Essai comparatif. La Mercedes Classe C (2021) défie la BMW Série 3

voir les photos
Mercedes Classe C 2021
La nouvelle Mercedes Classe C (2021) affronte la BMW Série 3, sortie en 2019.

La nouvelle Mercedes Classe C affine son design et fait un bond technologique pour revenir dans la course des familiales premium. Elle retrouve la BMW Série 3 encore toute jeune pour ce match entre les versions C220d et 320d.

Voitures à l'essai : BMW Série 3 vs Mercedes-Benz Classe C

BMW Série 3 320dA 190 ch Luxury
53 750 €
ni bonus
ni malus
Mercedes-Benz Classe C 220d 200 ch AMG Line 9G-Tronic
55 900 €
ni bonus
ni malus

Page 1Match Mercedes Classe C et BMW Série 3 

Les berlines familiales sont délaissées au profit des SUV, mais avec un blason premium sur la calandre elles possèdent toujours un fort pouvoir de séduction. Synonymes de plaisir de conduire et de raffinement technologique, elles conservent leurs adeptes, et la nouvelle Mercedes Classe C 2021 entend bien se rappeler à leurs bons souvenirs. Après la BMW Série 3 en 2019 et en attendant la future Audi A4 en 2023, la Classe C est LA nouveauté du moment dans l'univers feutré des familiales premium allemandes.

Essai Mercedes C 220 d vs BMW 320d
La Mercedes C220d et la BMW 320d peuvent compter sur des consommations autrement plus basses que celles de leurs homologues hybrides.

Véritable copie miniature de la nouvelle Classe S, la Classe C démocratise sa technologie de pointe à l'échelon des familiales. Elle arbore en effet une interface MBUX ultra-moderne dotée de deux énormes écrans, des roues arrière directrices optionnelles et une nouvelle plate-forme avec hybridation de 48 V. La BMW Série 3 reste plus que jamais dans le viseur de la Mercedes. Face à cet apanage aussi valorisant qu'impressionnant, la bavaroise compte sur ses qualités dynamiques et sur son 2.0 diesel de 190 ch, également pourvu d'une micro-hybridation de 48 V, pour donner la réplique.
 

Prix Mercedes Classe C

Tarifs Mercedes C 220 d

 

La Mercedes C 220d AMG Line est facturée 55 900 €. Sa dotation de série comprend un châssis sport, une direction plus précise et de nombreuses aides à la conduite (voire tableau page suivante). Ensuite, il faut mettre la main au portefeuille pour profiter de tous les plaisirs offerts par la nouvelle Classe C : affichage tête haute (1 200 €), toit ouvrant (2 150 €) ou sono 3D Burmester (1 250 €). Idem pour les packs au contenu intéressant comme le Premium, facturé 3 750 € (voir tableau). Ultérieurement, la Classe C proposera le pack Dynamique (2 100 €) pour magnifier les qualités de son châssis grâce aux roues arrière directrices et à l'amortissement piloté.


Prix BMW Série 3

Gamme BMW 320d

 

Afin de contrer la Mercedes C220d AMG, la BMW 320d se décline en version M Sport. Vendue 52 850 €, elle dispose également d'un amortissement plus sportif et d'une direction spécifique. Notre version d'essai Luxury, qui revient à 53 750 €, est bâtie sur un châssis classique et privilégie les équipements de confort pour 2 150 € de moins que sa rivale : accès et démarrage mains libres, sièges avant entièrement électriques et système de haut-parleurs Hi-Fi. Un peu moins portée sur la technologie, elle propose en revanche en supplément le chargeur à induction (500 €) et de nombreuses aides à la conduite (voir tableau). L'amortissement piloté est disponible à 1 200 €.
 

À conduire

Essai Mercedes C 220 d 2021
La Mercedes Classe C et la BMW Série 3 partagent la même architecture propulsion et se crêpent le chignon depuis 1993.

Si les centres-ville aiment de moins en moins le diesel, nos deux berlines s'y adaptent pourtant bien volontiers. Elles compensent leurs dimensions généreuses en braquant court et comptent sur d'efficaces caméras de recul pour faciliter le stationnement. Leur hybridation légère en 48 V adoucit considérablement le fonctionnement de leur diesel, au point de rendre coupures et redémarrages du moteur quasi imperceptibles. La Mercedes profite d'un système plus discret encore. En revanche, son confort à basse vitesse engendre davantage de percussions. En outre, son amortissement plus sportif et ses roues optionnelles de 19 pouces ne l'aident pas face à une BMW Série 3 dont le châssis classique et les roues de 18 pouces, montées ici en supplément, filtrent un peu mieux les irrégularités.

