Vous êtes ici :

Enquête fiabilité Volkswagen : une réputation mise à mal

fiabilité de la marque Volkswagen
Volkswagen bénéficie d'une image en béton grâce à la qualité de fabrication de ses modèles. Dès que l'on aborde le domaine de la fiabilité le constructeur perd de sa superbe.

Plébiscités pour leur qualité de fabrication, les modèles VW ne sont pas aussi infaillibles que leur image le laisse croire. Une fois gratté le vernis, les moteurs TSI et TDI, au même titre que la boîte DSG, révèlent bien des faiblesses.

Le « label » Volkswagen est-il une valeur sûre ? C’est du moins l’idée que le grand public se fait des productions de la marque.

Deux titres de « Voiture de l’année »  en trois ans (en 2013 puis en 2015), une place

fiabilité de la marque Volkswagen

de numéro un des ventes en Europe, une ­carrure de géant mondial en puissance… le constructeur est une « référence », comme il aime à le rappeler dans chacune de ses publicités, avec le fameux « Das Auto » (la voiture, en allemand).

Réputation usurpée ? Pas vraiment, qu’il s’agisse de la fabrication ou de la finition, le pensionnaire de Wolfsburg domine ses concurrents généralistes de la tête et des épaules.

 

Qualité ne rime pas avec fiabilité

Toutefois, attention à l’amalgame. Une excellente qualité n’est pas synonyme d’une fiabilité irréprochable. Pour preuve, quelles que soient les études menées (JD Power, Adac, etc.), l’allemand est loin d’accaparer la première place. A l’occasion d’une interview réalisée en 2011, Jacques Rivoal, alors président de Volkswagen France, faisait part de son ambition « de placer la marque dans le top 5 de la fiabilité en Europe »…

fiabilité de la marque Volkswagen

Sur ce point, la firme a connu des fortunes diverses. Dans les années 2000, l’avènement des moteurs TDI à injecteur-pompe et de la DSG 6 (en 2003) s’est traduit par une cascade de problèmes : turbo, vanne EGR, débitmètre, volant moteur bimasse, sans oublier les culasses poreuses sur le 2.0 TDI 140.

 

Des TDI capricieux

La sortie du Tiguan fin 2007 a ouvert un nouveau chapitre mécanique : moteurs à essence TSI inédits, blocs diesels avec système d’injection par rampe commune, boîte auto DSG 7. De quoi nourrir un certain optimisme. Mais au fil des kilomètres, l’enthousiasme des clients s’est peu à peu étiolé. Surconsommation d’huile ou allongement de la chaîne de distribution ne sont pas rares sur les versions TSI.

A lire. Tous les problèmes des moteurs à essence TSI

fiabilité de la marque Volkswagen

Quant aux diesels, la première génération du 1.6 TDI cumule les pépins (vanne EGR, filtre à particules, pompe à eau et injecteurs).

A lire. Les problèmes techniques du moteur 1.6 TDI


Même observation concernant le 2.0 TDI, produit de 2008 à 2012, identique à son aîné à injecteur-pompe, si ce n’est au niveau de la culasse et de l’injection, à rampe commune.

A lire. Les problèmes techniques du moteur 2.0 TDI

fiabilité de la marque Volkswagen
Transmission DSG 7

Une nouvelle évolution est apparue en 2012, intégrant le bas moteur de l’inédit 2.0 MQB inauguré par la Golf VII. Pour l’heure, ce dernier n’a guère fait parler de lui. Touchons du bois.

On n’en dira pas autant de la transmission DSG7 dont l’embrayage et la mécatronique peinent à tenir la distance. A l’arrivée, ce sont toujours les mêmes qui font les frais de cette course à la technologie, à savoir vous, les consommateurs.

A lire. Les défaillances de la boîte DSG


Qui n’est pas fidèle au réseau le paie cher

fiabilité de la marque Volkswagen

Contestable ! C’est le terme approprié pour qualifier le manque  de transparence qui caractérise la politique après-vente de la marque vis-à-vis de  ses clients. En effet,  le constructeur a pris  la mauvaise habitude  de ne pas informer  ces derniers des améliorations ou rectificatifs éventuels (reprogrammations, modification d’une pièce…) opérés sur leurs voitures.

A lire. Vice-caché, comment obtenir une participation du constructeur ?


Qu’on  les appelle en interne « actions d’entretien » ou bien « mesures  de qualité », ces interventions ne sont réalisées que lorsque  le propriétaire se présente dans l’un  des ateliers du réseau.  Les consignes sont on ne peut plus claires :  « à la faveur du séjour du véhicule à l’atelier, s’assurer de sa remise en état ainsi que de la réalisation de toutes  les actions de contrôle qualité en instance» 

Si le client est fidèle, pas de problème. Dans le cas contraire, sa voiture ne bénéficiera pas des modifications préconisées. Dès lors,  il roule avec une épée de Damoclès au-dessus du toit sans le savoir.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (144)
jeanppdt461

Les moteurs diesel modernes sont tous mauvais au niveau coût d'entretien, au niveau fiabilité et je ne parlerais pas du côté écologique. Mais l'automobiliste à été berné par les lobby du diesel ( bizarre il n'y a qu'en France que le diesel n'est pas sale, de la même façon que la pollution de tchernobyl s'est arrêté à nos frontieres). Quand on regarde la complexité d'un diesel avec un paquet d'electonique que les réparateurs ne maîtrise pas ce n'est pas étonnant. Autre bizarre en 2014, les allemands ont lancés une enquête sur la fiabilité et le coût d'entretient des voitures. Dans la catégorie des petites voitures à essence , les française étaient bien classées.l'automobiliste français qui achète une polo ou golf, diesel bien sûr, est un peu maso. Il est vrai que les allemandes sont bien finies. Finition et fiabilité n'ont rien à voir (voir les déboires Tesla avec la presse au US)

laportealex333062

Bonjour Les vieux diesels montrés du doigt aujourd'hui pour leur pseudo pollution (comparé aux voitures récentes qui lâchent d'épaisses fumées noires a chaque accélération avec leurs vannes egr encrassées et leurs sondes décalibrée, etc....) sont bien plus fiables et moins coûteux à entretenir (35e pour une vidange que l'on peut faire soi-même avec un minimum d'outillages). La mienne, une vw golf 2 1,6td a 450000km, ne fume pas, démarre au quart de tour et consomme 5L/100km, tout est dit.....

souvenir59536

La réputation de Volkswagen va encore plus en prendre un coup s'ils ne prennent pas les devants. Je serais eux, je n'attendrais pas que les gens montent des class action. Il y a déjà des choses qui se mettent en place http://www.jacquelineleducnovi.com/scandaleVolkswagen.php. Je serais eux, je prendrais les devants et je proposerais aux clients un dédommagements aussi modestes soit il, pour éviter que la mayonnaise ne monte et que les gens ne recourent à la justice...

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Volkswagen