Essai Cupra Formentor VZ5 : concerto pour cinq cylindres

voir les photos
cupra formentor
Le Cupra Formentor VZ5 n'arrivera qu'en novembre 2021. Les modèles que nous avons essayés étaient encore des préséries.

Marque naissante, Cupra a besoin de se faire connaître. En installant le bouillant cinq-cylindres des Audi RS sous le capot du nouveau Formentor, il se crée en 2021 un modèle d'image « à l'ancienne ». Certains réflexes du monde d'avant ont du bon !

Page 1Essai Cupra Formentor VZ5 

En attendant son horizon électrifié avec son modèle compact Born, Cupra s’autorise une bouffée de nostalgie en offrant au Formentor une nouvelle version sportive exclusivement thermique et plutôt explosive. Pour ce faire, la marque haut de gamme de Seat a pioché dans la banque d’organes du groupe Volkswagen les meilleurs éléments : le cinq-cylindres de l'Audi RSQ3 très légèrement dégonflé à 390 ch et le différentiel à vectorisation de couple de la Golf R. L'ensemble est placé dans une auto un peu plus basse que le SUV Audi, et la recette est assurément alléchante. Elle sera limitée à 7 500 exemplaires au total. En cette époque de chasse au CO2, il faut savoir raison garder.

SUV Cupra sportif
Du style et un sacré tempérament pour le Cupra Formentor VZ5.

Esthétiquement, le VZ5, rabaissé de 10 mm s’offre évidemment un traitement spécifique. Spoiler et diffuseur arrière en carbone, passage de roue et jantes spécifiques de 20 pouces très sculptées sont de rigueur. Néanmoins il n’en fait pas trop et peut rester relativement discret, d'autant que son nuancier privilégie des couleurs sombres : noir Minuit, gris Magnétique mat et bleu Pétrole mat.
 

Prix et concurrence

La commercialisation étant programmée en novembre 2021, les tarifs ne sont pas encore définis, pas plus que l’allocation réservée au marché français. On sait cependant déjà que le véhicule sera frappé d’un malus carabiné chez nous, puisque l’Audi RSQ3, très proche en termes de gabarit et de motorisations, subit la taxe maximale de 30 000 €. Le prix de ce dernier, 69 930 €, constitue d’ailleurs une bonne référence pour estimer le tarif de l’espagnol, qui sera inévitablement positionné nettement en dessous. La liste des équipements pour les exemplaires français reste également à définir, mais le Formentor VZ5 ne sera assurément pas une définition dépouillée. Bien au contraire. Il aura droit au système multimédia avec navigation et écran de 12 pouces, à l’instrumentation numérique de 10,25 pouces, au régulateur adaptatif et aux sièges baquets.

Carbone Cupra VZ5
Le carbone est de rigueur pour le diffuseur arrière comme pour le spoiler avant du Cupra Formentor VZ5.
pneu Cupra Formentor VZ5
La monte pneumatique de 225/35/R20 est étonnamment plus étroite que celle de la version 310 ch.

Cupra annonce également une série limitée dans la série limitée avec le lancement en 2022 de 999 exemplaires dotés du nouveau coloris gris Taïga et dotés d’une sellerie en cuir marron avec des habillages en cuivre, la couleur fétiche du constructeur. En reprenant le moteur de l’Audi RSQ3, le Formentor VZ5 limite au minimum le nombre de ses concurrents. Il se compare évidemment directement à l’Audi, mais celui-ci ne dispose pas de la vectorisation du couple. La Golf R en profite bien, mais elle concède 70 ch, en partie compensés par sa masse moins élevée. Enfin, dans la série « les ennemis de mes amis sont mes ennemis », le Mercedes GLA AMG 45, fort de 421 ch, peut figurer dans sa ligne de mire.
 

Au volant

Le Cupra Formentor ne manque pas de versions épicées. Il possède déjà dans sa gamme le moteur de 310 ch à transmission intégrale que nous avons opportunément pu reprendre en main avant de tester le VZ5, histoire d'évaluer l’étendue des changements. Et ils ne sont pas minces, même si la différence de sensation à la poussée n’est pas aussi exceptionnelle qu’on aurait pu l’imaginer. Mais rassurez-vous, le caractère du cinq-cylindres le place dans une tout autre catégorie que le valeureux « quatre-pattes » 2.0.

Cupra Formentor 5 cylindres
Sur la piste, le Formentor VZ5 est évidemment moins affûté que de vraies supersportives, mais il ne se désunit pas pour autant.

En dépit des évolutions reçues pour faire face aux différentes normes, le cinq-cylindres recèle toujours cette sauvagerie qui fait sa légende. Certains pourraient d’ailleurs lui reprocher le délai de réponse marqué qui le caractérise en dessous de 2 000 tr/min. Nous pensons au contraire qu’il participe grandement au plaisir que l’on prend au volant car, passé ce cap, l’explosion n’en est que plus jouissive. Elle produit ce bruit inimitable si proche de celui des Audi Quattro Groupe B lâchées sur le col du Turini. On est si heureux qu’il ait survécu au montage du filtre à particules qu’on aimerait presque supprimer quelques insonorisants afin de mieux entendre sa voix, pourtant exacerbée lorsque le mode « Cupra » est activé. Il est bien aidé par une transmission DSG à la fois plus réactive et plus brutale. Les changements de rapport, moins lissés, participent eux aussi à l’ambiance sportive.

