Essai Audi Q7 e-tron : l'hybride diesel fait de la résistance
habillage
banniere_haut

Essai Audi Q7 e-tron : l'hybride diesel fait de la résistance

Alors que PSA et Mercedes renoncent à la formule hybride diesel, Audi associe pour la première fois son V6 TDI à un moteur électrique sur le Q7. De quoi conjuguer une autonomie électrique substantielle et une sobriété relative sur les longs trajets.

Par Camille Pinet
Publié le Mis à jour le

Disponible depuis mi-juillet, l'Audi Q7 e-tron démarre à 81 700 €. Sur le plan esthétique, cette version hybride diesel se distingue par ses feux de jour à LED spécifiques et quelques badges.

Adrien Cortesi

Dans l’automobile, les décisions industrielles ont des conséquences à long terme. Si c’était à refaire, le Groupe Volkswagen n’aurait sans doute pas choisi de développer une motorisation hybride diesel après le scandale qui la frappé en 2015. Et ce d’autant plus que les rares constructeurs qui se sont lancés dans l’aventure font aujourd’hui machine arrière. Mercedes n’a pas reconduit la motorisation 300 BlueTec Hybrid sur la Classe E, tandis que PSA a arrêté la production de ses motorisations HYbrid4. Seul Volvo continue à proposer sa V60 D6 Twin Engine en fin de carrière tandis que le Range Rover offre toujours son modèle V6 diesel hybride non rechargeable. Le choix du diesel a pourtant sa justification : il permet de réduire la consommation de carburant en mode thermique, souvent gargantuesque sur les hybrides rechargeables à essence.

 

Un surpoids de 400 kg pour cet Audi Q7

Le nouveau Q7 e-tron se distingue par son moteur V6 TDI de 258 ch, couplé à un moteur électrique de 128 ch. Logé dans la boîte de vitesses ZF à huit rapports, il est capable d’entraîner l’auto jusqu’à 135 km/h en mode électrique et bénéficie d’une autonomie en cycle NEDC de 56 km grâce à la batterie au lithium-ion de 17,3 kW/h, l’une des plus imposantes parmi toutes les hybrides rechargeables du marché. Située sous le plancher de coffre, elle prive le Q7 de l’option quatre roues directrices et, surtout, des sept places. Enfin, cette nouvelle chaîne de traction ajoute près de 400 kg à la masse du SUV Audi, ce qui n’est pas négligeable.

A l'arrière, l'Audi Q7 e-tron voit ses sorties d'échappement dissimulées pour se donner une apparence plus "verte".

 

Prix Audi Q7 e-tron :
pas si cher qu’il n’y paraît

Une fois n’est pas coutume, Audi ne se montre pas si gourmand qu’on pourrait le penser avec ce nouveau modèle. Un propos qui vous fait peut-être sourire vue la fourchette des tarifs située entre 81 700 € et 99 700 € en fonction des finitions. Cependant, si on la compare avec celle de ses petits concurrents hybrides rechargeables essence, le constructeur ne fait tout simplement pas payer le surcoût du diesel. Il est vrai qu’en tant que tel, il part sur le marché français avec un handicap car il n’a pas droit au bonus écologique de 1 000 € alloué aux hybrides rechargeables.

Pour autant, la différence de prix par rapport au modèle diesel de 272 ch s’avère substantielle puisqu’elle se chiffre à 12 370 €, soit l’équivalent de 11 000 litres de gas-oil au cours du jour. Autant dire qu’il paraît quasiment impossible de rentabiliser le surcout de la motorisation hybride à moins de ne rouler qu’en mode électrique. Une constatation qui vaut pour les particuliers mais pas pour les entreprises : ce Q7 bénéficie de la TVA récupérable sur le gazole et l’électricité mais surtout échappe totalement à la TVS, ce qui permet une économie de 1 713 € par an !

Cette version de l’Audi Q7 échappe à la taxe sur les véhicules de société
Audi met en avant également la possibilité de se garer gratuitement dans certaines villes et de bénéficier des bornes de recharge, mais cet argument est remis en cause par la taille de l’engin, qui aura du mal à glisser ses 5 mètres sur la première place de stationnement venue. Et concernant le cas spécifique de Paris, rien ne dit que ce modèle diesel sera autorisé à circuler en 2020…

En matière d’équipement, le Q7 e-tron se révèle un peu mieux doté que les autres modèles de la gamme. Il reçoit en série un virtual cockpit spécifique avec wattmètre, les jantes de 19 pouces et une partie des services connectés gratuits pendant dix ans. Pour le reste, la dotation de base apparaît assez généreuse même si on regrette quelques pingreries à ce niveau de prix, comme l’entrée mains libres en série uniquement à partir du troisième niveau de finition.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
phvbxu852 Le 21/07/2016 - 20:01
Normal un diesel pour un énorme engin de chantier.
Voir tous les commentaires (1)