Essai Alfa Romeo Giulia diesel 160 ch : notre avis sur la Giulia 2020
habillage
banniere_haut

Essai Alfa Romeo Giulia diesel 160 ch : notre avis sur la Giulia 2020

La belle Alfa Romeo Giulia ne voit pas - encore - sa plastique retouchée, mais elle est remise à jour en ce qui concerne ses aides à la conduite et son système d'info-divertissement. Nous en avons profité pour prendre le volant du diesel intermédiaire de la gamme, le 2.2 160 ch à boîte automatique.

Par Nicolas Valeano
Publié le Mis à jour le

La Giulia modèle 2020 dévoilera ses tarifs et les détails de sa gamme d'ici à sa commercialisation début 2020. De l'extérieur, on note surtout son magnifique nouveau coloris Rouge Villa d'Este 6C (peinture trois couches), disponible à la mi-2020.

JOEL PEYROU

[Mis à jour le 15/01/2020] Alfa Romeo a publié les tarifs et la liste des équipements au mois de janvier 2020, coïncidant avec la commercialisation de ce nouveau millésime.

***

La plastique avantageuse de la Giulia cachait jusqu’ici certaines lacunes concernant notamment son système d’info-divertissement, daté, et ses aides à la conduite qui manquaient de certaines fonctionnalités présentes chez ses concurrentes. Autant de points corrigés sur cette version 2020 qui ne se reconnaîtra de l’extérieur que dans ses nouveaux coloris (vert, bleu, blanc, ocre et le rouge Villa d’Este 6C de notre modèle d'essai). Les finitions sont également revues avec des noms renvoyant au passé de la marque : Super, Ti, Sprint, Veloce


Prix de l’Alfa Giulia 2.2 160 ch AT8 2020

3/4 arrière roulant Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)

Les tarifs de la Giulia 2020 ont été dévoilés à sa commercialisation en janvier 2020. Elle démarre en finition de base "Giulia" à 36 700 € avec le 2.2 diesel de 136 ch. La nouvelle structure de gamme se compose d’un modèle d’accès "Giulia", suivi d’une version Super qui constitue le cœur de gamme et vise également les flottes tandis que la version Business disparaît du catalogue, d’une finition Ti voulue plus élégante alors que les Sprint et Veloce jouent la sportivité. Notre version d'essai en finition Sprint avec le diesel de 160 ch débute à 47 400 €

Tableau de bord Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)

Le nouveau système d’info-divertissement change la donne avec son interface autrement plus moderne et son écran tactile de 8,8 pouces désormais de série sur toute la gamme (la dimension du haut de gamme de la version précédente). La présentation des menus par widgets configurables à volonté permet de facilement composer son écran d’accueil selon ses préférences. Les incontournables fonctions connectées évoluent également, avec de série l’accès via un smartphone au verrouillage/déverrouillage des portes, la localisation du véhicule et la surveillance de paramètres comme la vitesse et la zone de déplacement, et une alerte en cas de tentative de vol. En option, il sera possible d’obtenir un point d’accès Wi-Fi avec 8 connexions possibles. Une application de gestion de flotte est aussi proposée aux professionnels, logique alors que 70 % des ventes globales de l’auto se font aux entreprises.

Dans l’instrumentation, entre les compteurs à aiguille classiques, l’écran de 7 pouces est aussi repensé pour accueillir l’affichage des nouvelles aides à la conduite. Affichage des limites de vitesse à la lecture des panneaux, assistance au suivi de file désormais active, régulateur de vitesse adaptatif avec conduite dans les bouchons et possibilité de s’ajuster aux vitesses limites, surveillance de somnolence : la Giulia adopte ici le package habituel. Enfin, le joli volant est nouveau et la console centrale a été repensée pour ménager plus de rangements et présenter de meilleurs matériaux, mêlant joliment bois et métal, tandis que, cerise sur le tiramisu, un drapeau italien a été fièrement ajouté à la base du levier de vitesses.

 

Au volant de l'Alfa Giulia 2.2 160 ch (2020)

Au volant de l'Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)


On ne se sent pas à bord d’une Alfa Romeo comme dans une autre voiture, avec le très beau (nouveau) volant intégrant le bouton de démarrage, la beauté du cuir pleine fleur de notre version Ti, le moelleux des appuie-tête... Et même dorénavant, la qualité des applications métal et bois, en progrès. Dommage, le tableau est un peu gâché dès le démarrage de notre version 2.2 160 ch : on sait tout de suite que l’on conduit un diesel avec ses claquements caractéristiques qui restent audibles lors des évolutions à basse allure, même si les ingénieurs affirment avoir un peu amélioré ce point, retravaillant l’insonorisation.

Profil roulant Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)
On retrouve avec plaisir le comportement dynamique de la Giulia, avec sa direction très directe et sa tenue de route rigoureuse. Les 160 ch de son 2.2 diesel se révèlent suffisants pour une conduite rapide et coulée.

