Essai Citroën C4 BlueHDi 130 EAT8 : diesel rebelle

voir les photos
Essai Citroën C4 2021
Commercialisée fin 2020, la nouvelle Citroën C4 est disponible en électrique, en essence et en diesel, ici à l'essai. Voici notre avis sur la version de pointe, la C4 BlueHDi 130, associée d'office à une boîte automatique.

Plébiscitée en essence et remarquée en version 100 % électrique, la nouvelle Citroën C4 conserve un « bon vieux » diesel au catalogue. Voyons s'il reste recommandable dans ce test de C4 BlueHDi 130 à boîte automatique, version la plus chère de la gamme.

Voiture à l'essai : Citroën C4 BlueHDi 130 EAT8

À partir de
28 700 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai et avis Citroën C4 BlueHDi 130 EAT8 

Si le diesel déserte progressivement le segment des citadines polyvalentes, il reste bien représenté à l’étage des compactes. La nouvelle Citroën C4 confirme ce constat et continue de proposer, aux côtés de ses versions à essence (100, 130 et 155 ch) ou 100 % électrique, deux déclinaisons du célèbre 1.5 BlueHDI : 110 ch à boîte mécanique et 130 ch à boîte automatique, ici à l’essai. Reste à étudier la pertinence de cette énergie, à l’heure où ses arguments historiques perdent en intensité.

Test de la Citroën C4 diesel
Faut-il encore acheter un diesel ? Réponse dans cet essai.

Les particuliers craignent ainsi pour sa facilité de revente (le diesel n’aura plus droit de cité dans plusieurs agglomérations dès 2024), les professionnels ont perdu certains de ses avantages (désormais, TVS et pourcentage de TVA récupérable diffèrent peu entre sans-plomb et gazole), et tous les publics constatent son surcoût persistant à l’achat. Par rapport à une C4 PureTech 130 EAT8, cette version BlueHDi 130 EAT8 réclame toujours 1 800 € de plus.
 

Prix Citroën C4 diesel

La C4 BlueHDi 130 EAT8 a beau demeurer la plus onéreuse de la gamme (même la ë-C4 revient 500 € moins cher… une fois retranché son généreux bonus de 7 000 €), elle n’impose pas les niveaux d’équipement supérieurs comme cela est souvent pratiqué. Elle n’en a d’ailleurs pas besoin, vu la générosité de sa dotation de série : clim’ bizone, radars de recul et écran tactile de 10” (compatible Android Auto et Apple CarPlay) viennent en effet dès le premier niveau, Feel, à 28 700 €. La version Feel Pack à 30 200 € y ajoute la navigation GPS, la caméra de recul, l'affichage tête haute et les jantes alliage de 18”.

Sièges Advanced Comfort
Avec leur mousse à double densité façon surmatelas, les sièges Advanced Comfort, de série dès Shine, séduisent sur long trajet.
Version Citroën C4
La C4 Feel Pack embarque aussi les jantes alliage de 18”, mais les vitres arrière surteintées et soulignées de chrome imposent le niveau Shine.

La C4 Shine à 31 100 € y adjoint la clef mains libres, le régulateur de vitesse adaptatif, la surveillance d’angle mort et les radars de stationnement avant, alors que la C4 Shine Pack à 32 300 € inclut d’office le centrage actif dans la voie, la recharge de smartphone par induction, les sièges avant chauffants et l’installation audio haut de gamme (voir la liste exhaustive en page suivante). Voilà un positionnement prix agressif dans le segment des compactes, comme détaillé un peu plus bas au chapitre Concurrence.
 

Au volant

Juchée sur ses fameux amortisseurs à butées hydrauliques progressives, la nouvelle Citroën C4 nous avait laissé un souvenir d’extrême douceur de marche, a fortiori en version 100 % électrique aussi fluide que silencieuse. Les retrouvailles avec le diesel réclament donc un petit temps d’adaptation et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, il y a ces petites vibrations mécaniques, décelables dans le volant à bas régimes, puis ce grondement sourd dans l’habitacle lors des fortes accélérations. On note aussi le manque de fluidité de la boîte automatique, qui peine toujours à gommer les petits à-coups à la coupure et au redémarrage du moteur dans un trafic en accordéon. À faible allure enfin, la C4 diesel semble moins survoler les bosses que les versions à essence et électrique, aux réglages de suspensions différents.

avis nouvelle C4
Un peu moins moelleuse que les versions essence et électrique, la C4 diesel assure toujours un confort supérieur à celui de la plupart de ses rivales.

La glace se brise une fois la C4 lancée sur route et autoroute, où elle exploite mieux sa motorisation BlueHDi. La sonorité baisse d’un ton à vitesse stabilisée, et les belles valeurs de puissance et de couple (131 ch et 300 Nm) sécurisent les dépassements comme les insertions sur voie rapide. Reste une boîte automatique plus concentrée sur les économies de carburant que sur le dynamisme, même sans enclencher le mode Éco, qui réduit la réponse de l’accélérateur et multiplie les phases de roue libre à la décélération.

