 / 209
Hauteur du double fond (cm) - -



Le match des moteurs

L’offre de motorisation chez Mercedes est nettement plus étoffée. Le constructeur allemand propose deux diesels (194 et 330 ch), deux blocs essence revus et corrigés par AMG (435 et 612 ch) et une version hybride rechargeable diesel (!) de 306 ch avec 50 km d’autonomie en 100 % électrique. La boite automatique compte ici 9 rapports.

DS ne fait pas tout à fait jeu égal. Le constructeur a fait le pari osé d’abandonner le diesel pour n’offrir que des motorisations essence
(225 ch) ou hybride rechargeable. « Dès sa conception, la voiture a été pensée ainsi », explique Sandrine Picard, la cheffe de produit DS9. Disons plutôt qu'en Chine, le diesel n'est pas le bienvenu et que la berline se destinait prioritairement au marché local. Trois niveaux de puissance sont proposés : 225 et 250 ch (4x2) ou 360 ch avec 4 roues motrices. La boite automatique à 8 rapports est de série. L'autonomie des modèles, en mode « zéro émission à l'échappement » devrait tourner autour des 40 à 50 km selon les versions.

 

La Mercedes reprend l'avantage dans le match : 1-2

La DS9 profite d'un empattement de 2,90 m, c'est 11 cm de plus comparé à une Peugeot 508. Les deux modèles partagent la même plateforme (EMP2).
L'empattement de la Mercedes Classe E culmine à 2,94 m. La ligne de toit de la berline n'est pas fuyante comme sur la DS9, ce qui facilite l'accès à bord.


Le match des prix

La DS9 a ouvert ses carnets de commande : ses tarifs s'étendent de 47 700 à 68 400 €. Les premières livraisons sont prévues pour septembre 2021.

Question tarifs, DS vient d'ouvrir le carnet de commandes de sa berline routière. Seulement deux finitions sont proposées : Performance Line+ et Rivoli+. A chacune son ambiance intérieure (Alcantara pour la première, cuir pour la seconde). Cette dernière peut également être agrémentée d'un intérieur Opéra avec un cuir Nappa étendu. Le ticket d'entrée de la DS9 est de 47 700 € avec le PureTech 225 ch, là où une Classe E réclame au bas mot 55 800 € (220d). Notons que seuls deux niveaux de finition sont disponibles sur l’allemande, qui se décline par ailleurs en cinq carrosseries, allant du break au coupé en passant par le cabriolet et la variante baroudeuse All Terrain. DS n'en fera assurément pas autant, en revanche, la française peut disposer d'une offre hybride rechargeable 4x4 de 360 ch.

A LIRE. Prix DS9 (2021). La berline haut de gamme française dès 47 700 €
 

La DS9 égalise à l'issue de la rencontre : 2-2

 

Bilan : la DS9 veut casser les codes

Les deux modèles ont des dimensions très proches. La DS9 mesure 4,93 m de long. La Mercedes Classe E est 1 cm plus grande.

La DS9 a des atouts pour rivaliser avec le gratin des grandes routières, notamment la Classe E avec qui elle partage ses dimensions. Reste que la Mercedes est établie depuis de nombreuses années et fait référence dans sa catégorie. Toutefois, avec son côté « chic à la française » et son style original, la berline tricolore a une carte à jouer sur un marché dominé par les allemandes. Seul regret ? Que le modèle ne soit pas 100 % « made in France ». Sa production est assurée en Chine ! Le carnet de commandes de la nouvelle DS9 doit ouvrir d'ici à la fin de l'année 2020. DS nous donne rendez-vous au cours du premier semestre 2021 pour l'arrivée en concession. Bref, il va falloir montrer encore un peu de patience ! 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
polo69 Le 31/10/2020 - 12:49
Entre une allemande et une chinoise le choix est vite fait. Je suis pourtant un fervent défenseur des marques françaises... Quelle tristesse de ne pas faire travailler notre industrie... Surtout pour nous pondre une auto à 50k ?
Darkargos Le 30/10/2020 - 22:37
50 000€ pour du Made in China... On croit rêver. Le pricing power à la Carlos Tavares devient une farce ridicule qui commence très sérieusement à nuire aux marques (regardez la chute historique des ventes d'Opel à -45% en Europe depuis le début de l'année). Pour comparaison avec la DS9 allez voir à quoi ressemble une BYD Han Plug In Hybrid. Une berline statutaire de 4.96m qui présente aussi bien que la DS9 (DS n'a pas le monopole du cuir étendu à motifs et des placages clinquants), motorisé par un 4 cylindres turbo de 190hp allié à un moteur électrique de 241hp et une batterie de 15kWh. Le tout pour 220 000Y, soit 28 000€.
StephaneGeffray Le 28/10/2020 - 10:49
"Son empattement de 2,90 m est le plus grand jamais proposé par une berline du groupe PSA" : non. DS : 312.4 m ; CX Prestige et Limousine : 3.095 m ; C6 : 2.90 m.
Voir tous les commentaires (12)