C'est évidemment sur longs trajets que ces diesels font merveille. Efficaces dès 1 500 tr/min, ces quatre-cylindres 2.0 se montrent aussi souples que performants. Les 10 ch et la pincée de couple supplémentaires du bloc Mercedes ne lui permettent pas de prendre ses distances à cause d'une boîte automatique peu réactive sur les modes de conduite les plus paisibles et d'un supplément de 140 kg sur la balance. Il se fait, à l'inverse, remarquer par ses grondements particulièrement audibles lors des relances. Autrement plus discret et moins sonore une fois sollicité, le moteur de la BMW réserve davantage d'agrément au quotidien et s'accorde parfaitement avec une boîte automatique à la gestion plus intuitive.

Diesel hybridation 48 V Mercedes C 220 d

Le bloc Mercedes s'entend peut-être davantage sur autoroute, mais il ronronne à des régimes plus bas grâce à sa boîte à neuf rapports. Sur le mode de conduite le plus économique, la fonction roue libre de la Classe C, qui coupe le moteur au besoin, intervient davantage et à des vitesses plus élevées que celles de la Série 3. Si la sobriété apportée par la micro-hybridation se ressent surtout en utilisation urbaine, ces diesels, dont les consommations autoroutières s'établissent autour de 5,5 l/100km, font de leurs berlines de formidables voyageuses pour traverser la France sans escale… à condition d'avoir rajouté 180 € chez BMW pour faire passer le réservoir de 40 à 59 litres. Avec une contenance de 66 litres, celui de la Classe C garantit une excellente autonomie.

Bien plus enjouées que les SUV premium, nos deux rivales distillent des qualités routières de très haute volée. Dans sa version AMG Line, la Classe C exploite son châssis sport pour effacer les itinéraires sinueux avec talent. Sa direction plus nette que celle de la BMW et son amortissement un peu mieux tenu la rendent plus précise encore dans les changements de cap. Seul le freinage, manquant de mordant et souffrant d'un ressenti artificiel du fait de la régénération, entache l'agrément général. Sans être parfait en conduite dynamique, celui de la BMW apparaît un peu plus naturel. Dans ses finitions classiques, la bavaroise privilégie la douceur de conduite. Son amortissement plus moelleux engendre peut-être quelques rebonds du train arrière sur les grosses déformations, mais il offre un meilleur compromis entre confort et dynamisme, tout en procurant le plaisir de conduite que l'on attend d'une BMW.

BMW 320d Luxury


À vivre

L'ambiance à bord de la Mercedes annonce la couleur et emmène son équipage droit dans le futur. Le bloc d'instrumentation de 12,3 pouces entièrement personnalisable et l'écran géant vertical de 11,9 pouces monté en série en mettent plein la vue. L'interface centrale tactile se montre vite intuitive et facile à utiliser, même si la tentation est parfois grande de quitter la route des yeux. Dans cet univers ultra-moderne, le sélecteur de boîte près du volant permet d'épurer la console centrale et de libérer un plus grand espace de rangement.

Planche de bord Mercedes C 220 d
Effet « wahou » garanti à bord de la Mercedes, malgré certains matériaux un peu clinquants.
Planche de bord BMW 320d
La BMW conserve une position de conduite basse, typique du modèle.

Bien plus classique et bourgeois, l'habitacle de la Série 3 prend un petit coup de vieux en comparaison. Son tableau de bord digital de 12,3 pouces offre moins de personnalisations, et l'écran central de 10,3 pouces n'impressionne pas tant. Ce dernier se commande de manière tactile ou via la fameuse molette i-drive. En regroupant certaines fonctions comme la climatisation sur sa console centrale, elle ne pousse pas la révolution numérique aussi loin que la Mercedes, mais reçoit des matériaux plus soignés et propose une commande gestuelle dans le pack Innovation (voir équipements).

Ergonomie Mercedes C 220 d
La Mercedes profite d'une boîte automatique à neuf rapports, dont la commande se situe sur la colonne de direction.
Platine console centrale BMW 320d
Intégré à la platine comprenant la molette i-drive, le levier de vitesses commande une excellente boîte automatique à huit rapports.

Contrairement à leurs devancières, nos deux berlines soignent davantage la qualité de vie à bord. Si l'espace central occupé par un imposant tunnel de transmission reste quasi inutilisable et ferme, les places arrière latérales se montrent accueillantes dans les deux cas. Celles de la Classe C libèrent davantage de place aux jambes, mais leur assise dure et plus courte les rend moins agréables que celles de la Série 3. La BMW profite, en outre, d'un volume de chargement supérieur de 25 litres et d'une plus grande ouverture de la malle, facilitant l'installation des bagages.

Places arrière Mercedes C 220 d
L'espace aux jambes est supérieur dans la Classe C, mais la hauteur sous pavillon est comparable à celle de la BMW.
Places arrière BMW 320d
Les places arrière au dessin un peu plus évasé de la Série 3 garantissent un peu plus de confort que celles de la Mercedes.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la BMW Série 3
Recevez par e-mail toutes les infos de la Mercedes-Benz C