Vous êtes ici :

Essai BMW Z4 (2019) : notre avis sur le nouveau Z4 M40i

BMW Z4 M40i gris travellin avant gauche
Déjà disponible à la commande, le nouveau BMW Z4 sera lancé en mars 2019 en France. Les prix oscillent entre 48 650 € et 77 100 €.

Capote souple, roues arrière motrices, six cylindres logé sous un long capot : un authentique roadster BMW, ce nouveau Z4 ? Oui sur le papier, non en réalité avec des proportions totalement revues, des traits inhabituels et une conception partagée avec... Toyota. Essai du nouveau Z4 M40i de 340 ch.

Voiture à l'essai : BMW Z4 Roadster M40i

À partir de
67 650 €
3 853 € de malus

Page 1Essai BMW Z4 (2019) : notre avis sur le nouveau Z4 M40i 

Aussi rapidement que les gammes des SUV grossissent, celles des cabriolets s’étiolent : plus aucune découvrable chez Renault, Peugeot et DS. Même histoire chez Volkswagen, qui en comptait trois dans ses show-rooms et plus la moindre aujourd’hui (Golf, Eos, Coccinelle). Quant aux survivantes, elles doivent mutualiser leur conception avec d’autres constructeurs pour rester rentables… débouchant sur d'inattendues gémellités.

BMW Z4 M40i gris statique avant droit
Le nouveau Z4 partage sa base technique avec la future Toyota Supra

 

Après l’iconique Mazda MX-5, qui existe chez Fiat/Abarth sous l'appellation 124, voici donc le BMW Z4 2019, qui partagera ses dessous avec la nouvelle Toyota Supra. Hormis la mécanique et les trains roulants, Z4 et Supra ne partageront toutefois aucun élément visible, à l’extérieur (le Z4 est un cabriolet et la Supra, un coupé) comme à l’intérieur (planche de bord différenciées). La fabrication des deux modèles sera assurée dans la même usine de Graz en Autriche, car sous-traitée par Magna Steyr qui produisait en son temps le coupé Peugeot RCZ.
 

Z4, le retour à la toile

En matière de couvre-chef, les BMW Z4 se suivent et ne se ressemblent pas. Le premier, en 2003, se déclinait en cabriolet à capote souple ou en vrai coupé (comme son prédécesseur Z3). Le second, en 2009, adoptait la méthode deux-en-un avec son toit rigide escamotable. Cette nouvelle génération revient au toit en toile, mais ne devrait plus exister en coupé malgré le sourire esquissé par les porte-paroles BMW à son évocation.

Le Z4 réemploie une capote souple, comme la premiÚre génération de 2002.
Le Z4 réemploie une capote souple, comme la première génération de 2002.

D’après ces mêmes porte-paroles, le retour de la toile s’explique par ses indéniables progrès en matière de confort acoustique (la capote du nouveau Z4 compte quatre couches, comme sa majesté Série 8 Cabriolet lancée au même moment), et ses avantages en matière de compacité : le coffre du nouveau Z4 pointe à 281 l en position ouvert ou fermé, quand l’ancien oscillait entre 180 l et 310 l. Le poids total stagne hélas (jusqu’à 1 610 kg pour notre Z4 M40i d’essai !), malgré l’arrivée d’éléments de trains en aluminium et de carrosserie en plastique.
 

Le six cylindres reste, pas la boîte manuelle

Contrairement à ses deux éternels rivaux Audi TT et Mercedes SLC, le BMW Z4 n’a jamais cédé à la tentation du diesel et cette nouvelle génération reste fidèle à ses convictions. La gamme 100% essence se résume à trois moteurs turbocompressés, systématiquement associés à une boîte automatique ZF à huit rapports :  Z4 20i 197 ch et Z4 30i 258 ch à quatre cylindres, Z4 M40i 340 ch à six cylindres.

BMW Z4 M40i gris profil droit
BMW Z4 M40i gris profil droit capote en fermeture

Si tous les modèles embarquent de série une direction à démultiplication variable, le Z4 M40i y ajoute une suspension pilotée et un différentiel arrière actif emprunté aux modèles M. De quoi dynamiser le comportement d’un châssis totalement revu sur cette génération : train arrière multibras, empattement raccourci de 3 cm, et voies élargies jusqu’à 10 cm à l’avant !

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la BMW Z4