Essai de la Cee'd 1.6 GDI à boîte DCT
habillage
banniere_haut

Essai de la Cee'd 1.6 GDI à boîte DCT

Il n'y a pas que le diesel dans la vie ! La nouvelle Cee'd propose un moderne 1.6 essence de 135 ch, et lui adjoint les services d'une boîte robotisée à double embrayage. Le couple de l'année ?

Par Mathieu Sentis, Photos MS et DR
Publié le

Mathieu Sentis

Kia Cee'd

1.6 GDI DCT
Essence
135 ch
23 190 €


Sous certains aspects, la marque Kia peut rappeler… Ikea : consonance proche, produits au design soigné, tarif inférieur à ceux des concurrents. Et un succès non démenti qui, dans le cas du constructeur automobile, lui permet d’annoncer une croissance annuelle à deux chiffres sur le marché français.



Fin de la comparaison. Ici, point de voiture livrée en kit. Ni de qualité sommaire, qui permet à Kia de garantir ses produits sept ans. Quant aux arguments de la nouvelle Cee’d 1.6 GDI DCT, ils ne se limitent pas à l’esthétisme : cette version embarque une technologie moderne, en associant moteur essence à injection directe et boîte robotisée à double embrayage.

Encore rare


Cette transmission semble arriver sur le tard : 9 ans ont passé depuis la première boîte DSG Audi. En réalité, les groupes à en proposer sur des modèles de grande diffusion se comptent encore sur le doigt d’une main, ou presque (Volkswagen, Ford, Mitsubishi, Renault, Fiat et Mercedes).
Chose rare, cette boîte DCT à double embrayage est réalisée en interne chez Hyundai/Kia, et ne provient pas d’un fournisseur comme Getrag ou Borg Warner (Alfa Romeo est aussi dans ce cas, pour ses MiTo TCT et Giulietta TCT).


 
Pour cette première prise en main, la boîte DCT Kia nous a laissé bonne impression. En ville, à condition de ne pas accélérer trop brutalement après avoir relâché la pédale de frein, elle évolue en douceur et ne se fait pas remarquer.
Sur autoroute, elle profite d’un sixième rapport assez long qui limite le niveau sonore et la consommation (8,2 l/100 km à 130 km/h).
Sur route, plusieurs choix possibles : le mode D, sage, égrène les rapports à faible régime. Le mode Sports exploite le moteur plus haut dans les tours, mais évite la caricature des hurlements mécaniques à l’accélération ou au rétrogradage.
Le mode manuel enfin, allie douceur et belle rapidité dans ses changements de vitesse. Ce dernier est accessible depuis le levier, ou les petites palettes solidaires du volant.
 
 
Hélas, si la boîte sait s’adapter à tous les styles de conduite, le moteur à essence de 135 ch s’accommode surtout des rythmes paisibles. Son couple faiblard et haut perché oblige à le cravacher lors d’un dépassement, et ses montées en régime, très linéaires, ne donnent jamais le grand frisson. Un problème déjà rencontré sur les Kia Sportage et Hyundai Veloster équipés du même bloc. Le 1.6 GDI paie ici l’absence d’un turbocompresseur, de plus en plus fréquent sur les essences au bénéfice de l’agrément de conduite.



Bilan Si vous êtes un inconditionnel du moteur à essence, mieux vaut l’accoler à la boîte DCT sur la Cee’d : douce et rapide, elle évite de jouer du levier pour exploiter les faibles ressources du bloc 1.6.
Mais son surcoût raisonnable (1 300 €) est lissé par la composition étrange de la gamme : cette déclinaison n’est disponible qu’en finition haute Premium, facturée 23 190 €. La version à boîte manuelle, proposée en finition Active déjà bien dotée (clim, phares et essuie-glaces automatiques, bluetooth, prise USB, jantes alliage, radar de recul, etc) débute dès 19 890 €…


ON AIME
- La boîte agréable
- Le surcoût raisonnable
- L'absence de surconsommation

ON REGRETTE
- Le moteur à essence sans caractère
- L'absence de finition intermédiaire
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
stefanalyses Le 24/06/2014 - 17:12
J'ai choisi pour ma part le 135 GDI Active boite 6 manuelle en SW. Pas de boîte compliquée, pas de turbo et au final en respectant les limitations je suis régulièrement sous les 6 litres au 100. Un ami et une connaissance ont la version gasoil 128 ch et ne font pas mieux ! L'été dernier j'ai fais Laon - Aix en Provence avant que le voyant clignote, avec un plein. Un peu molle à bas régime, mais super économique et confortable. Je recommande. J'hésitais avec la Golf 7 1.4 TSI 140 ch ConfortLine, mais plus de 5500 € les séparais. Défaut pour ma part : concessions et agents Kia encore trop éparses en France.
un pseudo libre Le 30/12/2012 - 22:08
Il est vrai que l'on peut douter de la fiabilité d'une VW, d'une Audi, d'une Seat, Skoda. Il est vrai que ces marques se veulent soit disantes innovantes, mais que dire des retombées qui en ont suivis. Un 2.0 TDI non abouti à la réputation établie entre ses culasses poreuses qui ne tiennent pas 150 000 kms, ses pompes à huille défaillantes, ses turbos fragiles. Après que dire de la boite DSG 7 qui feraille et refuse le passage des rapports. Après, il faut effectivement ajouter les problèmes de chaines de distribution sur les 1.2 et 1.4 essence. En résumé, les blocs moteurs et boites de VW peuvent apparaître innovants et être encensés par la presse, mais au bout du compte être des daubes que les propriétaires ne pourront entretenir et qui pollueront le marché de l'occasion. Merci à la prime à la casse.
un pseudo libre Le 12/12/2012 - 00:11
Certes le GDI est en retrait en termes de performance par rapport au TSI de VW Certes la DCT est probablement moins performante que la DSG Mais pour avoir une tsi DSG, quel est l'intérêt d'avoir une tech à la pointe si la boîte ne fonctionne pas correctement (changement du double embrayage et gestion qui reste très pénible en ville) et que le moteur consomme nettement plus qu'annoncé (sans parler des problème de casses de chaînes) , moteur qui m'a été changé à 20.000 km à cause de vibrations au ralenti qui reviennent à présent? Il faut juste espérer que ce GDI/DCT est mieux né que le TSI/DGS 7
Voir tous les commentaires (16)