Vous êtes ici :

Essai nouveau BMW X6 (2014) : plus confiant que jamais

BMW X6 M50d rouge roulant sur une route vue avant gauche
Après les BMW X6 30d, M50d et 50i (258 ch, 381 ch et 450 ch), la gamme accueillera début 2015 les 40d et 35i (313 ch et 306 ch).

Qui achèterait un X6, aussi encombrant qu'un X5 mais moins habitable, moins confortable et 3 200 € plus cher ? Six ans après la 1ère génération, couronnée de succès, la question ne se pose plus. D'autant que le X6 se bonifie pour la seconde...

Page 1Essai nouveau BMW X6 (2014) : plus confiant que jamais 

BMW X6 M50d
Diesel. 381 ch. Lancement le 4 décembre 2014.
A partir de 98 900 €


Boîte automatique en position Sport, pied sur le frein, nous nous apprêtons à enchainer 12 tours de circuit (!) au volant du nouveau BMW X6 M50d. Loin d’être handicapé par son poids de sumo (2 260 kg) ou sa taille de basketteur (1,70 m de haut), ce mastodonte s’inscrit avec entrain dans les virages serrés, pivote du train arrière en sortie grâce à son différentiel actif et freine fort et longtemps, malgré la force herculéenne de son diesel à triple turbo.

Les sorties d'échappement du BMW X6, trapézoïdales et foncées, sont spécifiques à cette version M Performance

La piste : un exercice ridicule en X6 ? Peut-être. Mais quand BMW considère son dernier bébé comme le « plus sportif de la gamme X », il s’applique au moins à le prouver. Le Porsche Cayenne S diesel (382 ch) sourit déjà moins…


M comme Monstrueux

Il faut dire qu’avec cette déclinaison M50d, nous goûtons à la fine fleur du nouveau X6. Si l’excellente BVA8, douce et rapide, accompagne toutes les versions, ce n’est pas le cas du diesel de course (crachant 740 Nm de couple, mieux qu’une Ferrari F12…) ou du châssis, affermi et qui réunit tous les raffinements disponibles : suspension pilotée, ressorts arrière pneumatiques, différentiel arrière à effet vectoriel de couple (qui n’est plus de série sur toutes les versions) et barres antiroulis actives. Le conducteur appréciera… sans que ses passagers ne se plaignent.

Le BMW X6 reprend la plate-forme du X5 dynamisée, mais pas son diesel le moins puissant (25d 218 ch)... ni, donc, sa transmission 4x2

Par rapport à l’ancien X6 M50d, le confort de suspension a effectivement progressé. Si les roues de 20 pouces, livrées de série, génèrent logiquement des remontées sur les saignées, les amortisseurs remplissent bien leur office et ne fatiguent plus sur route déformée. Hormis un grondement sourd en forte accélération, le diesel sait aussi mettre la « sourdine », alors que les bruits d’air et de roulement (malgré les pneus arrière en 315 de large !) ne se font guère remarquer à vitesse stabilisée.


Pas inhospitalier

Plus confortable, le X6 est aussi plus accueillant : coffre légèrement agrandi (580 à 1 525 l contre 570 à 1 450 l auparavant), hayon électrique de série, banquette à trois places désormais livrée d’office. A l’arrière toutefois, il faudra toujours composer avec une garde au toit juste au-delà d’1m75 et un accès à bord peu aisé. Le ponton latéral très large et la banquette située loin de la portière réclament en effet de la souplesse, notamment à la descente du véhicule…

L’ultime bonification concerne la dotation puisqu’en matière d’équipement, tout devient possible ou presque : feux 100% LED, caméra de stationnement à 360°, affichage tête-haute, vision nocturne, sans oublier la batterie de systèmes d’aide à la conduite. Par rapport à l’ancienne génération, le X6 M50d gagne de série ce pack sécurité et la planche de bord couverte de cuir, mais perd la clef mains-libres. L’inflation de 3 000 € semble donc injustifiée… avant de considérer la chute impressionnante du malus : 2 200 € aujourd’hui, contre 8 000 € auparavant !

La planche de bord est celle du X5. Ergonomie et qualité perçue culminent, surtout dans cette version M50d à garnissage cuir étendu et superbe volant.

Bilan250 000 exemplaires écoulés au total dont 8 600 en France, ventes similaires au X5 en 2011 et supérieures en 2012 : l’utilité et le succès du X6 ne sont plus la question. Ce nouveau modèle, plus confortable, plus habitable et mieux doté évolue dans le bon sens, à l’heure où Mercedes présente le concept MLC, son concurrent direct attendu fin 2015…

A LIRE > Essai BMW X6 M : 575 ch dans un SUV coupé !

On aime
  • Les performances et l’agilité
  • Le malus ramené de 8 000 à 2 200 €
  • La présentation générale

On regrette
  • L’espace arrière peu accueillant
  • Le maintien des sièges perfectible
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (6)
hervechapignac507

Zitounice tu as tout à fait raison ... De plus ça me fait marrer quand certains disent que c'est bien fini ... A 72 600€ prix de départ, il ne manquerait plus que les plastiques se barrent !

hervechapignac507

Quel déception ! Autant je trouve l'ancienne génération magnifique autant lui je le trouve minable ! Ils se sont complètement loupé chez BMW, et l'arrière une horreur ... J'en aie croisé pas mal et au début je croyais que c'était des X4 ... On arrive pas à faire la différence Il ne marchera pas comme la première version .... C'est Mercedes avec le GLE coupé qui doit être content !

sergiosat2921

GROS JALOUX

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la BMW X6