Heureusement, en prenant de la vitesse, sur route et autoroute, le moteur finit se faire oublier et l’on apprécie alors ses relances très correctes grâce aux 380 Nm de couple et avec la réactivité de la boîte automatique à 8 rapports. En conduite souple et rapide, voilà un excellent compagnon de voyage sobre (nous sommes restés aux alentours des 7 l/100 km) et suffisamment dynamique. De quoi apprécier les qualités de tenue route de l’italienne, sereine et précise, un régal. Deux petits bémols à noter, la direction très directe manque un peu de feeling et l’ESP n’est pas déconnectable pour ceux qui souhaiteraient s’amuser avec cette propulsion sympathique. Cela dit, le sélecteur DNA permet de choisir son mode de conduite et dans le mode le plus sportif, les limites d’intervention sont repoussées. La suspension active de notre voiture d’essai peut être réglée sur deux niveaux, mais la différence est vraiment peu perceptible. Heureusement, dans les deux cas, le compromis fait la part belle au confort. Un confort de conduite amélioré aussi sur autoroute grâce aux aides à la conduite ajoutées (en collaboration avec Bosch) qui se montrent très efficaces avec un suivi de file précis, une bonne réactivité lorsqu’un véhicule vient s’insérer devant la Giulia et une grande douceur.

 

Dans l’habitacle de l'Alfa Romeo Giulia 2020

Tableau de bord Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)
Tournée vers son conducteur qui fait face aux traditionnels fûts des compteurs, la planche de bord de la Giulia a toujours eu un joli dessin. Le nouveau volant et les matériaux revus renforcent encore son charme.
Ecran tactile de 8 pouces de l'Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)
L'écran de 8,8 pouces propose une interface repensée autrement plus moderne, signée Magneti-Marelli. Les widgets (blocs pour chaque fonction) peuvent être organisés à la guise du conducteur.
Console centrale Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)
La qualité des matériaux a bien progressé. Deux porte-gobelets forment un rangement ouvert devant le levier de commande de la boîte, et un emplacement de charge sans fil accueille un smartphone.
Places arrière Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)
Les places arrière sont confortables pour deux passagers, mais l'espace aux jambes est limité, d'autant qu'on ne peut pas glisser ses pieds sous les sièges avant.
Coffre Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)
Pourvu d'un volume d'emport de 480 litres, le coffre est logeable et accessible. La banquette rabattable peut être utile le jour où l'on transporte un objet long.

 

Les concurrentes de l’Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)

BMW Série 3 - Peugeot 508
BMW Série 3 - Peugeot 508


La concurrente la plus évidente est bien évidemment la BMW Série 3, propulsion dynamique aussi orientée vers le plaisir de conduite. En version 318d (à partir de 38 450 €), elle propose des performances très proches malgré ses 10 ch de moins mais n’est disponible qu’en boîte manuelle. Pour s’offrir la Mercedes Classe C 200d (160 ch) la marche est plus élevée : 46 100 € ! Citons aussi l’Audi A4, tout juste restylée qui, en 35 TDI (163 ch) commence à 43 900 € ou la Jaguar XE (40 950 € en 2.0 D 163 ch). Enfin, le dessin très séduisant de la Peugeot 508 et ses qualités routières la placent en concurrente de choix, même si son tarif ne l’avantage pas face à ses rivales premium, avec une version BlueHDi 160 à partir de 40 050 €.

 

Bilan essai de l’Alfa Romeo Giulia 2020

3/4 avant statique Alfa Romeo Giulia 2.2 160 ch AT8 (2020)

Petit à petit, la Giulia se bonifie. L’occasion de redécouvrir cette excellente auto au manque de succès injustifié. Remise au goût du jour pour ses équipements d’aide à la conduite et son système d’info-divertissement, elle gagne nettement en attractivité même si cela ne se voit pas de l’extérieur. Avec ce moteur, voilà un bon compromis entre coûts d’utilisation et plaisir au volant. Dommage que son fonctionnement au mazout se fasse toujours entendre en ville et dans les relances à basse vitesse. Peut-être que les ingénieurs italiens auront le loisir de renforcer un peu plus son insonorisation lors du restylage de la Giulia, d’ores et déjà annoncé pour 2021.


On aime

  • Progrès de présentation salutaires
  • Performances très correctes
  • Info-divertissement enfin moderne

On regrette

  • Moteur sonore à basses vitesses
  • Ecran tactile parfois rétif
  • ESP non déconnectable
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
dominique.chretien.blf796 Le 24/11/2019 - 15:46
Alors Mrs les ingénieurs de chez ALFA, il s'agit d'une voiture de gamme moyenne supérieure et alors qu'elle est pleine de qualités, elle reste bruyante ? il me semble que ce problème n'est pas si compliqué que cela à corriger ! que faites vous ? que diable ! nous sommes en 2019 bientôt 2020, les matériaux insonorisant ça existe, je reste stupéfait de voir gâcher cette voiture par ce type de souci aussi basique et devant le manque de réaction de la maison ALFA, ce problème est connu depuis l'origine ! Quand on achète une voiture à ce prix ce n'est pas un tracteur que l'on souhaite conduire.
La Rédaction Le 19/11/2019 - 14:00
La belle Alfa Romeo Giulia ne voit pas - encore - sa plastique retouchée, mais elle est remise à jour en ce qui concerne ses aides à la conduite et son système d'info-divertissement. Nous en avons profité pour prendre le volant du diesel intermédiaire de la gamme, le 2.2 160 ch à boîte automatique.
Voir tous les commentaires (2)