Vous êtes ici :

E85 : peut-on rouler à l'éthanol sans kit ?

pompe carburant
La tentation d'utiliser un carburant deux fois moins cher est forte à la pompe

Avec un carburant à 0,69 €/l de moyenne, la tentation est grande de remplacer tout ou partie de l'essence de son réservoir par du Superéthanol E85, même lorsqu'on ne possède pas un véhicule adapté spécifiquement à ce type de carburant. Mais l'opération est-elle sans risque ?

L’éthanol (alcool) peut remplacer l’essence dans un moteur allumage commandé. D’ailleurs, au début du XXe siècle, la Ford T, première automobile « de masse » avait été conçue pour carburer à l’alcool, ce dernier étant plus facile à trouver que l’essence de pétrole dans les campagnes américaines.

Aujourd’hui, toutes les essences commercialisées en France contiennent une proportion plus ou moins forte d’éthanol :

  • SP95 : 7,5 % d’éthanol
  • SP98 : 15 % d’ETBE contenant lui-même 7,5 % d’éthanol
  • SP95 E10 : 10 % d’éthanol

Depuis ces incorporations, les véhicules sont bien entendus conçus pour résister à l’éthanol. Réservoir, joints, durites sont adaptés et acceptent n’importe quel pourcentage d’éthanol. Sauf exceptions (répertoriées sur le site Bioethanolcarburant.com), tous les véhicules produits à partir de l’an 2000 sont compatibles. Pour ceux construits avant, c’est un peu la roulette russe. Une durite d’essence ou un joint désagrégé par l’alcool peuvent en effet provoquer un incendie. Le risque est important.

La Ford T était dès le départ conçue pour rouler à l'éthanol... Mais exclusivement à l'éthanol ! Pour passer à l'essence certaines pièces étaient différentes.

 

L’éthanol dans les moteurs à carburateurs

Le passage à l'éthanol réclame une modification en profondeur du carburateur

Le risque est encore plus grand pour les modèles dotés de carburateurs. Outre l’incompatibilité probable de leur circuit d’alimentation avec l’alcool, leur carburateur et leur allumage doivent être spécifiquement adaptés.

L’indice d’octane élevé du Superéthanol E85 (104) permet d’augmenter l’avance à l’allumage. Sur un moteur moderne à injection et allumage électronique, c’est le détecteur de cliquetis qui commande l’avance à l’allumage. Sur un moteur ancien il faut régler cette avance soi-même.

Il est également obligatoire de changer le (les) gicleur(s) du (des) carburateur(s). Ils doivent être plus gros, faute de quoi le moteur fonctionnera avec un mélange trop pauvre ce qui peut provoquer : surchauffe, fonte des bougies, voire des perçages de pistons ! De plus, une fois adapté au Superéthanol E85 le moteur ne pourra plus fonctionner à l’essence normale. À ne tenter que si vous êtes un motoriste confirmé !

 

Le cas des moteurs à injection

Les moteurs à injection les plus récents acceptent en général bien le passage au E85

Pour les modèles postérieurs à 1993, il n’existe malheureusement pas de règle générale. C’est une étude au cas par cas qui dépend de votre système d’injection et de son calibrage. En effet, le calculateur va adapter la richesse du mélange (en augmentant le temps d’injection) en fonction des informations fournies par la sonde lambda (mesure de l’oxygène) situé à l’échappement. Plus la proportion d’éthanol sera forte, plus il devra rajouter de carburant. Mais on peut alors se heurter à plusieurs problèmes.

Si votre véhicule n’est pas équipé d’un pot catalytique, donc antérieur à la norme euro 1 (1993), il est préférable de renoncer à lui faire boire de l’alcool

Tout d’abord, des injecteurs sous dimensionnés qui, malgré l’augmentation du temps d’injection, n’arriveront pas à fournir la quantité de carburant nécessaire. On se retrouve alors dans le cas d’un mélange trop pauvre avec les risques évoqués précédemment.

Le calculateur peut aussi interpréter comme un défaut le fait de réclamer, par exemple, 20 % de carburant supplémentaire. Il se met alors automatiquement en mode dégradé avec l’allumage du témoin moteur au tableau de bord. Le véhicule va rouler mais avec une grosse perte de puissance et une consommation importante.

 

Le secret : une incorporation progressive du E85

Pour éviter que le calculateur d’origine de la voiture ne dépasse ses valeurs limites de correction, il est préférable d’augmenter progressivement la dose de Superéthanol E85 dans le réservoir. Commencez par 20 %, puis 50 % jusqu’à l’apparition (ou pas) du fameux témoin d’alerte (un retour à un carburant « normal » devrait le faire disparaître). Attention, il faut aussi procéder de la même façon dans l’autre sens. Un plein à 100 % de E85 suivit d’un plein à 100 % de SP95 a toutes les chances de se traduire par un code défaut.