La différence de caractère se ressent également au niveau du châssis. D’emblée, la direction se montre à la fois plus ferme, plus centrée et directe. Si l’amortissement piloté reste très prévenant compte tenu du niveau de performance, il apparaît néanmoins beaucoup plus ferme. Plus lourd que la version 310 ch, le VZ5 fait ressentir une plus grande inertie au volant. Mais pour contrer cet embonpoint, il dégaine une recette magique : le différentiel à vectorisation de couple emprunté à la future Audi RS3 déjà citée. Sur route, ce dispositif, qui envoie jusqu’à 50 % de la puissance totale dans la roue arrière extérieure du virage fait des merveilles. Il pousse en effet l’auto vers l’intérieur comme par magie. 

Cupra Formentor Audi
Le mode Drift permet de réailser des figures sur le sec. Pas sur route ouverte évidemment.
Formentor VZ5
Le freinage du Formentor VZ5 est renforcé grâce à des étriers à six pistons. Il offre un excellent mordant.

Même en mode Cupra, le plus sportif, les aides à la conduite veillent cependant fermement à éviter tout excès. Il apparaît ainsi difficile dans ces conditions de faire dériver l’arrière… sur route. Car sur circuit le VZ5 dévoile sa seconde martingale : le mode drift, que nous avons pu mettre à l’épreuve sur une surface sèche glissante. Il réalise alors les figures les plus spectaculaires avec une facilité déconcertante, si l'on résiste à la tentation naturelle de lâcher brutalement l’accélérateur lorsque la dérive démarre. Pour le reste, le Formentor VZ5 reste capable d’une grande civilité quand on désactive le mode sport. Le bruit se fait encore moins présent, la suspension plus souple, et il retrouve des réflexes de voitures moderne. Ses aides à la conduite s'avèrent assez intrusives, y compris pour afficher des « éco-conseils » en grand sur l’instrumentation numérique. Voilà qui est assez incongru pour un modèle capable d’engloutir plus de 20 l aux 100 km en conduite sportive !
 

Dans l’habitacle

Planche de bord Cupra Formentor VZ5
La planche de bord du Cupra Formentor est bien entendu identique à celle des autres versions et, par conséquent, très similaire à celle de la Leon. On retrouve les surpiqûres et les décorations cuivrées déjà vues sur les autres versions de la gamme. Les designers se sont concentrés sur l'extérieur.
GPS Cupra Formentor VZ5
L'essentiel des fonctions passe par l'écran central. Les touches tactiles pour la climatisation sont moins pratiques que de vrais boutons.
Sélecteur de mode Cupra Formentor VZ5
Le volant comporte le bouton de démarrage du moteur (à droite) et l'accès direct aux modes de conduite (à gauche avec le logo Cupra).
Commande boîte Cupra Formentor VZ5
La commande de boîte est évidemment doublée de palettes au volant, mais les conseils d'éco-conduite incitent constamment à revenir en automatique, sauf quand le mode Cupra est activé.
Sièges Cupra Formentor VZ5
Relativement haut perchée, la position de conduite du Formentor VZ5 est inhabituelle pour un modèle très sportif. Mais on s'y habitue vite, et le maintien offert par les sièges est parfait.

Retrouvez en page suivante le bilan de l'essai et la fiche technique...

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
pemmore

J'ai utilisé ce moteur 5 cylindres sur l'audi 100 turbo diésel, je me suis bien amusé avec, pour un diésel suivi de son panache noir ça cravachait dur. Bien sur c'était une audi: 1 joint de culasse tous les 10000 km, service après-vente, c'est à dire changer gratuitement un moteur défectueux: connait pas! Ma première Audi et ma dernière bien sur, Deutch qualidad!

sprinteur

À relire dans quelques années, quand on se demandera comment on a pu aimer le bruit au point que "on aimerait presque supprimer quelques insonorisants", apprécier les délais de réponse des antiques turbos thermiques parce que "l’explosion n’en est que plus jouissive", apprécier de "faire dériver l’arrière… sur route" ou rêver de "mode drift" en engloutissant joyeusement 20l aux 100km. C'est comme les fourrures en vison, les bagouzes ou la chasse à courre, on sait que ça a existé mais on a du mal à imaginer que certains y croient encore. Il y a donc dans d'amateurs fortunés du siècle d'avant pour posséder ou louer un circuit (rappelons que les routes sont limitées) et payer sans broncher 30 000 EUR de malus pour ces plaisirs d'un autre temps alors qu'ils pourraient avoir l'air cool, modernes et se débarrasser du bruit, des délais de réponse et autres incongruités avec une Tesla pour le même prix et des performances décoiffantes aussi pour le jour où un énervé de la vieille école veut jouer au feu rouge?

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Cupra Formentor