La boîte passe ainsi très (trop) tôt les rapports supérieurs, puis tarde à les descendre au freinage, créant un petit soubresaut lorsqu’elle finit par le faire à la réaccélération. De toute manière, la paisible C4 goûte toujours peu aux rythmes endiablés : direction très légère et démultipliée, roulis prononcé et train avant paresseux n’invitent guère à presser le pas en virages, à l’image des sièges moelleux mais peu enveloppants.

Essai Citroën C4 diesel
Comme la C4 Cactus avant elle, la Citroën C4 2021 n'aime pas être brusquée.

Définitivement, la nouvelle C4 préfère l'autoroute où, à l’exception de bruits d’air naissant au-delà de 110 km/h, elle demeure une infatigable voyageuse. En finition haute, elle fait alors briller son système de conduite semi-autonome de niveau 2 (qui centre la voiture dans sa file mais ne mémorise pas une position voulue comme chez Peugeot), ses sièges matelassés Advanced Comfort (fini les maux de fesses, même sur longs trajets !) et sa sobriété de chamelle. La consommation n’excède jamais 5,5 l/100 km à 130 km/h et évolue souvent sous les 5 l sur parcours mixte, sans pratiquer d’éco-conduite particulière. De quoi frôler les 1 000 km d'autonomie avec un seul plein, et faire oublier l’essence et l’électrique… du moins, sur ce point précis.

 

À bord

Interieur Citroën C4 Shine Pack
Très originale à l'extérieur, la C4 rentre dans le rang à bord avec un mobilier un rien austère, dont certains assemblages manquent de précision. Au quotidien, la position de conduite semi-haute et les nombreux rangements séduisent.
Compteurs nouvelle C4
L'instrumentation numérique s'étend sur 5” de diagonale seulement, mais un généreux affichage tête haute la complète dès le niveau Feel Pack.
ecran tactile C4 2021
Si l'écran tactile de 10” mérite un coup de jeune, l'ergonomie jouit de commandes physiques pour la clim' ou le retour au menu principal.
Boîte EAT8 Citroen C4 2020
Fini le levier ! La commande de boîte auto se résume à ce petit basculeur chromé, à gauche du sélecteur des modes de conduite.
Support de tablette tactile nouvelle C4
La C4 Feel Pack déploie un support pour tablette tactile logé dans un tiroir coulissant. De quoi divertir le passager lors des voyages.
Banquette Citroën C4
Espace très correct à l'arrière de la C4, malgré un petit sentiment d'engoncement lié au pavillon bas et aux faibles surfaces vitrées.
Coffre Citroën C4
À 380 l de volume, le coffre se situe dans la moyenne du segment et profite d'un plancher à deux positions dès le niveau Feel Pack.


La concurrence

Avec son architecture semi-haute et sa robe singulière, la Citroën C4 2021 peut tenter à la fois le public des compactes traditionnelles et celui des SUV. Il est dès lors intéressant de la comparer tantôt à un Peugeot 2008 (dont la C4 récupère la plate-forme technique), tantôt à la berline 308 (d’ailleurs bientôt remplacée). Par rapport au SUV 2008, la C4 mesure 6 cm de plus (en longueur comme sur l’empattement) et se montre plus accueillante aux places arrière. Son hayon bien plus incliné contraint toutefois son volume de coffre à 380 l, contre 434 l pour le cubique 2008. Un peu plus dynamique à conduire mais moins confortable au niveau des assises, le SUV Peugeot est facturé 1 400 € plus cher en finition haute.

Peugeot 2008 2021
Peugeot 2008 II
Peugeot 308 2021
Peugeot 308 II

La répartition des avantages et inconvénients se répète entre la C4 et la 308, cette dernière se montrant plus agile sur route (sans devenir inconfortable), moins spacieuse aux places arrière mais davantage dans le coffre (420 l, malgré 11 cm de moins en longueur) et surtout, bien plus onéreuse que sa cousine aux chevrons : en niveau haut de gamme, le surcoût frôle les 3 000 €. Insonorisation plus efficace et meilleure maîtrise des vibrations prouvent toutefois que la 308 procède d’une plate-forme technique plus raffinée, même sept ans après sa sortie.

Découvrez le bilan de l'essai, la fiche technique, les prix et les équipements en page suivante...

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
ceyal

Sic "le diesel n’aura plus droit de cité dans plusieurs agglomérations dès 2024" sauf si d'ici là les bonnets Rouges, gilets Jaunes ou autres Sans culottes aux Pantalons Rayés en décident autrement car cette interdiction n'a aucun sens sauf celui de permettre aux écolos de mettre en pratique ce qu'ils ont appris à l'école du parti au siècle dernier ... en oubliant volontairement les évolutions techniques apparues entre temps !!!

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Citroën C4