De nombreux automobilistes partagent sur les forums leurs expériences d’incorporation d’E85 sur des véhicules non équipés de boîtiers. Il en ressort que certaines technologies, comme le système hybride Toyota, acceptent sans mal de rouler au E85.

La Toyota Prius 3 roule sans mal avec un mélange de 50 % de E85 et même 100 % en le faisant progressivement

Il est quand même conseillé de conserver une part d’essence plus grande lorsqu’il fait froid (température inférieure à 0 °C) pour faciliter les démarrages.

Il est aussi prudent de ne pas rouler trop souvent avec un réservoir presque vide. L’alcool à une forte affinité avec l’eau et va absorber l’humidité de l’air contenu dans le réservoir, ce qui peut se traduire par des problèmes de corrosion dans le circuit d’alimentation.

Un moteur mal adapté engendrera une surconsommation qui peut dépasser 40 %

Si le moteur n’est pas équipé de détecteur de cliquetis, le réglage inapproprié du point d’allumage se traduira également par une surconsommation importante au E85. En général 40 %. Cela restera économiquement viable, le E85 étant 50 % moins cher que le SP95. En revanche, ceux qui possèdent un petit réservoir sur leur voiture verront leur autonomie fondre comme neige au soleil.

 

Passage au E85 = fin de la garantie

Bien évidemment, même si cela fonctionne, le fait d’utiliser ou d’avoir utilisé (la mémoire du calculateur en garde des traces) du E85 dans un véhicule non adapté d’origine fait perdre le bénéfice de la garantie commerciale et de la garantie des vices cachés.

En cas de panne, le constructeur invoquera votre responsabilité même s’il s’agit d’un défaut qui n’a rien à voir avec l’utilisation de l’éthanol. Il est donc préférable de ne pas jouer les apprentis sorciers avec un véhicule récent qui bénéficie encore d’une garantie commerciale.

 

Bilan

Rouler au Superéthanol E85 avec un véhicule qui n’est pas prévu pour cela n’est pas sans risque. Certes, avec un carburant deux fois moins cher que le SP 95, l’opération est financièrement intéressante mais on s’expose à des dysfonctionnements, voire à des casses moteur.

Certains modèles comme la Toyota Prius (toutes générations) le permettent sans souci mais pour les autres il faut tâtonner pour trouver le pourcentage maximum d’éthanol acceptable par la voiture. De manière générale, plus la voiture est récente, plus elle a de chances d’être compatible mais vous perdez alors le bénéfice de la garantie constructeur.

A LIRE. Superéthanol E85 : des pompes de plus en plus faciles à trouver

 

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (62)
Booster!

Chaque constructeur est en partenariat avec une marque pétrolière. Vous imaginez un constructeur poser un boitier sur ses modèles afin de les rendre compatible au bioéthanol?

timeo30

Propriétaire d'une fiat 500 lounge 1.2 l de 2014 je roule actuellement avec un mélange de 70% de E85 et donc de 30% avec du E10. Je suis arrivé à cette proportion en augmentant au fur et à mesure le pourcentage de E85. Il est bien évident que mon véhicule n'est pas équipé d'un boitier. A la date d'aujourd'hui je n'ai ressenti aucune différence sur le comportement moteur. Le démarrage même par temps froid s'effectue sans problème. L'accélération est identique. Le moteur ne broute pas ni ne cale. Son comportement est identique. Néanmoins une légère surconsommation se fait ressentir. Ma consommation moyenne est passée de 6,5 l/100 à 7 l. J'ai suivi les conseils d'un journaliste automobile qui débattait sur l'éthanol dans une émission radio le dimanche matin sur une radio très connue. Ces conseils ont été bons. Il faut respecter le temps d'adaptation en augmentant au fur et à mesure le pourcentage d'éthanol. A vous de voir.

Ledav33

Peugeot 208 1.2 82ch pure tech. Je tourne a 70% e85 et 30% sp98 (excellium) depuis environ 6 mois. Sur-consommation : 0.5L soit 5.3 - 5.5L/100, je roule tout doux. Pensez juste a changer/vérifier les bougies quand vous passez à l'éthanol et faire la vidange un poil plus tot du fait d'une dilution de l'éthanol supérieur à l'essence. L'augmentation de l'éthanol se fait de 10% par 10% (en volume) à chaque plein. EN été je passerai a 80% / 20% du fait qu'il fait plus chaud. Pas de kit monté.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
142 885 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !