Vous êtes ici :

Essai Alpine A110 Cup : L'argus au volant de l'A110 de course !

Alpine A110 Cup Dijon Pierre Sancinéna
Le week-end des 14 et 15 juillet 2018, l'Alpine Europa Cup posait ses valises sur le circuit rapide et vallonné de Dijon-Prenois. Ici en action, Pierre Sancinéna, vainqueur de la course 1.

Essayer une Alpine A110 Cup sur circuit, c'est bien. Participer à une vraie course à son volant, c'est encore mieux. Embarquez à bord de notre A110 Cup parmi 16 autres furieux, sur la troisième manche du championnat Alpine Europa Cup à Dijon-Prenois.

Une Alpine A110 en « peloton » ? Avec sa taille de guêpe, son museau busqué et son porte-à-faux arrière en pente douce, la fidèle descendante de la Berlinette s’imaginait davantage sur l’asphalte dégradé d’une route de rallye.

Alpine A110 Cup Dijon départ course 1

La petite fille de la championne du monde des rallyes 1973 a pourtant choisi les circuits pour son retour à la compétition… mais pas n’importe lesquels : après les manches du Castellet et du Nürburgring, l’Alpine Europa Cup pose ses valises sur la mythique piste de Dijon-Prenois, théâtre de sublimes bagarres en Formule 1 jusqu’en 1984. Voilà un décor inspirant…
 

A110 et A110 Cup, quelles différences ?

Si transformer une sage berline en terreur des circuits nécessite moult modifications (Peugeot 308 TCR, par exemple), la base sportive de l’Alpine A110 Cup permet de ne pas laisser toutes les pièces d’origine sur l’établi. Son moteur ? Toujours le 1.8 turbo de série, juste libéré de 252 ch à 270 ch.

Moteur Alpine A110 Cup
La version Cup de l'A110 est conçue par Signatech
Alpine A110 Cup bleu pression des pneus
L'écurie Racing Technology "couvait" notre A110 Cup sur cette course

Son châssis ? Reprenant les trains à double triangulation d’origine, mais copieusement abaissé (- 40 mm) et doté d’amortisseurs Ohlins réglables à deux voies. Quant au freinage, malgré le poids réduit de l’engin, il adopte des étriers fixes en magnésium, pinçant des disques de 355 mm de diamètre (333 mm à l’arrière). Reste à accueillir une boîte séquentielle 3MO, plus rapide que l’EDC d’origine (fournie par Getrag) et compatible avec un différentiel à glissement limité.
 

A110 Europa Cup, quel format de course ?

Deuxième déclinaison sportive de l’Alpine A110, la version GT4 (environ 350 ch pour 1 150 kg) peut courir sur la plupart des compétitions internationales de sprint ou d’endurance. Pas cette version Cup (270 ch pour 1 050 kg), réservée à la coupe monotype organisée par Alpine.

Alpine A110 Cup Dijon course 1 action en virage
Alpine A110 Cup Dijon pit-lane

Baptisé Alpine Europa Cup, ce championnat visite six circuits européens différents (Castellet, Nürburgring, Dijon, Silverstone, Spa, Barcelone), où il répète chaque fois le même format : deux séances d’essais libres, deux séances de qualifications et deux courses de 30 minutes chacune. Sur la voiture « média », nous partagerons le temps de roulage avec notre confrère Romain Bernard, rédacteur en chef d’Auto Hebdo. En route !
 

A bord de l’Alpine A110 Cup

Jumelle de la version de série à l’extérieur, l’A110 Cup s’en éloigne bien davantage à l’intérieur : garnitures et moquettes ont disparu, l’arceau-cage complique nettement l’accès à bord, alors que l’unique baquet de course ferait passer les excellents sièges Sabelt d’origine pour de vulgaires planches à pain.

Alpine A110 Cup Dijon habitacle
Alpine A110 Cup Dijon siege
 
Alpine A110 Cup Dijon Mathieu Sentis et Yannick
Alpine A110 Cup Dijon volant

Dans cet habitacle intimidant, la pièce maîtresse demeure juste sous les yeux : le volant, directement issu de l’Alpine A470 des 24H du Mans. Doté d’un écran et de multiples molettes, il regroupe toutes les informations et commandes, du régime moteur à la vitesse, en passant par les réglages d’ABS (oui, il y en a un), ceux de l’antipatinage (oui, il y en a un aussi), les appels de phares (pousse-toi de là !) ou la liaison radio avec le stand. En route pour la première séance d’essai libre…
 

Au volant de l’Alpine A110 Cup

Saucissonné dans mon profond siège baquet, je pars pour quelques tours de découverte au volant de l’Alpine A110 Cup. Si le moteur, fort en couple mais linéaire, n’impressionne guère dans cet environnement de voiture de compet’, la boîte claque immédiatement le rapport supérieur d’une pichenette sur la palette derrière le volant.

Alpine A110 Cup Dijon Sentis action avant droite

Le châssis, lui, présente immédiatement ses différences avec l’A110 de série : direction plus consistante, belle vivacité lors des changements de cap, roulis absent. Et un excellent ressenti de l’adhérence disponible, qui invite à hausser le ton rapidement. L’A110 Cup enchaîne les courbes sans broncher à une vitesse où l’A110 de série serait déjà en toupie, mais reste tout de même joueuse, une fois atteintes ses limites d’adhérence…

Dans les courbes rapides qui composent le circuit de Dijon, il faut ainsi surveiller le train arrière, rapidement épris de liberté lors d’un lever de pied, une bosse en appui ou un passage « généreux » sur un vibreur. Une attitude survireuse aussi rencontrée en sortie d’épingle, si l’apprenti-pilote ne dose pas suffisamment sa réaccélération. Jouissif… et intéressant en termes de pilotage, car il faut apprendre à jouer de cette vivacité pour aider la voiture à tourner, sans perdre de précieuses secondes dans des dérives trop prononcées !

Bien plus efficace que l'A110 de série en courbes rapides, la version Cup y conserve un équilibre joueur... et jouissif !

Seule petite réserve, dans cette ludique berlinette : le feeling perfectible de la pédale de frein, peu consistante et moins aisée à doser que celle d’une auto de compétition dénuée d’assistance. Cela dit, l’ABS (réglable sur douze positions !) évite les blocages et le contrôle de traction (réglable sur six), les patinages en sortie d’épingle.

Alpine A110 Cup Dijon action arriÚre

Après 30 minutes d’essais libres effectués avec des pneus « usagés » le vendredi, moins de 15 minutes en qualifications avec des pneus tout neufs le samedi (il est possible de rouler 30 min en qualif’… ce qui n’est pas conseillé, car les mêmes gommes sont conservées pour la course !), il est temps de prendre le départ de la course, la vraie, au milieu de 16 autres concurrents en bagarre pour leur championnat.

Le dimanche, nous partons donc 9e sur 17 Alpine mais, plutôt qu’un long discours, nous vous proposons de revivre les meilleurs moments de la course en vidéo embarquée :


Bilan de l’essai Alpine A110 Cup

Vendue 107 000 € hors taxes, l’Alpine A110 Cup coûte 30 000 € de plus qu’une Peugeot 308 Racing Cup un peu plus rapide sur un tour de circuit (environ 1,5 s de moins à Dijon-Prenois). Seulement voilà : l’équilibre de l’Alpine se montre bien plus enthousiasmant, et rappelle les sensations de conduite à l’ancienne… aux commandes d’une auto technologiquement moderne. Ajouté au comportement exemplaire, en piste, des concurrents engagés, l’Alpine Europa Cup apparaît comme une formule attirante malgré son coût important (moins de 100 000 € pour une saison en possédant la voiture, ou 130 000 € en la louant auprès dans une écurie).

Alpine A110 Cup Dijon au box Racing Technology

Un dernier point tempéré par la remarque d’un team-manager : « L’Alpine profite d’une excellente image aux yeux du grand public, celle d’une vraie voiture de sport : mes clients trouvent plus facilement des partenaires que dans les autres coupes de marque, basées sur des berlines évoquant davantage des autos de tous les jours (Clio Cup, 308 Racing Cup) ». Pour les pilotes-amateurs qui hésitent à sauter le pas, voilà une remarque à considérer…

> Retrouvez tous les résultats du week-end à Dijon

> Retrouvez la fiche technique, les coûts et les infos de l’A110 Cup

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Alpine A110